Les premiers collectifs : Vidéo Out, Vidéo 00, Les Cent Fleurs et Vidéa

Séance du 17 décembre 2012

Après s’être intéressé aux expérimentations en vidéo légère et aux premiers usages militants, le séminaire « Vidéo des premiers temps » propose dans sa troisième séance de questionner la notion de groupe vidéo, à travers le cas des quatre collectifs répertoriés par Guy Hennebelle dans la revue Cinéma d’aujourd’hui au printemps 1976 et fondateurs de la structure de distribution « Mon œil ». Les témoignages de nos invité/es et la projection de documents d’archives nous permettront de mettre en lumière leur formation, leur fonctionnement et leurs modes d’intervention.

 Invité/es :

  • Yvonne Mignot-Lefebvre et Michel Lefebvre pour « Vidéo 00 »
  • Danielle Jaeggi et Jean-Paul Fargier pour « Les Cent Fleurs »
  • Anne-Marie Faure pour « Vidéa »

Découvrez l’enregistrement sonore et le compte rendu de la séance:

1. Alain Carou introduit la séance en indiquant que les quatre groupes apparaissant dans le titre sont ceux qui sont recensées dans le numéro de Cinéma d’aujourd’hui sur le cinéma militant dirigé par Guy Hennebelle. Hélène Fleckinger rappelle ensuite que « Vidéo 00 » a été créé en 1971, « Les Cent Fleurs » en 1973 et « Vidéa » en 1974.

Michel Lefebvre commence par remercier les organisateurs du séminaire pour le travail d’exhumation de certains films qui étaient perdus, et rappelle qu’à l’époque, le dépôt légal représentait une forme de censure à laquelle ils s’opposaient! Yvonne Mignot-Lefebvre continue en évoquant la composition de « Vidéo 00 » – 5 personnes qui s’étaient rencontrées en Algérie durant leur séjour de coopération – ainsi que le choix du nom, en référence à L’An 01 de Gébé. Elle évoque ensuite les « terrains d’investigation » du groupe autour des travailleurs immigrés, des enfants immigrés de Belleville, de l’école, des énergies et de la lutte contre le nucléaire, ainsi que des projets de plus grande envergures comme Alma futur : la production collective d’un quartier à Roubaix et Communes, le temps de l’autogestion.

Michel Lefebvre retrace ensuite la façon dont s’est effectué, en ce début des années 70, le passage du mouvement ciné-club à la réalisation vidéo après la rencontre avec, entre autres, Guy Hennebelle et Monique Martineau-Hennebelle à Alger. Puis, après l’évocation de leur premier film, Un indien ordinaire (1970) qui obtint la prime à la qualité du CNC, Michel Lefebvre revient sur les conditions du tournage d’Attentat fasciste à Eaubonne, et plus largement sur la violence politique qui caractérisait la France des années 70 (ici, un local du PSU attaqué par l’extrême droite lors d’une réunion).  Des extraits du film sont ensuite projetés.

2. Danielle Jaeggi retrace ensuite son parcours, des ciné-clubs suisses à la vidéo, en passant par l’IDHEC. Elle évoque en particulier la découverte du féminisme, les premiers films en 16mm grâce à la pellicule récupérée dans les studios de télévision de la rue Cognacq-Jay, puis la rencontre avec des personnes ayant déjà tourné en vidéo. Jean-Paul Fargier raconte la coopération au Maroc où il monte un ciné-club, tourne des petits films en 8mm et adhère au PSU. Lorsqu’il revient  à Paris en 1967, il devient critique de cinéma pour Tribune socialiste. A ce moment là, la vidéo apparaît comme un moyen de faire du cinéma militant de façon autonome et sans financement. Danielle Jaeggi se souvient de son côté de sa méfiance première vis à vis des groupes politiques en 68, en raison du passé stalinien de son père puis de la déconvenue de celui-ci au moment du rapport Krouchtchev en 1956. Elle présente ensuite Cerizay : elles ont osé, un film sur une grève et une expérience autogestionnaire menées par des ouvrières dans une usine de confection de lingerie. Un extrait du film est ensuite projeté.

3. Anne-Marie Faure relate la naissance du collectif « Vidéa » créé en 1974 et composé de quatre  femmes, toutes sont arrivées à la vidéo par le féminisme et non par le cinéma. C’est dans une AG des Beaux-Arts où elle était étudiante qu’elle-même a croisé le chemin du féminisme révolutionnaire en 1971. Elle et sa soeur, également engagée dans le mouvement, participent au Festival international du film de femmes « Musidora » en 1974, où elles rencontrent Syn Guérin et Catherine Lahourcade, qui reviennent des Etats-Unis où elles ont suivi un stage à la Kitchen. Elles s’étaient munies d’un Sony Portapak et Anne-Marie Faure apportait de son côté la possibilité de monter grâce aux studios de l’UP6 (l’unité des Beaux-Arts où elle étudiait l’architecture). Hélène Fleckinger signale ensuite que le groupe a rapidement cessé d’exister (en 1976), ce à quoi Anne-Marie Faure répond que la dernière chose qu’elles ont filmé était en effet le « Tribunal du crime contre les femmes » à Bruxelles en 1976 ; se retrouvant alors avec une quantité de rushes trop importante qu’elles n’arrivent pas à monter par manque de projet commun, elles décident alors de se séparer.

S’ensuit une discussion sur les rapports entre vidéo et lutte révolutionnaire, au cours de laquelle Jean-Paul Fargier corrobore l’idée selon laquelle la vidéo était une manière de participer aux luttes, en particulier féministes et syndicales, spécifiquement aux côtés de la CFDT avec laquelle « Les Cent Fleurs » avaient des rapports de proximité. Michel Lefebvre à ce sujet soulève une petite différence entre « Les Cent Fleurs » et « Vidéo 00 »  : « Vidéo 00 » occupait en effet une position plus autonome vis à vis des appareils syndicaux et du militantisme au sens traditionnel du terme. Ils accompagnaient davantage les initiatives de contre-pouvoirs initiés par les travailleurs, les habitants, etc., en particulier à partir de 1975. Hélène Fleckinger rebondit en faisant remarquer que cette idée du contre-pouvoir est récurrente dans les textes de présentation des groupes vidéo.

Anne-Marie Faure est ensuite invitée à présenter l’extrait de Kate Millett parle de la prostitution avec des féministes (1975). Elle précise que le film a été tourné par des stagiaires qui apprenaient la vidéo auprès des membres de « Vidéa » ; il s’agit d’une rencontre entre Kate Millett, qui vient alors de publier un livre sur la prostitution, et des féministes françaises, parmi lesquelles le sujet fait débat suite à la grève des prostituées de Lyon au printemps 1975. Un extrait du film est ensuite projeté, au cours duquel on voit notamment Christine Delphy, également présente lors de cette séance du séminaire.

 4. Hélène Fleckinger oriente ensuite la table ronde vers la question du fonctionnement des collectifs. Michel Lefebvre rappelle, comme lors de la séance précédente, que le coût élevé du matériel et temps de travail que représente le montage d’un film exclut d’emblée l’auteurisation de la vidéo, tout le monde mettant de fait « la main à la pâte ». Il évoque également la création de l’ « ACET » en 1973, une coopérative qui faisait des vidéos institutionnelles, ce qui permettaient de financer les activités plus libres de « Vidéo 00 », d’acquérir du matériel plus sophistiqué. Cette coopérative existe toujours. Il signale aussi une certaine complexité dans le fonctionnement du collectif, entre le milieu professionnel, le milieu universitaire  (Yvonne Mignot-Lefebvre était au CNRS) et le milieu « militant » : ce dernier mot fait l’objet d’un débat entre Hélène Fleckinger et Michel Lefebvre qui pointe la connotation doctrinaire du militantisme et préfère parler d’une démarche plus « universelle » dans le cas de « Vidéo 00 ». Yvonne Mignot-Lefebvre renchérit en affirmant comme elle l’a fait dans son ouvrage Communication et autonomie. Audiovisuel, technologie de l’information et changement social, le caractère indépendant du groupe vidéo et son autonomie par rapport aux partis politiques.

Danielle Jaeggi revient ensuite sur le fonctionnement des « Cent Fleurs » au sein duquel les choses étaient très discutées et les décisions faisaient l’objet d’un consensus, en particulier sur les questions de tournage, son expérience du métier permettant au groupe d’avoir une stratégie de montage en amont du tournage. Jean-Paul Fargier corrobore cette affirmation. Il se souvient de son côté des circulations existant entre les différents groupes à ce moment-là : il se connaissaient, et s’associaient parfois sur des thématiques politiques qui leur étaient communes, comme l’autogestion et les luttes écologiques : Chronique de la lutte anti-nucléaire : Erdeven Flamanville filmé par Yvonne Mignot-Lefebvre de « Vidéo 00 » et Annie Caro, la troisième personne des « Cent Fleurs ».

Vient ensuite une discussion sur le nom des « Cent Fleurs ». Le groupe s’appelle d’abord « Vidéo doux », en référence à une chanson composée par les ouvrières autogestionnaires de Cerizay (« travailler pour nous, c’est doux » les entend-on scander dans l’extrait vidéo), mais le nom doit être abandonné lorsque le groupe va filmer la grève des ouvriers des poulets Doux! Quant à la référence à la campagne des « Cent Fleurs » de Mao, Jean-Paul Fargier affirme qu’il ont pris cette expression au premier degré parce qu’ils n’étaient « pas assez maos » pour en saisir la portée répressive. Il mentionne d’ailleurs les relations épineuses avec ses camarades maos de la revue Cinéthique, qui lui reprochent de faire des films spontanéistes. Après une période « schizophrène », tiraillé entre la ligne mao-stalinienne de la revue et l’anarchisme situationniste de Danielle Jaeggi, Jean-Paul Fargier quitte donc la revue pour pouvoir continuer à faire de la vidéo.

Anne-Marie Faure est ensuite invitée à se prononcer sur le fonctionnement de « Vidéa », premier collectif non-mixte et relié au MLF. Elle précise que tout est alors décidé collectivement au sein du groupe, et que la démarche est assez spontanée, sans aucune projection sur le devenir des bandes. Beaucoup de bandes ont ainsi été perdues, faute de montage et de conservation ; seules les bandes contenant ce qui apparaissaient comme des « moment forts » ont été montées. A ce propos, Nicole Fernandez Ferrer fait remarquer que le montage concerne peut-être surtout les luttes lointaines, comme celle des LIP, qui permettent de faire circuler ces bandes de groupes en groupes et de diffuser ces luttes.

Hélène Fleckinger rebondit sur cette remarque pour orienter la discussion sur la question de la diffusion ; elle fait remarquer que les groupes de l’époque articulaient étroitement production et diffusion au sein même des luttes, et demande aux acteurs présents des précisions sur la création du collectif de distribution « Mon oeil » en décembre 1974. La discussion s’engage autour de Marcque Moiroud et Marcel Moiroud, des amis militants de Carole Roussopoulos et Paul Roussopoulos qui ont pris en charge, au sein de « Mon oeil », les questions matérielles liées à la diffusion des bandes vidéo. Hélène Fleckinger précise qu’à partir du milieu des années 70 se crée une forme de rupture dans le fonctionnement, dans la mesure où les groupes effectuent moins de déplacements dans les lieux (comités d’entreprises, maisons de la culture, etc.) qui ne disposent pas nécessairement du matériel permettant de montrer les bandes. Elle utilise le terme de « vidéo-brouette », qui évoque ces premiers temps durant lesquels les groupes se déplaçaient beaucoup, avec un matériel pléthorique, pour rencontrer un public certes peu nombreux mais qu’ils espéraient toucher « à coup d’épingle ».

Puis la discussion s’engage autour de « l’innocence juridique » des premiers groupes vidéo qui ne se souciaient ni des structures ni des contraintes légales. Monique Martineau-Hennebelle prend l’exemple du tournage de L’Ecole, gare de triage, tourné à l’extérieur du lycée, pour lequel aucune autorisation n’avait été demandée. Danielle Jaeggi évoque ensuite la rupture de Mai 68, avant lequel il fallait l’autorisation du CNC pour tourner dans un lycée, puis Michel Lefebvre se souvient des multiples formes de censure s’exerçant à l’époque, dont syndicales (Bugey cobaye a posé des problèmes de diffusion dans les Comités d’entreprise, parce qu’on y voyait des gens nus…). Gilles Dinnematin du collectif « Cinéma libre » intervient pour évoquer les démêlés des groupes de cinéma militant refusant le visa de censure avec la police, puis fait l’hypothèse que la vidéo représentait de ce point de vue un vide juridique, ce qui est confirmé par Michel Lefebvre. Hélène Fleckinger termine cette discussion en évoquant le rôle des laboratoires dans le fichage des militants, dans la mesure où certains fournissaient des copies de films militants aux Renseignements généraux.

5. Yvonne Mignot-Lefebvre et Michel Lefebvre présentent l’extrait d’Alma futur : la production collective d’un quartier à Roubaix. Alma gare était un quartier de Roubaix menacé de démolition, où les habitants ont créé un atelier d’urbanisme. En s’associant à des  architectes, des sociologues, des vidéastes, etc., ces habitants ont créé un contre-pouvoir ; cette expérience a bouleversé la conception des HLM et engendré des centaines de réalisations semblables. « Vidéo 00 » a accompagné ce projet pendant trois ans.

Après la projection de l’extrait, Danielle Jaeggi et Jean-Paul Fargier présentent Ceux de Pedernecun film de 1974 sur la grève des ouvriers de Doux et leur expérience d’autogestion, sur le modèle des LIP.

Hélène Fleckinger introduit l’extrait suivant, tiré de Malédictine du groupe « Vidéa », qui fait un pont entre le cinéma militant et l’art vidéo, et dément l’idée selon laquelle la vidéo militante serait dénuée d’invention formelle car le film . Anne-Marie Faure évoque ensuite le contexte de tournage du film : réunies dans une maison isolée des Cévennes, les membres de « Vidéa » (accompagnées d’une amie) souhaitent faire un film sur elles-mêmes. Après de longues discussions, elles choisissent de réaliser des performances individuelles autour d’un stéréotype féminin. Anne-Marie Faure précise que des murmures accompagnaient originellement les images aujourd’hui muettes, une partie de la piste sonore ayant disparu.

6. Le débat consiste en un échange entre l’un des membres de l’association Getaway, Yvonne Mignot-Lefebvre et Michel Lefebvre autour de la vidéo consacrée à la grève de la faim des travailleurs immigrés de Ménilmontant évoquée durant la séance : s’agit-il du montage réalisé avec le Mouvement des Travailleurs Arabes mentionné dans Cinémaction? Yvonne Mignot-Lefebvre et Michel Lefebvre n’ont pas la réponse à cette question, ce travail ayant à l’époque été pris en charge par Daniel Julien, parti depuis pour les Etats-Unis.

 


Une réflexion au sujet de « Les premiers collectifs : Vidéo Out, Vidéo 00, Les Cent Fleurs et Vidéa »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *