Collectifs régionaux et action locale

Séance du 14 janvier 2013

Après avoir interrogé les premiers usages militants de la vidéo légère puis la formation, le fonctionnement et les modes d’intervention de groupes vidéo pionniers des années 1970, le séminaire « vidéo des premiers temps » propose de consacrer sa quatrième séance à des expériences collectives implantées en région qui ont tenté de promouvoir, loin de Paris, des réseaux parallèles de production et de distribution en prise avec les réalités locales et les luttes en cours. À travers les témoignages de nos invité/es et la projection de documents d’archives, nous évoquerons cinq expériences menées simultanément à Aix-en-Provence, Lyon et Toulouse.

Invité/es :

  • Hélène Lioult pour Airelles vidéo (Aix-en-Provence)
  • Jean-Luc Lioult pour Vidéo 13 et Clivage (Aix-en-Provence)
  • Anne-Marie Martin pour ADP (Lyon)
  • Marie-Thérèse Martinelli pour Vidéo 031 (Toulouse)

Découvrez les enregistrements sonores et le compte rendu de la séance…

COMPTE RENDU ET ENREGISTREMENTS SONORES

[Piste 01] Alain Carou évoque la création d’un carnet de recherche et donne des informations relatives au calendrier du séminaire. Hélène Fleckinger rend hommage à Jean-Henri Roger, cinéaste, pionnier de la vidéo, décédé le 31 décembre 2012 et qui était venu participer au séminaire quelques semaines auparavant. Un extrait de son témoignage est présenté au public.[Piste 02] Si l’histoire des collectifs vidéo est mal connue, celle des groupes nés en régions l’est plus encore. Ils ont pourtant existé et ont souvent été recensés dans le n°12 de CinémAction consacré au « Cinéma des régions » (1980) : Action Vidéo à Sartrouville, Contraste à Rennes, Les vidéoteuses à Montpellier, Vidéo Speed à Mons-en-Baroeul ou encore Images au poing à Strasbourg. Lors de cette séance, Hélène Fleckinger précise que trois témoignages vont se succéder : celui de Marie-Thérèse Martinelli pour Vidéo 0031 créé à Toulouse en 1974, celui d’Anne-Marie Martin pour l’Association de diffusion populaire (ADP) créée à Lyon en 1977, et enfin ceux d’Hélène et Jean-Luc Lioult pour Airelles Vidéo, Vidéo 13 et Clivages, créés dans les années 1970 autour d’Aix-en-Provence. A chaque fois, il s’agit d’interroger l’origine et le fonctionnement des collectifs, les trajectoires collectives et individuelles, les terrains d’intervention, la diffusion des bandes, et ici particulièrement le rapport au territoire.

[Piste 03] Hélène Fleckinger donne la parole à Marie-Thérèse Martinelli en précisant que cette dernière vient également de déposer une série de nouvelles bandes vidéo auprès de la BnF, notamment plusieurs films présumés perdus de Vidéo OO.

Marie-Thérèse et Gilbert Martinelli ont fait partie de Vidéo OO avec Yvonne et Michel Lefevbvre, avant de déménager à Toulouse en 1974. Il leur a semblé naturel de poursuivre le travail engagé en créant un nouveau collectif, en lien avec le groupe parisien, mais avec une nouvelle identité géographique (31 pour le département de la Haute-Garonne). Marie-Thérèse Martinelli explique qu’ils ont commencé par organiser un colloque international autour de la vidéo à Toulouse pour rencontrer les personnes qui s’y intéressaient là-bas. Créer un groupe, c’était refuser que d’autres s’expriment à leur place, et pas une volonté créatrice ou artistique. Il s’agissait de partager un outil d’expression et de le mettre à disposition de ceux qui voulaient l’utiliser, ne pas laisser cet outil aux professionnels et aux spécialistes. C’était d’ailleurs le fil conducteur de leurs interventions en vidéo : ils ne faisaient des films qu’à propos de domaines dans lesquels les membres de Vidéo 0031 étaient engagés. Elle dit : « Pour nous, c’était très important aussi de ne pas parler à la place des autres et de toujours parler à partir de soi, de ce qui était notre engagement réel. ». Vidéo 0031 a notamment continué à filmer le Larzac, à travers leur engagement au sein de la CFDT et des liens qu’ils avaient avec les syndicalistes de Rodez. Comme Marie-Thérèse Martinelli travaillait pour l’Éducation nationale à la formation continue (GRETA), ils ont aussi mené beaucoup d’actions de formation, à l’utilisation des techniques audiovisuelles, pour que les gens puissent s’emparer de cet outil, mais aussi dans les écoles primaires pour analyser les images de la télévision et éveiller l’esprit critique des enfants (la publicité, le générique du journal télévisé). Elle évoque aussi des formations pour les syndicats et donne l’exemple du film réalisé à propos de la SNIAS, pour lequel les syndicalistes ont contribué au montage. Elle parle là d’une sorte de « formation action », du fait cette réalisation partagée. Comme elle était aussi impliquée dans les groupes féministes, Marie-Thérèse Martinelli a aussi proposé à des militantes de la « Maison des femmes », créée en 1975, de les former à la vidéo. Des femmes comme Maïté Débats ou Monique Haicault ont par exemple continué à développer cet usage dans leur métier et leurs engagements par la suite. Elle évoque enfin la réalisation de tracts en vidéo, relatifs aux luttes ouvrières, qui étaient diffusés dans les restaurants d’entreprise, à l’heure des repas, comme une contre-information.

Elle explique que le groupe était formé d’un noyau, constitué par Gilbert et Marie-Thérèse Martinelli, trois ingénieurs de l’aérospatiale, syndicalistes CFDT, et une autre femme sans profession. Le couple s’occupait du matériel vidéo et de son entretien, recherchait des partenaires, initiait parfois des actions. Les sollicitations venaient aussi parfois de l’extérieur, auquel cas elles étaient prises en charge par les membres qui le souhaitaient. En fonction des projets, le noyau était souvent complété par des militants impliqués dans les luttes ainsi représentées. Vidéo 0031 était une association, complètement financée par ses membres. Lorsque les formations données étaient rémunérées, l’argent allait au collectif. A la suite d’une question d’Hélène Fleckinger, Marie-Thérèse Martinelli explique qu’elle avait une formation aux images, puisqu’elle avait travaillé pendant trois ans à une thèse sous la direction de Jean Rouch, restée inachevée (autour des représentations de l’indien au cinéma).

[Piste 04] Anne-Marie Martin explique que l’Association de Diffusion populaire (ADP) est née d’une scission au sein du groupe qui éditait la revue Les Cahiers de Mai et défendait la pratique des « enquêtes ouvrières ». Elle lit un extrait d’un article paru en 1970 qui explicite cette démarche et dont voici un extrait : « l’enquête joue le rôle politique qui consiste à regrouper les travailleurs autour d’un projet, la production d’un texte agissant comme une force unificatrice, qui initie ou soutien le processus d’autoformation du groupe qui prend alors conscience de son existence comme tel. » Pour Anne-Marie Martin, deux expériences sont alors fondatrices : la grève de l’usine Pennaroya en 1972 et la lutte des Lip en 1973 (voir la séance consacrée à Lip). A cette époque, le groupe dont elle est alors membre n’est pas autonome de la direction parisienne. Dans les années 1970, une partie du groupe lyonnais crée une SARL, Vidéo Lyon, pour acheter en commun du matériel vidéo. Les premières bandes sont signées « collectif audiovisuel » ou « liaisons directes », mais les directives des Cahiers de mai sont trop contraignantes. En 1977, une partie des militant/es prend son autonomie et crée l’ADP, pour ouvrir le champ des luttes au-delà du monde ouvrier, notamment vers le mouvement féministe. L’ADP compte alors 7 personnes (4 femmes et 3 hommes) : une chercheuse de l’INSERM, une étudiante, une enseignante, une employée de bureau… A partir de 1977, Anne-Marie Martin est embauchée par l’ADP et a également été gérante de Vidéo Lyon. De 1975 à 1981, elle pense qu’une douzaine de bandes ont été réalisées, distribuées par Mon Œil. Elle évoque les liens avec d’autres groupes (Vidéo Out, Vidéo 13) et rappelle quand même que leur pratique est restée très liée aux « enquêtes ouvrières », en s’ouvrant aux problèmes de l’écologie, du nucléaire, des femmes, qualifiés alors par les gens des Cahiers de Mai de « luttes clignotantes », moins essentielles que les luttes ouvrières. Elle explique que la création d’ADP était bien une rupture politique par rapport aux autres « camarades ». En parallèle, la société Vidéo Lyon a permis de faire des prestations commerciales, pour acheter du matériel. Elle précise qu’ils ont été équipés en ¾ pouce dès 1975 par exemple et qu’ils avaient acheté, en commun avec une autre société, une caméra couleurs. Grâce à un marché de la Chambre de commerce de Lyon, la société a pu embaucher jusqu’à deux salariés. A la demande d’Hélène Fleckinger, elle confirme cependant que les tournages militants se faisaient plutôt en ½ pouce noir et blanc, là où les prestations étaient tournées en ¾ pouce Umatic, en couleurs.

[Piste 05] Jean-Luc Lioult revient sur le contexte de création de Vidéo 13. En 1975, Après avoir été étudiants en lettres, Hélène et Jean-Luc Lioult préparent un diplôme d’études universitaires en cinéma et télévision à l’Université d’Aix-en-Provence, dans le cadre duquel ils font ensemble leur premier film en vidéo ¼ pouce (AKAI VT 100) sur la télévision communautaire de Valleraugue dans les Cévennes.

Tournage à Valleraugue (janvier 1975) - crédits photo : Jean-Luc Lioult
Tournage à Valleraugue (janvier 1975) – crédits photo : Jean-Luc Lioult

Dans ces années-là, Jean-Luc Lioult évoque l’influence de la revue Interférences. Avec Jean-Louis Porte, rencontré à l’université et dont ils partagent les idées libertaires, le couple imagine ensuite plusieurs projets : des actualités régionales en super 8, un film sur la défense de la Vallée de la Clarée menacée par une autoroute. En 1976, ils vont à Grenoble rencontrer l’équipe de Vidéo Gazette, soutiennent des luttes ouvrières et programment des films et vidéos engagés à Aix, Avignon et Marseille. Le 21 septembre 1976, ils diffusent un tract « Pour un collectif vidéo à Marseille ». L’association Vidéo 13 est créée. Sa première présidente est Hélène Lioult. Le collectif acquiert un ensemble de tournage en vidéo (un Portapak et un moniteur, pour 15 000 francs environ), sans les outils de montage, trop chers. La post-production se fait alors soit dans le milieu socio-culturel, soit chez les vendeurs de matériel.

Extrait du bulletin n°0 du collectif Vidéo 13
Extrait du bulletin n°0 du collectif Vidéo 13

Jean-Luc Lioult montre le premier et unique bulletin de l’association, daté de janvier 1977, qui annonce la création de l’association et les objectifs de cette « association Loi de 1901, organe d’aucun parti, ou organisation » : « fabriquer notre propre image, notre propre parole, contre les discours de l’idéologie dominante ». Il évoque ensuite la première bande de l’association, sur la prison d’Arenc (centre de rétention administrative pour étrangers), aujourd’hui perdue, mais beaucoup diffusée d’un endroit à l’autre pour susciter la discussion. A partir d’un document de 1977, il donne un état des projets à cette date : celui de la prison d’Arenc, mais aussi un projet avec une enseignante de l’Université sur les rapports entre l’institution et la ville, un autre avec le comité Chili d’Aix-en-Provence, d’autres sur une liste populaire pour les futures élections municipales, sur les alternatives à l’école et un projet sur la Cayolle, une cité marseillaise. La dernière bande est réalisée en 1978, autour des problèmes de logement à Aix, la spéculation immobilière, les marchands de sommeil… Les projets sont ensuite plutôt portés par les nouvelles structures : Airelles Vidéo et Clivage.

Présentation de l'atelier vidéo né au sein de l'association Aire Elles dans la revue "Visuelles" (n°1 - février 1980)
Présentation de l’atelier vidéo né au sein de l’association Aire Elles dans la revue « Visuelles » (n°1 – février 1980)

[Piste 06] Hélène Lioult précise qu’elle est née en Kabylie et a grandi à Alger où elle est restée lycéenne jusqu’en 1968. Dans les années 1970, elle s’implique de plus en plus dans le mouvement des femmes à Aix-en-Provence. Elle fréquente le MLAC, la Librairie des femmes et un lieu non-mixte, une association appelée Aire Elles. C’est au sein de Aire Elles que nait le premier collectif vidéo, composé de 5 ou 6 femmes, actif pendant trois ans. Aucun film n’était signé. Hélène Lioult évoque une première réalisation, témoignage de l’une de leur camarade sur son viol, puis une autre, réalisée par une lycéenne au moment du procès d’Aix-en-Provence en 1978.

Tournage du film "Avortement : ils appellent ça I.V.G." (1979) - crédits photo : Hélène Lioult
Tournage du film « Avortement : ils appellent ça I.V.G. » (1979) – crédits photo : Hélène Lioult

Elle parle ensuite de la volonté d’une partie de l’équipe de devenir professionnelles. Le film sur le procès d’Aix-en-Provence a été vendu, pour des actions de sensibilisation en région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Elle expliquera plus tard que cette initiative a suscité des oppositions d’une partie du premier groupe, qui mènent en 1980 à la création de l’association Airelles Vidéo pour que le groupe prenne son autonomie par rapport au premier collectif militant, puisse aussi être épaulé par un conseil d’administration avec des personnalités variées (directrice de crèche, médecins, avocates, travailleurs de l’animation culturelle, vidéothécaires, etc.). Elle évoque les sujets traités par Airelles vidéo, pour beaucoup dans le prolongement de la vie quotidienne : les crèches parentales, la constitution d’un groupe de consommation alternative (une sorte de préfiguration des AMAP), l’agriculture biologique, les luttes féministes… Grâce à un agrément comme organisme de formation, Airelles Vidéo fait aussi beaucoup de formations en direction des bibliothécaires, des infirmiers et infirmiers psychiatriques, des syndicalistes. Il s’agissait de contrats, mais Hélène Lioult précise que l’équipe respectait plusieurs principes : ne pas être affilié à un parti, ne pas faire de films publicitaires ou de films de commande, toujours mettre en place un dispositif de collaboration au sein de petits groupes (elle dit « groupes restreints »). Elle dit que l’association a beaucoup bénéficié du Fonds d’intervention culturel (le FIC, créé dès 1971), qui a payé un temps une partie importante des salaires. Airelles Vidéo existe toujours aujourd’hui. Au-delà de sa formation initiale, Hélène Lioult rend compte de ses liens avec plusieurs organismes, moteurs dans ses réflexions : le Centre d’études féministes de l’unité de Provence (CEFUP), le Cercle Condorcet, sur la question des droits de l’homme et les réseaux de l’éducation populaire. A la suite d’une question dans le public, elle évoque sa collaboration avec le réalisateur algérien Ahmed Lallem.

Page de garde du catalogue des productions du collectif Clivage
Page de garde du catalogue des productions du collectif Clivage

[Piste 07] Jean-Luc Lioult présente l’association Clivage, née de la volonté d’amis professionnels de l’audiovisuel, du travail social, de la psychiatrie, de rendre compte de problèmes d’exclusion, de marginalisation. Le premier projet du groupe, c’est le film Siamo matti ma educati, tourné en juillet 1978 à Trieste, dans l’hôpital de Franco Basaglia, figure de l’anti-psychiatrie italienne. Le film suivant s’intitule Instituer l’échange. Il est tourné en 1980 à l’hôpital psychiatrique de Valvert à Marseille où Dominique Gibrail (Clivages) donnaient des formation. Ce dernier avait réussi à convaincre la direction de faire un film avec les soignants et les soignés sur la question de la communication au sein d’un établissement psychiatrique. Jean-Luc Lioult évoque enfin le film Pièces uniques, réalisé dans un Institut médico-éducatif (IME) avec des personnes handicapées impliquées dans un atelier théâtre. Dès 1981, Clivage organise régulièrement des ateliers en direction des personnels et des patients des hôpitaux psychiatriques qui sont ainsi formés à l’utilisation de la vidéo. Jean-Luc Lioult revient ensuite sur l’importance du projet Chroniques de Souteyrannes réalisé de 1982 à 1984, un lieu de vie alternatif en Lozère, près de Vialas, pour des enfants patients des hôpitaux psychiatriques. Jean-Luc et Hélène Lioult se sont beaucoup investis dans ce projet, et décident finalement de le signer, s’inscrivant ainsi un peu plus dans une démarche d’auteur/es. Le film a été déposé dans des médiathèques, des instituts de formation, dans un institut suisse, l’École d’études sociales et pédagogiques. Il évoque ensuite d’autres projets et le matériel qu’ils utilisaient : ½ pouce, VHS, paluche. Hélène Lioult ajoute l’importance du rôle de l’INA Sud-Est à partir de sa création et évoque son directeur Henri Dumolier. L’INA prêtait alors des bandes et du matériel, et organisait des formations pour les professionnels de la région.

A ce sujet, l’INA conserve un documentaire sur le travail de sa vidéothèque à Marseille : Mémoire d’une région : la vidéothèque INA à Marseille (1985).

[Piste 08] Marie-Thérèse Martinelli revient sur la diffusion des bandes, et regrette de ne les avoir pas mieux conservées, ainsi que des photographies ou des documents de cette époque. Elle indique que les membres de Vidéo 0031 se pensaient alors avant tout comme des militants et n’avaient pas de volonté de professionnalisation. Ce qui comptait, c’était la valeur immédiate des bandes, pour mobiliser, informer des luttes. A propos des terrains d’intervention de Vidéo 0031, elle parle essentiellement des luttes ouvrières, souvent aux côtés de syndicalistes CFDT, dans l’industrie de l’habillement (cuir, confection) très développée en Midi-Pyrénées ou encore dans l’aéronautique. A ce sujet, elle évoque une grève très dure à la SNIAS au cours de laquelle le directeur des ressources humaines avait été retenu par les grévistes. C’est elle qui était allée filmer. Le film a été beaucoup diffusé dans les usines de l’entreprise. Elle revient à ce moment-là sur les formations en direction des syndicalistes et sur les vidéotracts. Le groupe a aussi travaillé sur les questions économiques, les rapports entre le monde rural et le monde urbain. Pour un film sur l’inflation, ils sont allés interroger aussi bien des universitaires que des paysans. Avec la même volonté pédagogique, elle se souvient aussi d’avoir travaillé avec des comités d’entreprise, pour donner à travers le film et les experts convoqués, des clefs pour comprendre la gestion des entreprises. Pour lutter contre les stéréotypes genrés (« métiers féminins », « métiers masculins »), elle parle aussi de liens avec l’association « Femmes et bâtiment » à Toulouse, qui proposait des formations dans ce domaine pour les femmes, et avec qui plusieurs films en super 8 ont été réalisés, notamment autour de l’auto-construction en bois. Sur l’identité homme/femme, elle parle de trois projets, l’un autour de l’identité masculine mené par Gilbert Martinelli, deux autres sur les femmes auxquels Marie-Thérèse Martinelli a participé. Balbutiements, réalisé par quatre femmes féministes, évoque les rapports à la mère. Les auteures l’avaient montré par la suite à des médecins qui réfléchissaient à Toulouse sur l’anti-psychiatrie. L’autre projet a été tourné en super 8, par trois femmes, dont Anne Conan, devenue plus tard professionnelle. Marie-Thérèse Martinelli finit en évoquant une action de militants occitans contre Jacques Chancel et les événements qu’il organisait dans les Pyrénées en marge du Tour de France.

[Piste 09] Anne-Marie Martin présente deux films tournés au Portugal en 1976, deux ans après la Révolution des Œillets : une enquête autour des expériences coopératives agricoles. Le premier film, dont est tiré l’extrait qui va être projeté, est filmé dans une coopérative de petits propriétaires près de Coimbra. Il s’intitule Juntar as forças – juntar as terras. Le second s’intéressait au mouvement des fermiers du nord et s’appelle Os Rendeiros do Norte. Le film terminé, des diffusions ont été organisées dans la région de Porto, puis en Rhône-Alpes, mais relativement pour des questions techniques.

[Piste 10] Un extrait du film sur les coopératives au Portugal (ADP, 1976) est projeté.

[Piste 11] Brève présentation par Hélène Lioult et projection d’un extrait du film d’Airelles sur le procès d’Aix (1978)

[Piste 12] Brève présentation par Jean-Luc Lioult et projection d’un extrait de Siamo matti ma educati (1978)

Présentation du film "Siamo matti ma educati" réalisé par le collectif Clivage en 1978.
Présentation du film « Siamo matti ma educati » réalisé par le collectif Clivage en 1978.

[Piste 13]
La parole est donnée à la salle.

Un participant demande s’il est possible de voir les vidéo-tracts tournés par Vidéo 0031. Hélène Fleckinger indique que les bandes déposées par Marie-Thérèse Martinelli sont en cours de numérisation, bientôt consultables à la BnF.

Alain Carou interroge Anne-Marie Martin sur les rapports d’ADP avec l’INA qu’elle a évoqué à propos des films tournés au Portugal. Elle dit avoir alors été en contact avec Henri False. L’INA donnait alors des bandes, mais elle indique qu’ADP avait remis les rushes et le montage à l’institut, qu’ils n’avaient gardé que des copies du montage final. Jean-Luc Lioult confirme qu’il s’agissait d’une politique nationale dont ils ont aussi bénéficié à Marseille. Anne-Marie Martin regrette certaines belles séquences tournées au Portugal. Elle rappelle que les vidéastes effaçaient alors beaucoup. Jean-Luc Lioult explique que les bandes et les cassettes étaient rares et chères. Le film sur Valleraugue en 1975 a par exemple été effacé par les enseignants des Lioult, car ils manquaient de supports pour filmer d’autres choses. Hélène Lioult se souvient également avoir filmé des sketches que faisaient les militants du FHAR (front homosexuel d’action révolutionnaire) dans les cinémas. Tout a été effacé.

Anne-Marie Lallement interroge les invités pour savoir s’ils se connaissaient à cette période. Anne-Marie Martin dit qu’elle connaissait Vidéo 13, Jean-Louis Porte. Hélène Lioult fréquentait aussi Monique Haicaut à Toulouse. Hélène Lioult estime que les vidéastes se connaissaient d’une région à l’autre, mais qu’il n’existaient pas d’événements spécifiques à la vidéo, que les liens se faisaient plutôt à travers les thèmes qui étaient abordés : les femmes, l’anti-psychiatrie… Les festivals, Créteil, Dignes, Hyères, Montbéliard, puis Lussas, sont cependant aussi évoqués, ainsi que la Fédération des vidéos des pays et des quartiers. Il est rappelé que les films étaient aussi déposés à Mon Œil, pour Airelles Vidéo au Centre audiovisuel Simone de Beauvoir. Enfin, par rapport à Montbéliard, Anne-Marie Martin estime qu’il n’y avait pas à l’époque de césure entre « l’art et les militants ». A Lyon, l’ADP était seule à avoir du matériel. Ils étaient ainsi invités à filmer des performances artistiques aussi.

A propos de Vidéo 13, Anne-Marie Lallement dit associer le collectif à Paul Saadoun. Cela amène Jean-Luc et Hélène Lioult à évoquer les membres de Vidéo 13, leurs origines et comment le groupe s’est scindé en plusieurs branches, notamment à cause de l’éloignement géographique (Marseille, Aix). Ces différentes entités ont parfois permis à chaque structure d’acheter du matériel de manière complémentaire.

Par rapport à la professionnalisation et à la pérennisation des structures, un participant identifie deux approches différentes des collectifs face à la rupture de 1981. Les financements sont alors devenus presque obligatoirement liés à la télévision. Certains ont choisi de suivre cette voie et de se professionnaliser, d’autres n’ont pas franchi cette ligne. Il revient aussi sur la revue Interférences qu’il estime aussi très importante, notamment pour le mouvement des radios libres.

Marie-Thérèse Martinelli trouve dans son expérience un écho à ces remarques. Le collectif s’est disloqué à la fois du fait de la séparation du couple qui en était le noyau central, mais aussi à cause des nouvelles positions de la CFDT. De son côté, comme elle avait commencé à l’utiliser avec le mouvement des femmes, elle a continué en super 8, avec une caméra Beaulieu. Tout était plus simple, moins coûteux. Depuis, elle est passée au numérique.

 
PISTES BIBLIOGRAPHIQUES

Martin Anne-Marie. Enjeux de mémoire à propos de l’affaire Schlumpf à travers un objet particulier, un film. 1977-2007. ethnographiques.org, Numéro 25 – décembre 2012 (Filmer le travail : chercher, montrer, démontrer). [en ligne – consulté le 24.03.2016].

Martin Anne-Marie. Le devenir des films militants : le témoignage d’une réalisatrice. in: Hiraux Françoise (dir). Les Archives audiovisuelles : politiques et pratiques dans la société de l’information. Louvain-la-Neuve : Publications des Archives de l’Université catholique de Louvain, 2009. pp. 129-138.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *