Intervention vidéo et action culturelle

Séance du 10 mars 2014

La vidéo a très tôt occupé une place dans les lieux de la décentralisation culturelle (Maisons de la Culture, Centres d’Action Culturelle…). Elle a permis de garder trace des événements sociaux et artistiques qui s’y produisaient, d’expérimenter de nouvelles pratiques audiovisuelles et d’impulser des recherches d’écritures collectives ou plus personnelles, sous la houlette d’animateurs/trices disposant de matériels conséquents et jouissant d’une certaine autonomie.

Cette séance du séminaire « Vidéo des premiers temps » est consacrée au parcours d’un réalisateur, Thierry Nouel, entre 1968 et 1984. Acteur important de ce moment de la vidéo, dans diverses structures dont le Centre d’action culturelle d’Annecy, Thierry Nouel en a aussi été un observateur attentif, auteur en 1977 d’une enquête qui dresse un panorama des pratiques vidéo à travers l’ensemble du territoire français. Accompagnée de nombreux extraits de bandes récemment sauvegardées par la BnF, la séance est aussi l’occasion de nouer un dialogue avec deux participant/es à des expériences menées en milieu rural, et avec un responsable du secteur audiovisuel d’un autre Centre d’Action Culturelle.

Invité/es :

  • Thierry Nouel, vidéaste, chef-monteur et réalisateur de documentaires ;
  • Geneviève Excoffier , institutrice en pédagogie Freinet à Arbusigny en classe unique de moyenne montagne ; à l’origine du ciné-club local;
  • Roland Excoffier , technicien de service public, fondateur du Foyer rural et d’éducation populaire d’Arbusigny, actuellement responsable d’un Groupe de recueil de la mémoire locale ;
  • Pierre Müller , ancien responsable du Secteur audiovisuel du Centre d’action culturelle d’Orléans et du Loiret (Maison de la Culture d’Orléans) de 1976 à 1984.

L’image à la une est une photographie de Colette Hyvrard prise au cours du tournage de De Notre temps à Arbusigny (1980).

Découvrez le compte rendu et les enregistrements sonores de la séance…

COMPTE RENDU ET ENREGISTREMENTS SONORES

[Piste 01] Hélène Fleckinger ouvre la séance et présente rapidement Thierry Nouel, au parcours duquel la séance est consacrée.

[Piste 02] Thierry Nouel remercie les organisateurs et dit son émotion de pouvoir parler aujourd’hui de cette histoire de la vidéo légère à laquelle il a été fidèle pendant 46 ans, en compagnie de plusieurs compagnons de route. Il annonce la projection de nombreux extraits et présente son intervention en quatre parties :

  • 1968-1974 : entre le cinéma et la vidéo, trois rencontres décisives,
  • 1974-1978 : mes débuts en vidéo,
  • 1978-1984 : l’Unité audiovisuelle du CAC d’Annecy : moments de gloire et de conflits – et la vidéo à Arbusigny « mon utopie réalisée »,
  • Effacement, censure et traces : réflexions sur la vidéo légère et sa disparition.

Thierry Nouel commence par interroger l’oubli, voire l’effacement de cette histoire. Sur son parcours, il évoque deux textes qu’il a écrits pour La Revue Documentaires (voir références en fin de billet) et explique que lui aussi, a parfois effacé des éléments de sa mémoire, en prenant l’exemple de deux films de 1977, oubliés et qui ont été récemment retrouvés dans le fonds de la Maison de la Culture d’Orléans : App (dont le titre faisait référence à la notion « d’appareil idéologique d’état » de Louis Althusser) et Situations électroniques.
Un extrait de App est projeté.

[Piste 03] Thierry Nouel décrit son parcours : une classe préparatoire à l’IDHEC, l’école de cinéma bruxelloise l’INSAS, puis la rupture de Mai 68. Il arrête alors ses études de cinéma, s’intéresse à la vidéo, tout en continuant à montrer et tourner des films sur pellicule (des ciné-tracts à Rouen, un film sur le front de Libération du Mozambique), participant même à la fondation d’un collectif éphémère, Ciné-Front, dans la ligne de la revue Cinéthique.

Il explique qu’il a probablement commencé la vidéo parce qu’il n’y avait pas besoin de beaucoup d’argent ou d’aller à Paris, que « c’était la joie simple et totale de filmer », même s’il s’est ensuite toujours battu pour la conservation de ses bandes à une époque où les vidéastes pensaient que leur durée de vie ne dépasserait pas cinq ans. Il salue le travail de la BnF dont les numérisations permettent de revoir aujourd’hui des bandes qu’il avait pensées illisibles, jusqu’à ce qu’elles soient restaurées en 2011 : comme son premier tournage en vidéo d’octobre 68, réalisé avec une caméra Sony et un magnétoscope 2100 dit Ancienne Norme. Cette première bande montre l’inauguration d’une exposition de Victor Vasarely à Rouen, dans le magasin de meubles contemporains de son père, Claude Nouel (cinéaste amateur en 8 mm dès 1955). Pour Thierry Nouel, sa première rencontre décisive, c’est donc avec une caméra vidéo.

Thierry Nouel et Victor Vasarely dans le magasin de meubles de Claude Nouel à Rouen en 1968 - photographie : collection personnelle de Thierry Nouel
Thierry Nouel et Victor Vasarely dans le magasin de meubles de Claude Nouel à Rouen en 1968 – photographie : collection personnelle de Thierry Nouel

En octobre 1968, il souhaitait aussi garder à Rouen le magnétoscope de Jean-Luc Godard pour le faire circuler à travers des « groupes d’action cinématographique » qui ne seront finalement jamais effectifs. Malgré cet échec, c’est cet appareil que Thierry Nouel présente comme sa deuxième rencontre décisive. A cette occasion, Jean-Luc Godard vient aussi présenter Un film comme les autres tourné en août 1968 et dans les échanges qui suivent, contribue à poser une question importante pour Thierry Nouel : celle de la liberté de création au sein de l’institution.

Enfin, le jeune rouennais rencontre Christian Zarifian dont le groupe réalise des films à la Maison de la Culture du Havre. Cette troisième rencontre, en montrant les possibilités de l’action cinématographique au sein d’une institution culturelle, joue un rôle de modèle. Un extrait de Situations électroniques (1977) est projeté. Thierry Nouel avait alors interrogé René Allio, Jean Hurstel, Armand et Stéphane Gatti, Hélène Chatelain, Bernard Mounier, directeur de la Maison de la Culture du Havre, et Christian Zarifian. Dans l’extrait, ce dernier défend le cinéma comme un moyen de rendre visible une authentique culture populaire (« une culture qui échappe aux codes dominants, […] à cette culture imposée du dehors »), comme dans le film Moi j’dis qu’c’est bien (unité cinéma de la Maison de la Culture du Havre, 1973).

Annonce de la diffusion de Monté-Vidéo le 3 janvier 1975 à Petit-Quevilly
Annonce de la diffusion de Monté-Vidéo le 3 janvier 1975 à Petit-Quevilly
[Piste 04] En 1974, Thierry Nouel est étudiant en philosophie à Mont-Saint-Aignan. Il est également surveillant dans un collège de Petit-Quevilly et s’inspire des méthodes de Christian Zarifian pour écrire un scénario avec des adolescents de la MJC voisine. Grâce au programme « Vidéo Promotion Jeunesse », les jeunes font un stage de formation à Marly-le-Roi (INJEP) et tourne Montevidéo en septembre 1974 sur Akai ¼ de pouce, monté en 5 jours sur un magnétoscope IVC 1 pouce. Un extrait est projeté.

[Piste 05] En 1975, Thierry Nouel réussit un concours de l’Association technique pour l’action culturelle (ATAC). Il participe pendant 15 mois à un stage rémunéré, destiné à former des cadres de l’action culturelle. Cette formation commence à Annecy où Thierry Nouel travaille sur le thème de l’immigration, alors que la ville vient d’être le théâtre de deux actes racistes (un meurtre et une agression). Un extrait du film Salah Mohamed et le tunnel d’amertume (1975) est projeté (2 min 40). Thierry Nouel explique ensuite brièvement les difficultés techniques pour sous-titrer les dialogues en arabe, puisqu’il ne disposait pas alors d’un générateur d’écriture.

[Piste 06] Dans le cadre du stage de l’ATAC, un travail collectif était prévu. Les stagiaires ont alors formé un collectif vidéo éphémère pour réaliser À ma zone, afin d’interroger la marginalité, notamment dans sa relation avec la classe ouvrière. Le film suit deux histoires, celle d’Aimé Guerton, manutentionnaire de Choisy-le-Roi qui construit un radeau en bidons pour rejoindre des indiens en Amazonie, et celle de Daniel Carré qui constitue un comité de défense du quartier Croix de Pierre à Rouen, pour dénoncer la transformation sociale et économique en cours (hausse des loyers, départ des classes populaires). Lors du tournage en ½ pouce, le collectif forme à la vidéo un groupe d’ouvriers et de militants (dont Daniel Carré, personnage de À ma zone). Le montage s’effectuera au CAC de Cergy-Pontoise en ¾ de pouce Umatic. Un extrait du film est projeté.

Initiation à la vidéo à la Rouen (1976) - photographie : collection personnelle de Thierry Nouel
Initiation à la vidéo à la Rouen (1976) – photographie : collection personnelle de Thierry Nouel

[Piste 07] Grâce à « Vidéo Promotion Jeunesse », les ouvriers formés par les stagiaires de l’ATAC obtiennent un financement pour réaliser Jean Dielmann, 35 rue de Carville Saint-Etienne-du-Rouvray (NDLR : Le film de Chantal Akerman date de 1975). Il s’agit du portrait d’un jeune homme à la recherche d’un emploi, désespéré et sarcastique quant au libéralisme. Un extrait est projeté, à la suite duquel Thierry Nouel évoque le destin tragique de l’interprète principal du film, Daniel Carré, victime d’un accident peu après la fin du montage.

[Piste 08] A l’issue de sa formation, Thierry Nouel est embauché par la SACEA, la section des activités cinématographiques et audiovisuelles de l’ATAC, pour réaliser un rapport d’étude sur la vidéo dans les établissements culturels en 1977. Le travail reste inachevé, mais il évoque son intérêt aujourd’hui comme repère pour une histoire de la vidéo, ainsi que la richesse des questionnements de cette période autour de la place et de la fonction des animateurs (il cite notamment un article d’Alain Bergala dans un numéro spécial de Atac informations consacré au cinéma et à l’audiovisuel).

Fin 1977, il est embauché au Centre Culturel du Bassin Houiller lorrain à Freyming-Merlebach par Jean Hurstel, qui avait participé auparavant au projet « Le Lion, sa cage et ses ailes ». Il réalise là-bas avec les habitants le film Acht sous un keine prune autour de l’histoire de Puttelange-aux-Lacs, marquée par une importante entreprise textile. Un désaccord avec Jean Hurstel pousse Thierry Nouel à démissionner. Il est alors recruté comme animateur par Annecy Action Culturelle (AAC), préfiguration du Centre d’Action Culturel (CAC) Bonlieu (aujourd’hui Scène Nationale). Pendant cinq ans, il réalise là-bas une vingtaine de films et participe à une dizaine d’autres. Il précise qu’il reste également 200 bandes de rushes et ses archives personnelles. A son arrivée en 1978, la cellule audiovisuelle du CAC (cinéma et vidéo) est qualifiée de « secteur prioritaire ». A l’ouverture de Bonlieu en 1981, cette activité cesse d’être revendiquée, malgré l’importance des investissements consentis. Thierry Nouel est licencié en 1983 en raison d’un désaccord sur « la politique audiovisuelle du CAC et la fonction d’animateur ». Le CAC se sépare du matériel, l’activité disparait et les bandes sont sauvées des années plus tard par la Cinémathèque des Pays de Savoie et de l’Ain.

Thierry Nouel revient ensuite sur les projets les plus importants menés alors par la cellule audiovisuelle qu’il anime avec Pierre Todeschini. En septembre 1978, un magazine vidéo est créé, Vidéodébat, dont le premier numéro est tourné et monté en octobre, sur le thème « Les Monuments symboliques » (trois sujets réalisés par Pierre Todeschini, Martine Corbusié et Thierry Nouel). Les premières diffusions font l’événement et créent le débat, mais le Conseil municipal, de centre-droit, exprime son mécontentement. Les prochains numéros devront par la suite être approuvés avant leur diffusion.

En 1979, le numéro 3 de Vidéodébat s’intitule « Chroniques Ivégiennes ». Réalisé à l’Hôpital d’Annecy au moment du débat et du vote définitif de la loi sur la contraception et l’avortement (Loi Veil), ce film donne la parole aux femmes, ainsi qu’aux médecins, personnels soignants et associations qui pratiquaient contraception et avortements avant le vote le Loi (clandestinement) et depuis le premier vote de la loi en 1975 dans le cadre du service public de l’Hôpital. Diffusé dans tout le département, il suscite des débats « passionnés et passionnants ». Un extrait du film est projeté (1 min 30), après lequel Thierry Nouel revient rapidement sur les sujets abordés par ce document.

Programme de la manifestation "Vidéo(s) du jour" organisée par l'ATAC en décembre 1979
Programme de la manifestation « Vidéo(s) du jour » organisée par l’ATAC en décembre 1979
[Piste 09] En décembre 1979, la SACEA organise « Vidéo du Jour » à Cergy, manifestation au sein de laquelle sont présentées une soixantaine de bandes, « sans cloisonnement » : vidéo art, vidéos militantes, vidéos d’auteurs… Thierry Nouel indique aussi la tenue de plusieurs débats dont il donne les intitulés.

[Piste 10] Thierry Nouel évoque sa rencontre en juillet 1979 avec les responsables du Foyer rural de ski de fond d’Arbusigny et propose de découvrir, avant la prise de parole de Roland Excoffier, un premier extrait de la série de films réalisés dans le village : L’Hiver (extrait de 1 min 50).

[Piste 11] Roland Excoffier lit ensuite un texte de 1980, écrit pour la brochure L’Album d’Arbu éditée à l’occasion du tournage. « Il y a un moment d’intense émotion à voir son ordinaire transformé en spectacle, enveloppé de musique et rendu à l’image de fresque vivante… » Au-delà de cet émerveillement, il rend aussi compte de la gêne de se voir, de la difficulté de représenter la complexité de la vie et de ses sentiments ou de la chance donnée par la vidéo de montrer une autre culture. Après cette lecture, il salue la ténacité de Thierry Nouel pour retrouver les bandes et les montrer à Arbusigny trente ans après. Il rappelle aussi combien ce projet a été un moteur pour les bénévoles qu’ils étaient à l’époque. Un extrait du film La Pieuvre dans le trou est projeté.

Première diffusion publique des "Saisons d'Arbu" dans un café d'Arbusigny (1979) - au fond, le téléviseur installé pour l'événement. Photographie : Colette Hyvrard
Première diffusion publique des « Saisons d’Arbu » dans un café d’Arbusigny (1979) – au fond, le téléviseur installé pour l’événement. Photographie : Colette Hyvrard

[Piste 12] Geneviève Excoffier était institutrice à Arbusigny. Au début de l’année scolaire 1979-1980, elle est enseignante depuis 15 ans dans le village, en charge d’une classe unique, quand Thierry Nouel vient la rencontrer pour proposer de mettre en place une animation vidéo tout au long de l’année. Elle demande une autorisation à son inspecteur, qui n’arrive jamais, mais les travaux s’engagent quand même, le jeudi. Un premier film est tourné par Thierry Nouel, avec la collaboration d’Anne Bertholon (stagiaire au CAC) et d’Alain Levy-Valensi (parent d’élève), au premier trimestre pour permettre de faire découvrir à l’enseignante, aux élèves et aux parents d’élève les possibilités de la vidéo. Un film est alors préparé, tourné en juin, montré à l’automne suivant. Geneviève Excoffier précise qu’elle avait alors 37 ans, deux enfants et qu’elle utilisait la méthode Freinet depuis sa sortie de l’école normale. Elle explique que cette approche propose de construire des apprentissages à partir du vécu des enfants, en utilisant des outils techniques, comme la fabrication d’un journal scolaire avec une imprimerie. Les outils vidéo proposés par l’équipe de l’AAC s’inscrivaient donc dans cette logique. Elle se réfère aussi à un texte écrit en 1980 pour L’Album d’Arbu dans lequel elle évoquait l’origine du film La Pieuvre dans le trou, conçu à partir des histoires et des légendes racontées dans les familles. Elle évoque aussi ce que cette expérience a changé dans sa vie personnelle et professionnelle.
Thierry Nouel complète ce témoignage, d’abord en revenant sur la qualité du récit de La Pieuvre dans le trou et le rôle de la musique jouée au Cristal Baschet par Jacques Coutureau, puis en évoquant la réalisation de De notre temps. Pendant le tournage d’un film précédent, L’Hiver, les jeunes du village se plaignaient régulièrement de n’avoir rien à faire, pas de distractions. Ils ont été mis au défi d’en faire un film. Après avoir écrit un scénario pendant plus de six mois avec l’aide d’Alain Levy-Valensi, un parent d’élève, ils interprètent ce film, réalisé par ce dernier avec la contribution de Thierry Nouel en juillet 1980, et qui met en parallèle leur quotidien avec celui de leurs grands-parents, deux générations auparavant.

Visionnement collectif des rushes de "De Notre Temps" (1980) - Photographie : Colette Hyvrard
Visionnement collectif des rushes de « De Notre Temps » (1980) – Photographie : Colette Hyvrard

Un extrait du film De notre temps est projeté.

Puis, Thierry Nouel explique qu’au moment de son licenciement en 1983, deux projets étaient en route à Arbusigny : La Femme du Plateau des Bornes, une série de portraits de femmes, et Les Oiseaux rares sur les hommes agriculteurs. Un groupe de femmes avait travaillé toute une année, mais seuls deux portraits ont été tournés : Gisèle et Made Laine.

Tract annonçant la diffusion de "Liberté Première" (1981)
Tract annonçant la diffusion de « Liberté Première » (1981)
[Piste 13] Thierry Nouel présente Liberté Première, qu’il réalise avec Pierre Todeschini au moment de l’inauguration de Bonlieu à Annecy, en présence de nombreuses personnalités politiques et artistiques. Le film est reçu diversement par la critique, désavoué par le président du CAC qui accuse ses auteurs de « faute déontologique ».

Un extrait du film (5 min 50) est projeté.

Thierry Nouel revient sur le dispositif qui alterne reportages, souvent ironiques, et interviews en studio de personnalités ou de simples annéciens. Enfin, il raconte une anecdote sur son départ. Le sous-directeur du CAC d’Annecy lui avait alors proposé de garder une dizaine de bandes et de remettre les autres en circulation, c’est-à-dire de les effacer. Thierry Nouel avait lors rappelé que le CAC avait été le seul, grâce à une équipe autour de Francis Reusser et Thierry Nouel, a avoir enregistré le spectacle Hommage à la Argentina de Kazuo Ohno, l’un des créateurs de la danse butō, alors considéré au Japon comme « Trésor vivant ». Il ne sait pas si cette réflexion a véritablement eu une influence, mais les bandes ont finalement été conservées.

[Piste 14] Pierre Müller commence par préciser la différence de statut entre les Maisons de la Culture (MC) et les Centres d’action culturelle (CAC). Il explique d’abord que la création n’était pas inscrite dans les missions des CAC, ce qui explique selon lui leur équipement en vidéo (l’outil n’étant pas considéré comme un moyen d’expression artistique). Il rappelle également que les MC étaient subventionnées à 50 % par l’État, là où les CAC ne l’étaient que pour un tiers. La part des collectivités locales était donc plus importante pour les CAC et renforçait la dépendance des équipes aux pouvoirs locaux.

En 1975, Pierre Müller est sollicité par Olivier Katian, le directeur du CAC d’Orléans et du Loiret (connu sous le nom de Maison de la Culture d’Orléans – MCO) pour réaliser un audit de la « vidéothèque » de l’institution. Ce secteur disposait d’importants moyens de production (plusieurs appareils sont énumérés par Pierre Müller), quasiment inemployés. La vidéothèque diffusait également des vidéos canadiennes ou des vidéos musicales distribuées par Vidéo Stone, sans parvenir à intéresser le public. Après un rapport très négatif, Pierre Müller est recruté en janvier 1976 pour réorganiser cette activité : mettre à disposition les moyens de production sur projets, initier le jeune public à la vidéo, mettre en place une production propre, enfin exploiter la vidéo pour former tous les publics à l’analyse des images et des sons. Il explique que cette action s’inscrivait clairement « contre la télévision, tout contre » (référence à une séance ultérieure).

A 26 ans, il prend en charge la programmation cinéma et le secteur vidéo, avec comme bagages une formation de concepteur-réalisateur audiovisuel et aucune expérience de l’animation culturelle. Il explique qu’il commence par ouvrir la vidéo aux personnes qui avaient des projets pour l’utiliser, souvent des militants de gauche, anti-nucléaires (la centrale de Belleville-sur-Loire, alors en projet, suscitait une vive contestation et des débats houleux entre « pro » et « anti »), anarchistes du Mouvement pour une alternative non-violente, membres du Planning familial ou encore enseignants qui cherchent d’autres outils que ceux proposés par le CRDP et une liberté plus grande. Il rappelle également qu’Orléans était alors à l’époque une ville très conservatrice. Il évoque le changement de direction à la Maison de la Culture d’Orléans, Olivier Katian remplacé par Irène Ajer. Ils parlent également des étudiants de l’école des Beaux-Art d’Orléans, élèves notamment de Patrice Rollet, qui viennent chercher un moyen d’expression personnelle. Il évoque les débuts du réalisateur Jean-Louis Gonnet et cite les premiers clips du groupe Un Département (Marcel Kanche).

La proximité avec Paris permet aussi à la Maison de la Culture d’Orléans de coproduire des bandes avec des vidéastes parisiens comme Jean-Paul Fargier et Danielle Jaeggi (deux films autour du journal Le Monde avec le couple, Mon tout premier baiser de Danielle Jaeggi), mais aussi Paradis Vidéo avec Philippe Sollers ou des vidéos de Michel Jaffrennou. Il dit qu’à l’époque, ils avaient « un pied dans l’agit-prop, un pied dans l’art vidéo », que la frontière était alors floue entre ces pratiques. Il précise cependant que ces collaborations ont été possibles grâce à l’achat d’une caméra couleurs et d’un banc de montage Umatic avec une subvention du Fonds d’intervention culturelle (FIC) obtenue pour un projet en milieu rural.

Pierre Müller revient également sur la création des « Vidéo Buffets », qui mêlaient diffusion de bandes et repas partagé. Organisés une fois par mois dans la salle destinée à la programmation art et essai, ces rendez-vous ont eu beaucoup de succès et ont permis de rendre compte de ce qui était produit alors en vidéo un peu partout, pas seulement à Orléans, tout en montrant aux élus que cela pouvait intéresser un public plus large.

En parallèle, Pierre Müller intervient sur la critique des médias et la sémiologie de l’image dans les lycées d’Orléans, privés et publics, pour l’Université du 3e âge, l’IUT… Il réalise également entre 1977 et 1978 un outil d’analyse critique du reportage à la télévision intitulé Fait-divers, puis au début des années 1980 Une Vieille Histoire, qui revient sur la « rumeur d’Orléans » (dont le rôle des médias dans la propagation avait été mis en évidence dès 1969 par Edgar Morin). Ce sont surtout ces réalisations qui valent à la Maison de la Culture d’Orléans des réactions très fortes de l’équipe municipale dirigée par Jacques Douffiagues. Pierre Müller rappelle cependant les enjeux politiques autour du statut du CAC et les ambitions municipales par rapport aux outils culturels. Irène Ajer est poussée à partir, ainsi qu’une partie de son équipe. Le secteur vidéo disparait, le matériel est donné à l’école des Beaux-Arts et les bandes sont sauvées in extremis par Gérard Poitou (salarié du secteur vidéo aux côtés de Pierre Müller à partir de 1982).

Pierre Müller part ensuite à la Maison de la Culture de La Rochelle, où la vidéo est là-bas mise au service des grands axes de création de l’institution : la danse contemporaine et les arts plastiques. Malgré l’absence de problèmes politiques, il signale cependant que là aussi, à l’issue de l’expérience, quand la Maison de la Culture de La Rochelle est mise en faillite, le matériel et les bandes sont placées sous séquestre, probablement vendus ou détruits par la suite. Du côté de la Maison de la Culture d’Orléans, entre janvier 1976 et juillet 1984, il estime avoir réalisé, produit ou coproduit une centaine de vidéos, auxquelles il ajoute les « éphémères », images souvent non montées, réalisées à chaud pour les actions d’intervention sociale ou les animations scolaires (il décrit l’une d’elle réalisée avec des adolescents). Parmi les films importants, il cite Une Vieille Histoire et Fait-Divers. Gérard Poitou, dans la salle, ajoute L’Explosion vidéo, tourné dans le cadre d’un projet avec Le Monde. Une séquence de ce dernier film est décrite par Thierry Nouel parce que Carole Roussopoulos évoque le rôle de Patrick Prado dans sa découverte des outils vidéo.

[Piste 15] Thierry Nouel évoque ensuite la « ré-écriture, l’effacement et la censure » de la vidéo légère disparue dans un « trou noir » entre 1985 et les années 1990, en particulier celle née dans les institutions culturelles, à Annecy, Orléans ou La Rochelle. Tout se passe comme si ces films et ces projets n’avaient jamais existé. Selon lui, cette disparition a ensuite été entretenue par les textes, les manifestations, qui n’ont plus évoqué que l’art vidéo. Il cite une vente récente de vidéos à Drouot dans le catalogue de laquelle un commissaire évoque « l’essence fragmentaire » de la vidéo, son caractère « ni narratif, ni documentaire », hors du temps. Pour Thierry Nouel, c’est cette vision qui domine aujourd’hui, pourtant le contraire de pratiques bien inscrites dans leur époque auxquelles il a participé avec beaucoup d’autres dans les années 1970 et 1980, pleinement ancrées dans le vécu, dans les combats, dans l’esprit du temps.

Il rappelle pourtant la place de la vidéo comme outil d’expression, entre la télévision et le cinéma, dont il soutenait la diffusion à Annecy dans ses programmations « La Vidéo des autres » et dont il traitait aussi des questions esthétiques ou d’écriture en invitant des chefs-opérateurs, des ingénieurs du son ou des cinéastes pour des stages de formation (Renato Berta, François Musy, Johan van der Keuken).

Stage au CAC d'Annecy avec le chef-opérateur Renato Berta - photographie : collection personnelle de Thierry Nouel
Stage au CAC d’Annecy avec le chef-opérateur Renato Berta – photographie : collection personnelle de Thierry Nouel

Enfin, il évoque le rôle de la presse, l’importance des textes d’Anne-Marie Duguet ou de Jean-Paul Fargier. Thierry Nouel estime que leurs articles ont participé à une véritable reconnaissance de certaines œuvres, de projets nés dans un cadre institutionnel, tout en contribuant à la distinction progressive entre d’un côté la vidéo art ou la vidéo expérimentale, inscrites dans une tradition esthétique, et de l’autre la « vidéo d’animation de service public », souvent présentée sans qualité. A partir des années 1980, selon Thierry Nouel, seules les publications spécialisées continuent à parler de la vidéo : Rémy Pernelet dans Télérama ou Jean-Michel Salaun dans Sonovision. Il regrette que la presse n’ait alors pas plus soutenu l’ouverture de la télévision aux expériences d’intervention sociale et culturelle qui étaient menées dans les institutions.

Thierry Nouel parle ensuite d’opérations « révisionnistes ». Il cite l’ouvrage A quoi ça sert Mozart ?, paru en 1987 à propos du CAC d’Annecy, qui ne consacre pas une ligne au secteur vidéo. Il évoque aussi la manifestation Il était trois fois la vidéo en 2003, qui a aussi donné lieu à un DVD et qui ne fait aucune place à la vidéo des régions, des ruraux. Jean-Paul Fargier, un des trois programmateurs de cette sélection, explique qu’il s’agissait des choix de trois programmateurs, « trois subjectivités ». Thierry Nouel reprend son récit relatif à Annecy. En 2011, le 30e anniversaire de l’inauguration de Bonlieu donne lieu à des célébrations auxquelles Thierry Nouel n’est pas convié, mais un film est réalisé qui réemploie de nombreux plans de Liberté Première sans citer la cellule audiovisuelle ou ses auteurs. Il termine par une thèse de sciences politiques soutenue à Lyon en 2008, Pouvoir et culture dans une ville moyenne, Annecy 1965-1983, qui n’aborde pas le travail de la cellule audiovisuelle, en expliquant que ses « implications politiques » ont fait débat, mais qualifie tout de même le projet « d’échec » à travers les mots du directeur du CAC de ces années-là.

Une question permet à Thierry Nouel de revenir sur l’arrière-plan politique de cette disparition, notamment par rapport à la séparation entre vidéo art et vidéo culturelle, en disant qu’il faut s’interroger avant tout sur « quelles images parviennent jusqu’aux écrans de télévision, et quelles autres non ».

[Piste 16] Débat
Hélène Fleckinger évoque un texte de Guy Hennebelle qui distingue dès les années 1970 des catégories qui apparaissent, à travers les séances du séminaire, pourtant tout à fait poreuses : la vidéo militante, les prémices du vidéo art et un troisième champ qui serait celui de la « vidéo animation ». Ce dernier terme est réfuté par Thierry Nouel à qui elle demande d’expliquer ce refus.

Thierry Nouel commence par évoquer le livre de Guy Gautier Vers la vidéo animation dans lequel il ne s’est jamais retrouvé. Lier les deux termes, cela ouvre tout un champ de questions relatives à la place de l’animateur : doit-il simplement transmettre une technique ? doit-il intervenir dans le contenu ? doit-il s’effacer au profit des « animés » ? Thierry Nouel explique qu’il a lui toujours cherché à garder sa place, à signer ses films seul ou avec d’autres, à ne pas dissoudre son expérience et ses connaissances dans le groupe, à ne pas mettre en œuvre seulement une animation pédagogique. Pour lui, la « vidéo animation », c’est ce qui était prôné par les directeurs : « nous mettre sur le terrain pour qu’on disparaisse » et même que le produit de ce travail disparaisse. Ce qui comptait, c’était de faire une « animation » pour un « public ». Thierry Nouel estime que cette « relation doit être plus complexe », que l’animateur doit « apporter [sa] subjectivité, [son] regard sur le monde, que c’est de la confrontation entre un groupe et [un] regard, [une] subjectivité » que peut naître quelque chose. Sur les questions de terminologie, il parle aussi de l’emploi alors courant du terme « vidéogramme », teinté pour lui d’un esprit pédagogique, ou de l’expression « vidéo d’intervention culturelle et sociale », titre proposé par Thierry Nouel et Pierre Müller pour cette séance, dont la dimension « sociale » a finalement été enlevée. Le social est-il réservé aux militants ? Il confirme cependant la porosité des genres et des domaines abordés dans ces espaces institutionnels, puis discute la nature des images réalisées, le rapport des animateurs à l’institution (et la volonté, parfois d’y échapper, comme par exemple en allant à Arbusigny).

Hélène Fleckinger pointe l’argument avancé par Thierry Nouel : le rejet de l’expression « vidéo animation » au nom de la subjectivité, de la présence d’un ou plusieurs auteurs fabriquant une « œuvre ». Elle oppose sa vision aux représentations que pouvaient en avoir certains groupes vidéo ou des militants. Vidéo Out revendiquait une position démarquée par rapport à la vidéo animation, contre un principe qui supposait une masse de « gens inanimés » face à des « spécialistes de l’animation ». Les expériences de Thierry Nouel ou Pierre Müller montrent une voie différente, avec des actions politiques, là où l’usage de la vidéo dans un environnement socio-culturel était souvent vu comme un moyen de renforcer un « appareil culturel d’état ». Monique Martineau-Hennebelle ajoute que Guy Gauthier écrivait à partir de son expérience de la Ligue de l’Enseignement et de sa connaissance des expériences québécoises, notamment de télédistribution locale. Hélène Fleckinger estime aussi que le terme de vidéo animation recouvre aussi des expériences très différentes, souvent jugées « réformistes » par les militants.

Pierre Müller estime qu’ils ont surtout détourné un outil qui n’avait pas été acquis pour les usages qui ont été expérimentés. De l’extérieur, ils étaient des représentants de l’institution. De l’intérieur, ils étaient des « ennemis » qui détournaient l’outil vidéo. Nous étions suspects pour tout le monde. Thierry Nouel parle aussi d’une certaine animosité des militants à leur égard. Ces derniers les jugeaient parfois comme des « traitres » parce qu’entrés dans l’institution. Thierry Nouel considère qu’il était un « militant du cinéma », un « militant de la vidéo » vue comme un outil pour changer la fabrication et la diffusion des images. Sur le terrain, il dit qu’ils étaient parfois aussi snobés ou pris de haut par les acteurs audiovisuels locaux, soit parce que ceux-ci faisaient déjà de la vidéo, soit parce qu’ils estimaient que le cinéma était bien supérieur à la vidéo (dont ils désignaient alors régulièrement les images et les sons avec des qualificatifs insultants). De manière générale, ils étaient considérés comme des agitateurs et le paradoxe, ce sont les moyens mis à disposition dans ces institutions. Thierry Nouel s’étonne : « On nous donne le plus bel outil léger de création dans un endroit où ne doit pas en faire ! » La conversation se poursuit brièvement sur ce thème.

Roland Excoffier témoigne d’une autre disparition : celles des bandes qui avaient été données à la mairie d’Arbusigny, malgré leur faible niveau de subversion. Pour Thierry Nouel, ces bandes produites dans l’Entre deux mai montrent une société qui n’est plus montrée, évoquée aujourd’hui. Geneviève Excoffier regrette surtout que le groupe n’ait pas réussi à maintenir le projet après le départ de Thierry Nouel. Ils évoquent ensemble la manière dont les courants de créativité circulaient pour chaque projet.

Hélène Fleckinger pense qu’il faut peut-être distinguer l’animation socio-culturelle de l’animation culturelle ; la seconde renvoyant à l’histoire de la décentralisation et à la tentative de rapprocher la création artistique des publics. Les pratiques d’Annecy ou d’Orléans seraient ainsi au croisement des deux mouvements. Pierre Müller rappelle alors la mission de diffusion culturelle des CAC, dans la mouvance du travail des ciné-clubs. En réponse à l’interrogation de Roland Excoffier qui se demande si les missions de la cellule audiovisuelle étaient contractualisées, Thierry Nouel évoque les batailles théoriques qui se sont menées à Annecy, notamment lors de la mise en place d’un « comité de censure » pour le magazine Vidéodébat : sur les relations de pouvoir, la place des images dans une cité. Gérard Poitou ajoute que les institutions étaient très orientées vers le spectacle vivant, que leurs dirigeants n’étaient pas des gens d’images. Pierre Müller évoque Olivier Katian, directeur du CAC d’Orléans dont le premier réflexe a été de mettre la vidéo au service de la création théâtrale, ce qui s’est encore répété en 1985 avec un nouveau directeur selon Gérard Poitou. Thierry Nouel évoque la gêne de Georges Lavaudant, metteur en scène de théâtre forcé à s’exprimer sur la vidéo dans Liberté Première ou encore l’étonnement de Daniel Sonzini, directeur de l’AAC, à la découverte de Salah Mohamed et le tunnel d’amertume parce qu’il ne pensait pas qu’on pouvait réaliser des films avec la vidéo…
Jean-Paul Fargier donne également l’exemple du Lion, sa cage et ses ailes (1977) qui n’a pas non plus été diffusé, parce que c’était en vidéo. Thierry Nouel précise qu’il a montré la bande à Annecy mais que le rapport n’était pas le même car cela venait, comme le disait Christian Zarifian, d’un « génie » culturel, un homme de théâtre, que les animateurs audiovisuels n’ont jamais bénéficié de cette reconnaissance. Il évoque ensuite, avec Pierre Müller, la nomination d’un autre « génie », Raul Ruiz, à la Maison de la Culture du Havre.

Geneviève Excoffier s’interroge aujourd’hui sur la manière dont le projet aurait pu continuer. Thierry Nouel estime qu’il leur a manqué ensuite les moyens techniques du CAC d’Annecy. Elle raconte que les habitants, privés de vidéo, ont finalement écrit et monté une pièce de théâtre Le Noël savoyard, dont une captation avait été faite par des amateurs. Pour finir, Thierry Nouel donne la parole à Joël Excoffier, le fils de Roland et Geneviève, qui a participé à De notre temps. Il avait treize ans et se souvient surtout du long travail d’écriture, des techniques de tournage, estime enfin que c’était surtout une ouverture vers l’extérieur.

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

ATAC informations : bulletin mensuel de l’Association technique pour l’action culturelle (1965-1981)

Nouel Thierry. « L’Empreinte de mai ». La Revue Documentaires, n°22-23, 1er trimestre 2010, pp. 131-148.

Nouel Thierry. « Nos Corps-caméra : les pulsations de mon cœur ». La Revue Documentaires, n°24, août 2011.

Gauthier Guy. Vers la vidéo animation. Paris : Service audio-visuel de la Ligue française de l’enseignement et de l’éducation permanente, 1975. 123 p.

FILMOGRAPHIE

Thierry Nouel. Inauguration Exposition Victor Vasarely 1968. 1968.

Christian Zarifian. Moi j’dis qu’c’est bien. Documentaire produit par l’unité Cinéma de la Maison de la Culture du Havre, 16 mm, 1973, 75 min.

Thierry Nouel. Montevidéo. Produit par Vidéo Promotion Jeunesse avec la MJC de Petit-Quevilly en ¼ pouce et 1 pouce, 1974, 57 min.

Thierry Nouel. Salah Mohamed et le tunnel d’amertume. Produit par Annecy Action Culturelle (AAC), 1976.

Jean-Pierre Limosin, Thierry Nouel, Daniel Ponsard, Renée Thibonnier, Philippe Youchenko. À ma zone. Produit par l’association technique pour l’action culturelle (ATAC), 1976.

Daniel Carré, Michel Lisowski, Luis Lera. Jean Dielmann, 35 rue de Carville, Saint-Etienne-du-Rouvray. Produit grâce à Vidéo Promotion Jeunesse, 1977.

Thierry Nouel. App. Produit par l’association technique pour l’action culturelle (ATAC), 1977.

Thierry Nouel. Situations électroniques. Produit par l’association technique pour l’action culturelle (ATAC), 1977.

Thierry Nouel. Acht sous un keine prune. Centre Culturel du Bassin Houiller lorrain à Freyming-Merlebach, 1978.

Anne Bertholon, Alain Levy-Valensi, Thierry Nouel. L’Hiver. Produit par Annecy Action Culturelle (AAC) – CAC d’Annecy, 1980.

Thierry Nouel avec la classe unique de Geneviève Excoffier. La Pieuvre dans le trou. Produit par Annecy Action Culturelle (AAC) – CAC d’Annecy, 1980.

Alain Levy-Valensi avec Thierry Nouel. De notre temps. Produit par Annecy Action Culturelle (AAC) – CAC d’Annecy, 1981.

Thierry Nouel, Pierre Todeschini. Liberté Première. Produit par Annecy Action Culturelle (AAC) – CAC d’Annecy, 1981.

Pierre Müller. Fait-divers, autopsie d’un reportage télévisé. Produit par la Maison de la Culture d’Orléans, 1978.

Pierre Müller. Une Vieille histoire. Produit par la Maison de la Culture d’Orléans, 1980.

Pierre Müller, Gérard Poitou. L’Explosion vidéo. Produit par la Maison de la Culture d’Orléans, 1983.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *