Tous les articles par Delphine Chedaleux

Klonaris/Thomadaki

Séance du 24 novembre 2014

En 1976, Maria Klonaris et Katerina Thomadaki réalisent avec le « Collectif 010 » à la Cartoucherie de Vincennes une action de 48 heures, La Torture, enregistrée en vidéo par Jean Roualdès. En 2012, suite à la numérisation des bandes vidéo originales, elles ont procédé à une réinterprétation de cette archive, valorisant les caractéristiques du médium vidéo 1/2 pouce. Katerina Thomadaki parlera de cette action, du processus de sa création, de son contexte politique et artistique et de son importance dans le parcours des deux artistes – du théâtre à la performance et au Cinéma corporel. Elle évoquera également leur réflexion sur les moyens d’enregistrement et les modes de représentation. En effet, si elles se sont illustrées avant tout dans l’art du film, Maria Klonaris et Katerina Thomadaki ont approché la vidéo dès ses premières années, d’une manière à la fois théorique et pratique. Dans leurs performances de cinéma élargi, la vidéo apparaît à la fin des années 70. Au même moment, engagée en études théâtrales, Katerina Thomadaki critique le « mythe qui est en train de se créer autour du magnétoscope et de sa capacité à fournir une mémoire visuelle du spectacle ». Contre cette illusion objectiviste, elle propose alors une restitution visuelle du spectacle « par analogie ».

Invitée:

  • Katerina Thomadaki, cinéaste, théoricienne et plasticienne pluridisciplinaire.

L’image à la une est extraite de Personal Statement (Maria Klonaris et Katerina Thomadaki, 1994). © Klonaris/Thomadaki, ADAGP

Découvrez les extraits sonores et le compte-rendu de la séance…

Continuer la lecture de Klonaris/Thomadaki

Autour de Patrick Prado

Séance du 2 juin 2014

La dernière séance de l’année 2013-2014 du séminaire Vidéo des premiers temps est consacrée au réalisateur Patrick Prado. Membre fondateur avec Jean-Louis Le Tacon des collectifs Super 8 « Torr e Benn » en Bretagne et APIC (Agence Populaire d’Image Cinéma) à Paris, Patrick Prado a accompagné plusieurs mouvements de luttes paysannes et ouvrières en Bretagne, notamment pendant la « guerre du lait » en 1972. Grâce à une caméra et un magnétoscope noir et blanc achetés par Simone Signoret et Yves Montand, il a très tôt expérimenté des pratiques militantes de vidéo qu’il fit découvrir à Carole et Paul Roussopoulos. Pionnier de l’art vidéo dès le milieu des années 70, il participe au groupe composite créé par Jean-Louis Le Tacon, un des premiers groupements de « vidéastes », qui contribue à la naissance en 1983 de l’association « Grand Canal Vidéo », structure de production et de diffusion active jusqu’au début des années 2000. Patrick Prado a pratiqué, de manière très personnelle, l’audiovisuel de contre-information, l’enquête sociale et l’art vidéo. En l’invitant à évoquer son itinéraire en présence d’autres pionnier/es de la vidéo qui ont partagé les mêmes engagements, cette séance se propose d’interroger les échanges constants entre différents domaines de l’image militante (supports et collectifs) et de cerner la marche progressive vers des pratiques artistiques à la fois autonomes et collectives sur la période 1968-1983.

Invité-e-s :

  • Patrick Prado, réalisateur et chercheur, membre fondateur de Grand Canal
  • Dominique Belloir, réalisatrice, membre fondatrice de Grand Canal et de Mirage illimité (production)
  • Jean-Christophe Bouvet, acteur et réalisateur.
  • Alain Longuet, réalisateur
  • François Pain, réalisateur
  • Jean-Paul Fargier, réalisateur, critique, ancien enseignant-chercheur en cinéma à l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis
  • Yves de Peretti, réalisateur

L’image à la une est extraite de Soleil de Van Gogh, Patrick Prado, 1979. 

Découvrez l’enregistrement sonore et le  compte-rendu de la séance :

Continuer la lecture de Autour de Patrick Prado

La vidéo dans les enseignements supérieurs et artistiques

Séance du 7 avril 2014

L’arrivée de la vidéo légère a coïncidé avec un mouvement profond de rénovation de l’enseignement supérieur et artistique en France dans les années 1970. Portée par les dynamiques militantes de l’après-Mai 68, la vidéo fut l’instrument et le témoin d’un décloisonnement de la culture et d’une « dé-hiérarchisation » des relations entre enseignant/es et enseigné/es. A travers les exemples du Centre expérimental de Vincennes et de l’Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts, cette séance du séminaire « Vidéo des premiers temps » examinera les modalités d’appropriation de ce nouvel outil, objet d’usages divers et de « bricolages » dans et hors de l’institution.

Invité-e-s:

  • Nicolas Ballet, chargé d’études et de recherche à l’INHA
  • Patrice Besnard, ingénieur d’études à l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis
  • Jean-Louis Boissier, professeur émérite en esthétique et art contemporain à l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis
  • Jean-Paul Fargier, réalisateur, ancien enseignant-chercheur en cinéma à l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis
  • Mathilde Ferrer, ancienne responsable de la médiathèque à l’Ecole supérieure des Beaux-Arts.

L’image à la une est extraite de Vincennes comme espace vécu,  un film de Marielle Burkhalter et Annie Couëdel avec ses étudiants (1977).

Découvrez l’enregistrement sonore et le compte-rendu de la séance:

Continuer la lecture de La vidéo dans les enseignements supérieurs et artistiques

La vidéo à l’école

Séance du 13 janvier 2014

Dès la fin des années 1960, des pionniers ont utilisé la vidéo dans l’enseignement primaire et secondaire. Certaines de ces expérimentations ont bénéficié du plein soutien de l’institution et de moyens parfois extraordinairement importants, d’autres se sont développées davantage dans la marge et avec des moyens légers. De la constitution de banques de programmes éducatifs dans les établissements aux premières réalisations collectives avec les classes, cette séance du séminaire Vidéo des premiers temps vise à donner un premier éclairage sur un territoire vaste et divers. Un temps particulier sera consacré à École, gare de triage (collectif « Vidéo 00 », 1973-1974), incursion en forme d’enquête d’un collectif vidéo dans l’institution scolaire.

Invité-e-s :

  • Monique Martineau-Hennebelle : enseignante retraitée (professeur au lycée de Nanterre, chercheuse à l’INRP, maître de conférences à Paris 5) ; (co-)directrice des numéros de CinémAction « Graine de cinéastes » (L’Harmattan, 1982), « Des jeunes à la caméra » (CERF, 1985), « L’enseignement du cinéma et de l’audiovisuel » (CERF/CFPJ, 1987) et des actes du colloque « Audiovisuel et formation des enseignants » (INRP, 1994).

Discussion avec trois ancien-ne-s lycéen-ne-s :

  • Hélène Valencien, professeure des écoles
  • Pierre Valencien, expert comptable
  • Pierre Vinard, inspecteur général au ministère de l’éducation nationale

Découvrez l’enregistrement sonore et le compte-rendu de la séance :

Continuer la lecture de La vidéo à l’école

Autour de la série « Le Lion, sa cage et ses ailes »

Séance du 10 juin 2013

 La dernière séance de l’année 2012-2013 du séminaire « Vidéo des premiers temps » est consacrée à la série Le Lion, sa cage et ses ailes, série de huit films en vidéo réalisés à l’initiative d’Armand Gatti, Hélène Châtelain et Stéphane Gatti entre 1975 et 1977. Le « lion », ce sont les usines Peugeot. La « cage », c’est le pays de Montbéliard. Les « ailes », ce sont les communautés de travailleurs immigrés qui le composent et qui livrent, à travers le film, leur autoportrait. Projet pleinement ancré dans le contexte de l’après-Mai 68, comme en témoigne l’invitation faite aux ouvriers (« Un film, le vôtre »), Le Lion, sa cage et ses ailes apparaît néanmoins comme une expérience collective hors normes, qui se singularise par son double statut : à la fois vidéo militante sur la condition ouvrière et vidéo d’auteur, dans une démarche voulue et vécue à la manière de celle d’un « écrivain public ». À travers les témoignages de nos invité-es et la projection d’extraits, nous questionnerons cet objet singulier qui, par sa forme et ses enjeux, ouvre sur de multiples problématiques abordées tout au long de cette année dans le séminaire.

Invités :

  • Jean-Paul Fargier (critique, réalisateur)
  • Stéphane Gatti (réalisateur, co-réalisateur du Lion, sa cage et ses ailes)
  • Nicolas Hatzfeld (professeur en Histoire contemporaine, Université d’Evry-Val-d’Essonne)

L’image à la une est un détail d’une affiche réalisée dans le cadre de la réalisation du film. 

Découvrez l’enregistrement sonore et le compte-rendu de la séance:

Continuer la lecture de Autour de la série « Le Lion, sa cage et ses ailes »

Usages de la vidéo dans les luttes féministes

Séance du 22 avril 2013

Second temps d’une série d’études de cas au sein du séminaire, cette séance propose d’interroger les contributions des collectifs féministes aux innovations de la « vidéo des premiers temps ». Dès les débuts du Mouvement de libération des femmes, celle-ci s’impose comme un outil de contre-information et d’agitation directe. Elle devient aussi un instrument stratégique au service d’une quête d’identité individuelle et collective. Maso et miso vont en bateau (1976) s’achève ainsi : « Aucune image de la télévision ne veut ni peut nous refléter. C’est avec la vidéo que nous nous raconterons ». Extraits de bandes et témoignages seront l’occasion d’éclairer l’apport des féministes comme « productrices » de pratiques, d’usages et de nouvelles formes filmiques, libres et inventives.

Invitées :

– Dominique Barbier, monteuse, co-réalisatrice de À notre santé

– Anne-Marie Faure, réalisatrice, collectif Vidéa

– Josiane Jouët professeure à l’Institut français de presse, co-réalisatrice de À notre santé

– Dominique Poggi sociologue, co-réalisatrice de Manifestation contre la répression de l’homosexualité

– Nadja Ringart sociologue, co-réalisatrice notamment de Maso et miso vont en bateau

L’image à la une est extraite de Maso et Miso vont en bateau

Découvrez le compte-rendu de la séance:

Continuer la lecture de Usages de la vidéo dans les luttes féministes