Expériences vidéo dans les conflits Lip

ETUDES DE CAS

Séance du 8 avril 2013

La sixième séance du séminaire « Vidéo des premiers temps » inaugure une série d’études de cas, consacrées à des mobilisations politiques dans lesquelles des collectifs vidéo se sont fortement impliqués. Emblématiques des grèves ouvrières des années 1970, les conflits Lip ont été abondamment filmés. Parties prenantes du mouvement, les pratiques militantes du cinéma et de la vidéo ont expérimenté des dispositifs originaux, notamment quant à la relation filmeurs-filmés. De même, les images ainsi produites ont-elles été utilisées à des fins de discussion et de réflexion collectives au cœur même des luttes. Cette séance sera ainsi l’occasion de mettre en perspective les pratiques du cinéma 16 mm et de la vidéo. Acteurs et actrices de cette histoire apporteront leur témoignage et leur analyse sur des images qui, pour une partie d’entre elles, n’ont été retrouvées et sauvegardées que récemment.

INVITÉ-E-S :

  • Dominique Barbier (sous réserve), monteuse et réalisatrice, Les Cahiers de mai
  • Dominique Dubosc, cinéaste, réalisateur notamment de Lip 73-74 : le goût du collectif
  • Anne-Marie Martin,  réalisatrice, ADP (Association Diffusion Populaire)
  • Frank Georgi, Historien, Maître de conférences à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, Centre d’histoire sociale du XXe siècle.

L’image à la une est une photographie de Carole Roussopoulos en tournage avec son mari Paul lors de la Marche des Lip, à Besançon, en septembre 1973. Copyright Association Carole Roussopoulos. 

Découvrez les enregistrements  sonores, le compte-rendu de la séance ainsi que des extraits vidéos:

1.Hélène Fleckinger introduit cette séance consacrée à la vidéo au sein des conflits Lip de 1973 et 1976 ; elle précise qu’il s’agit d’une étape préparatoire du colloque Images des Lip : création en lutte (ce colloque s’est depuis tenu les 12 et 13 novembre 2013 à la Maison des métallos). Emblématiques des luttes ouvrières des années 70, la grève des Lip a été abondamment filmée, et l’enjeu de cette séance est de mettre en évidence les dispositifs originaux mis en place par le biais de la vidéo. Ces dispositifs ont permis d’une part de populariser le mouvement, d’autre part de restituer une parole plurielle qui reflète la diversité des positions et des positionnements au sein du mouvement (la CFDT, la CGT, le comité d’action, les femmes), et enfin d’élaborer une réflexion sur les relations entre filmeurs et filmés.

Elle présente ensuite les invité-e-s et précise que Monique Piton, ouvrière chez Lip et sujet de plusieurs bandes vidéos tournées par Carole Roussopoulos, ne peut malheureusement pas être présente.

2. La bande annonce de L’Affaire Lip 1973-1974 de Dominique Dubosc (1976/2006) est projetée. Vous pouvez voir le film complet ici (vidéo issue de la chaine Vimeo du réalisateur) :

L’Affaire LIP from Dominique Dubosc on Vimeo.

3. Frank Georgi revient ensuite longuement sur l’histoire du conflit Lip et ses deux temps forts, 1973 et 1976. Lip est une manufacture de montres de qualité employant des ouvrier-e-s spécialisé-e-s très qualifié-e-s et majoritairement issu-e-s des zones rurales de Franche-Comté, une région marquée par un fort catholicisme de gauche (mouvements de jeunesse, syndicalisme chrétien). Entre 40 et 50% du personnel de chez Lip est syndiqué (à part égale à la CFDT et à la CGT), ce qui représente un chiffre exceptionnel. Le conflit amorcé depuis la reprise de l’usine par la multinationale suisse Ebauches SA éclate lorsque le personnel prend connaissance de l’existence d’un vaste plan de démantèlement et de licenciement. Le 12 juin 73, les travailleurs/euses séquestrent les administrateurs, occupent l’usine, décident de la grève totale et mettent à l’abri un stock de montres qui sont évacuées de l’usine – on parlera alors du « vol des montres ». Pour survivre et faire vivre leur mobilisation, ils et elles décident de relancer une chaîne de montage pour continuer de fabriquer et de vendre des montres. Une banderole est placée sur la façade de l’usine : « C’est possible : on fabrique on vend. [Signé] Les travailleurs ». Non seulement les ventes sont inespérées mais le mouvement devient un symbole de lutte autogestionnaire et attire des milliers de personnes, militant-e-s, artistes, intellectuel-le-s, cinéastes, etc. qui convergent vers les Lip, tandis que ces derniers sillonnent de leur côté la France pour populariser leur mouvement.

Parmi les très nombreuses réalisations en soutien à la lutte (journaux, disque, pièces de théâtre, etc.), beaucoup de films sont tournés. Puisqu’on vous dit que c’est possible de Chris Marker (1973), dont la bande annonce est visible sur youtube, en fait partie :

Frank Georgi évoque un autre film réalisé pour la télévision, Du côté de chez Lip (Huguette Debaisieux et Pierre Lary, 1973). Il est moins connu mais pas moins intéressant dans la mesure où les journalistes laissent la caméra aux ouvriers pour qu’ils se filment eux-mêmes. Ce film est en libre accès sur ina.fr :

Frank Georgi s’interroge ensuite sur les raisons de la popularité de la lutte des Lip, et revient en particulier sur son caractère autogestionnaire. L’autogestion est un mot qui a pris corps en 68 mais qui reste sans image concrète jusqu’à la lutte des Lip, qui en constituent la première expérience patente. La CFDT comme la CGT y sont hostiles, et patronnat et gouvernement craignent de concert une contagion. Or, et c’est le paradoxe de cette lutte, les Lip réclament avant tout un nouveau patron : l’autogestion s’impose comme un moyen et non une fin.

En août 73, l’usine est évacuée par les forces de l’ordre et les Lip se retranchent dans un gymnase. La lutte continue et une gigantesque marche sur Besançon est organisée le 29 septembre. Un médiateur est dépêché par le gouvernement, mais les négociations se soldent par un vote négatif contre le « plan Giraud » de la part des salarié-e-s. Ce durcissement du mouvement suscite une déclaration martiale de Pierre Messmer, alors premier ministre : « Lip, c’est fini! » assène celui-ci. Parallèlement, des tractations entre le PSU et une frange progressiste du patronnat permet de dégager une solution industrielle, et un plan de sauvetage est voté en AG en janvier 74. Les « accords de Dole » mettent fin au premier conflit.

En avril 76, l’entreprise dépose le bilan. En mai, les biens sont liquidés et une lettre de licenciement est envoyée à tous les salariés. « Lip, c’est reparti » : occupation, manifs, vente sauvage du stock de montres. Ce second conflit suscite une nouvelle effervescence chez les artistes et les intellectuels ; il se déplace de la question sociale à la question des femmes qui devient centrale.

Mais 76 n’est pas la « fête » de 73 : toutes les portes se ferment, CFDT et CGT sont hostiles à ce qu’ils considèrent comme un mouvement perdu d’avance. En automne 77, les travailleurs lancent des coopératives de production pour créer leurs propres emplois en poursuivant des activités amorcées dans la lutte (restaurant, jouets en bois, etc.). Mais le gouvernement ordonne l’évacuation de l’usine de Palante, le site historique de Lip. Finalement, la communauté éclate, les coopératives vivent difficilement et la majorité d’entre elles déposeront le bilan dans les années 80 et 90.

En conclusion de son exposé, Frank Georgi met en lumière l’opposition entre deux mémoires des conflits Lip : une mémoire interne marquée par l’amertume et la souffrance, et une image extérieure mobilisatrice.

4. Dominique Dubosc revient ensuite sur sa propre expérience de la lutte des Lip où il a atterri via Les Cahiers de mai, une revue au sein de laquelle il milite alors. Il reprend ensuite plusieurs points abordés par Frank Georgi. A propos des syndicalistes de Lip, si  le mouvement est en effet marqué par un christianisme de gauche (beaucoup sont passés par la Jeunesse Ouvrière Chrétienne), il faut préciser que ce syndicalisme chrétien bascule avec la guerre d’Algérie, qui est une des raisons de la création de la CFDT (laquelle est une émanation de la CFTC). Il dit aussi qu’on parle davantage à l’époque de lutte pour la dignité des travailleurs/euses que d’insubordination ouvrière. D’ailleurs, Lip n’est pas un mouvement révolutionnaire ; il s’agit de créer un rapport de force visant à essayer de sauver ce qui peut l’être et à améliorer le sort des ouvrier-e-s.

Il revient ensuite sur la commission cinéma existant au sein de la lutte et la notion de film inséré à propos de Lip 1 : non au démantèlement! Non aux licenciements!, le seul film inséré qu’il ait réalisé. Un film inséré est un film de commande qui s’inscrit dans une stratégie déterminée par les travailleurs. C’est donc un outil politique au service d’un objectif déterminé et qui appartient aux travailleurs. En l’occurrence, les Lip se sont vite rendus compte de la nécessité d’avoir un support pour introduire les débats lorsqu’ils et elles se déplaçaient pour populariser leur lutte. Ce film consiste donc en une visite de l’usine par Charles Piaget, le leader de la CFDT chez les Lip.

En 74, il est décidé de faire un film de synthèse qui reprenne toute l’histoire du mouvement ; ce n’est pas un film inséré mais un film de mémoire. Le projet lancé durant le premier trimestre 74 donnera Lip ou le goût du collectif (1976).

5. Un extrait du remontage de 1997 de Lip ou le goût du collectif est projeté.

6. Bien que les entretiens préparatoires à la séance aient révélé le primat accordé à la question du politique dans les pratiques de la vidéo et du cinéma militant, Hélène Fleckinger souhaite entendre Dominique Dubosc sur la question de la technique, et en particulier l’hybridation entre cinéma et vidéo dans le film dont un extrait vient d’être projeté.

Dominique Dubosc confirme le primat du politique et affirme que le support n’avait pas beaucoup d’importance. Autrement dit, la fin primait sur le moyen. Il est vrai que la vidéo offrait l’avantage d’être immédiatement visible, mais son pouvoir d’agitation au sein des luttes créait parallèlement ce qu’il considère comme des « problèmes », à savoir perturber le fonctionnement démocratique de la lutte en mettant en avant des groupes au détriment d’autres groupes.

Hélène Fleckinger rebondit en précisant que les bandes auxquelles Dominique Dubosc fait allusion sont celles qui ont été tournées par « Vidéo Out » sur les femmes et qui ont été très mal reçues. On a là l’exemple d’un usage spontanéiste de la vidéo qui débouche sur une  importante polémique au sein d’une lutte.

7. Anne-Marie Martin s’exprime ensuite sur l’expérience d’ADP (Association Diffusion Populaire) en commençant par évoquer la rencontre avec les Roussopoulos qui ont introduit les membres du groupe à la vidéo. Si la grève des Lip a donné lieu à de nombreuses productions visant à populariser le mouvement (journal Lip unité, tracts distribués sur les marchés, etc.), les vidéos apportaient un contact sensoriel particulier et très puissant avec la lutte.

Elle revient ensuite sur la genèse de La lutte des femmes à Lip et ailleurs (1975). Tout commence par la création d’un groupe de femmes au sein du mouvement Lip après les accords de Dole. Ce groupe de travail produit une brochure, « Lip au féminin », qui paraît en février 75. Elle rend compte à la fois des problèmes spécifiques des femmes qui ne sont pas pris en compte par les accords, mais elle interroge aussi la hiérarchisation sexuée de la lutte. D’abord mal reçue au sein du mouvement, cette brochure finit par être très diffusée. Après cela, une délégation de travailleuses de chez Lip participe à une semaine d’information sur les luttes de femmes organisée à Paris par « Liaisons directes », une émanation des « Cahiers de mai ». Puis, une réunion similaire est organisée à Lyon en juin 75 et réunit une centaine de femmes de la région lyonnaise : c’est lors de cette rencontre que nait La lutte des femmes à Lip et ailleurs.

8. Un extrait du film est projeté.

9. Dominique Barbier revient ensuite sur sa rencontre concomitante avec Carole Roussopoulos et avec la vidéo chez les Lip (voir le compte-rendu de la séance consacrée aux usages féministes de la vidéo). Elle évoque ensuite l’un des enjeux majeurs de la vidéo militante : celui de donner la parole. Dès lors, la question de savoir qui on fait parler est cruciale, et de ce point de vue, Paul et Carole Roussopoulos proposent un travail différent de ce que tout le monde fait alors : ils donnent la parole aux femmes, qui ne sont pas considérées a priori comme représentatives du mouvement dans la mesure où la problématique des femmes est vue comme étant secondaire par rapport à la lutte ouvrière. Monique Piton fait en particulier l’objet de plusieurs bandes ; la rencontre entre Carole Roussopoulos et cette dernière illustre bien la capacité de la vidéo à révéler, à susciter une parole qui ne trouve pas d’autre espace pour s’exprimer.

S’ensuit une discussion entre Dominique Dubosc et Dominique Barbier sur les capacités respectives du 16 mm et de la vidéo à recueillir la parole. La vidéo semble en effet plus propice que le cinéma au « surgissement de la parole », mais des contre-exemples existent (l’école canadienne ; A bientôt j’espère de Chris Marker ; les films de Jean Rouch). Dominique Barbier affirme d’ailleurs que leur travail en vidéo se situaient dans la tradition du cinéma direct.

10. Un extrait de Lip 1 : Monique tourné par Carole Roussopoulos en 1973 est projeté. Cette bande enregistre la rencontre entre la vidéaste et Monique Piton par le biais de la caméra ; on y voit cette dernière s’exprimer de façon spontanée sur l’invisibilité des femmes chez les Lip.

11. Hélène Fleckinger lit ensuite des extraits d’une lettre rédigée par Monique Piton qui n’a pas pu assister à la séance comme prévu. Elle y raconte la façon dont elle a vécu ce moment, sa surprise devant le fait qu’on la laisse « aller au bout » de ses phrases, ce qui n’était pas possible avec les autres médias qui ne s’adressaient qu’aux leaders et (donc) aux hommes – y compris les journalistes de gauche ou anarchistes – et coupaient toujours la parole aux femmes de la base.

Cette chronique est la première d’une série de 6 bandes vidéos tournées par Carole Roussopoulos chez les Lip. L’idée de ces vidéos n’est pas de taper sur les syndicats ou de mettre en avant les faiblesses du mouvement, mais de donner la parole aux femmes qui peinent à s’exprimer dans la lutte. Cette série n’est pas bien reçue, en particulier la bande intitulée Lip V : Christiane et Monique tournée en 76, où l’on revoit notamment Monique Piton dans un sketch où elle raconte l’organisation de la lutte des Lip en remplaçant le mot « homme » par « blanc » et le mot « femme » par « arabe » pour établir un parallèle entre sexisme et racisme. Voici cet extrait mordant et d’une redoutable efficacité, qui a été reçu très violemment par les syndicalistes du mouvement :


Christiane et Monique. Lip V (extrait)… par GENRIMAGES (Centre audiovisuel Simone de Beauvoir)

Hélène Fleckinger relève la présence dans Lip V et Lip VI (1976) d’une mise en abyme  des vidéos tournées en 73 – on voit ici au début de l’extrait un bout de la rencontre entre Carole Roussopoulos et Monique Piton tournée en 73. Il y a là une dimension très intéressante de la vidéo telle qu’elle est pratiquée par « Vidéo Out » (le groupe de Carole et Paul Roussopoulos) dans le mouvement: celle qui consiste à faire dialoguer entre eux les militants en relayant en interne des points de vue qui ne seraient pas entendus sans cette médiatisation. Hélène Fleckinger poursuit en indiquant qu’il s’opère ainsi un glissement de la question sociale (1er conflit) à la question des femmes (2nd conflit) dans le type d’images produites sur les Lip.

Pour rebondir sur la réception de la politisation de la question des femmes dans le mouvement, Anne-Marie Martin précise que la brochure Lip au féminin a été interdite pendant les portes ouvertes de l’usine.

12. Un débat très riche s’engage avec la salle. Plusieurs questions sont abordées, que je synthétise ci-dessous de façon thématique et non chronologique.

La première question est celle de l’utilisation des images par les historiens ; sources de plus en plus sollicitées, les images audiovisuelles sont irremplaçables pour restituer des atmosphères qu’on ne peut pas saisir avec la même épaisseur à travers les sources écrites ou les entretiens. Frank Georgi estime en particulier que les vidéos tournées chez les Lip permettent de dater peut-être plus précisément qu’aucun autre document le moment où le mouvement bascule de la question « principale » à la question « secondaire », c’est à  dire de la lutte des classes à la lutte des femmes. Il est toutefois rappelé que pour être comprises, et a fortiori utilisées comme sources historiques, ces bandes vidéos doivent être impérativement recontextualisées, à la manière de ce que fait le séminaire Vidéo des premiers temps.

Les liens entre la vidéo et le féminisme  voire plus largement avec les luttes minoritaires (ou considérées comme telles) sont également abordés. Si comme le rappelle Hélène Fleckinger, il ne s’agit aucunement d’essentialiser la vidéo, force est de constater que les pratiques qui lui sont liées font preuve d’une « ouverture idéologique » marquée par un intérêt fort pour le vécu des luttes et des oppressions, et un refus des abstractions théoriques globalisantes plus caractéristiques du cinéma militant. Une intervenante demande à Dominique Barbier et Anne-Marie Martin si leur appropriation de la vidéo a quelque chose à voir avec le fait d’être des femmes, ce à quoi Dominique Barbier répond affirmativement,  en précisant que le cinéma est un univers bien plus hiérarchisé que la vidéo.

Les liens entre la vidéo et la question des femmes est ainsi imbriquée à une autre question, celle de la posture du cinéaste : les pratiques collectives de la vidéo semblent en effet s’opposer à l’individualisme du cinéaste. Pourtant des contre-exemples existent : Chris Marker qui créé les groupes Medvedkine et donne sa caméra aux ouvriers de Sochaux (A Bientôt j’espère, 1968) ; René Vautier qui filme Un homme est mort sur les piquets de grève de Brest. Plus largement, la question de l’opposition et/ou des similitudes entre vidéo et 16mm est discutée ; il est notamment rappelé que les films tournés en 16mm par le groupe des Cahiers de mai – notamment par Dominique Dubosc – suivaient le même objectif que la vidéo : se mettre au service des travailleurs.

La quatrième question, également imbriquée aux deux questions précédentes, porte sur les liens entre vidéo et expression d’une parole non officielle. La vidéo est mentionnée de façon quasi-unanime comme un outil permettant de restituer une parole alternative, habituellement invisibilisée par l’omnipotence des syndicats et leurs revendications officielles, mais aussi par les discours révolutionnaires. La vidéo, c’est la possibilité de surgissement d’une parole « sauvage », incontrôlée, et c’est ce qui déplait ou fait peur aux  réformistes comme aux maos de l’époque. Le brouillage des frontières entre personnel et politique introduit par les féministes et qui trouve un espace d’expression privilégié dans la vidéo, est un bon exemple de cette parole qui échappe au militantisme tel qu’il s’est structuré jusqu’alors. En définitive, ce qui semble se jouer avec la vidéo et en particulier avec les usages de la vidéo dans les conflits Lip, c’est la découverte du pouvoir des images et de la possibilité de s’approprier ce pouvoir, à l’instar de Monique Piton.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *