Archives de catégorie : comptes rendus

Klonaris/Thomadaki

Séance du 24 novembre 2014

En 1976, Maria Klonaris et Katerina Thomadaki réalisent avec le « Collectif 010 » à la Cartoucherie de Vincennes une action de 48 heures, La Torture, enregistrée en vidéo par Jean Roualdès. En 2012, suite à la numérisation des bandes vidéo originales, elles ont procédé à une réinterprétation de cette archive, valorisant les caractéristiques du médium vidéo 1/2 pouce. Katerina Thomadaki parlera de cette action, du processus de sa création, de son contexte politique et artistique et de son importance dans le parcours des deux artistes – du théâtre à la performance et au Cinéma corporel. Elle évoquera également leur réflexion sur les moyens d’enregistrement et les modes de représentation. En effet, si elles se sont illustrées avant tout dans l’art du film, Maria Klonaris et Katerina Thomadaki ont approché la vidéo dès ses premières années, d’une manière à la fois théorique et pratique. Dans leurs performances de cinéma élargi, la vidéo apparaît à la fin des années 70. Au même moment, engagée en études théâtrales, Katerina Thomadaki critique le « mythe qui est en train de se créer autour du magnétoscope et de sa capacité à fournir une mémoire visuelle du spectacle ». Contre cette illusion objectiviste, elle propose alors une restitution visuelle du spectacle « par analogie ».

Invitée:

  • Katerina Thomadaki, cinéaste, théoricienne et plasticienne pluridisciplinaire.

L’image à la une est extraite de Personal Statement (Maria Klonaris et Katerina Thomadaki, 1994). © Klonaris/Thomadaki, ADAGP

Découvrez les extraits sonores et le compte-rendu de la séance…

Continuer la lecture de Klonaris/Thomadaki

Autour de Patrick Prado

Séance du 2 juin 2014

La dernière séance de l’année 2013-2014 du séminaire Vidéo des premiers temps est consacrée au réalisateur Patrick Prado. Membre fondateur avec Jean-Louis Le Tacon des collectifs Super 8 « Torr e Benn » en Bretagne et APIC (Agence Populaire d’Image Cinéma) à Paris, Patrick Prado a accompagné plusieurs mouvements de luttes paysannes et ouvrières en Bretagne, notamment pendant la « guerre du lait » en 1972. Grâce à une caméra et un magnétoscope noir et blanc achetés par Simone Signoret et Yves Montand, il a très tôt expérimenté des pratiques militantes de vidéo qu’il fit découvrir à Carole et Paul Roussopoulos. Pionnier de l’art vidéo dès le milieu des années 70, il participe au groupe composite créé par Jean-Louis Le Tacon, un des premiers groupements de « vidéastes », qui contribue à la naissance en 1983 de l’association « Grand Canal Vidéo », structure de production et de diffusion active jusqu’au début des années 2000. Patrick Prado a pratiqué, de manière très personnelle, l’audiovisuel de contre-information, l’enquête sociale et l’art vidéo. En l’invitant à évoquer son itinéraire en présence d’autres pionnier/es de la vidéo qui ont partagé les mêmes engagements, cette séance se propose d’interroger les échanges constants entre différents domaines de l’image militante (supports et collectifs) et de cerner la marche progressive vers des pratiques artistiques à la fois autonomes et collectives sur la période 1968-1983.

Invité-e-s :

  • Patrick Prado, réalisateur et chercheur, membre fondateur de Grand Canal
  • Dominique Belloir, réalisatrice, membre fondatrice de Grand Canal et de Mirage illimité (production)
  • Jean-Christophe Bouvet, acteur et réalisateur.
  • Alain Longuet, réalisateur
  • François Pain, réalisateur
  • Jean-Paul Fargier, réalisateur, critique, ancien enseignant-chercheur en cinéma à l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis
  • Yves de Peretti, réalisateur

L’image à la une est extraite de Soleil de Van Gogh, Patrick Prado, 1979. 

Découvrez l’enregistrement sonore et le  compte-rendu de la séance :

Continuer la lecture de Autour de Patrick Prado

Les Scènes de Michel Jaffrennou

Séance du 15 juin 2015

Peintre de formation, rattaché un temps au mouvement lettriste, Michel Jaffrennou expérimente la vidéo dès 1975 avec Who’s Who et Mental O. Son travail connaît un nouveau développement en 1978 avec la création du centre de diffusion Vidéo A.B.I. Au sein de cet espace, l’artiste s’associe à Patrick Bousquet et Jean-Michel Champelovier et fonde Le collectif Ontologic Théâtre. Ensemble, ils conçoivent des pièces de Vidéothéâtrie, pratique mêlant théâtre et vidéo dont le « Divertissement sous forme de diversion » Les Totologiques (1979) est l’œuvre la plus interprétée avant d’être adaptée en version « TV » en 1981.

Parallèlement, Michel Jaffrennou engage un rapprochement entre la vidéo et l’art contemporain, en proposant Pièces de Musées. Cette série de dessins et de peintures, exposée à la Galerie Stadler en 1980, présente trente vidéosculptures dont Le Plein de plumes. Créée à la 11e Biennale de Paris en 1980, cette installation n’aura de cesse de voyager. Le spectacle de vidéothéâtre, Electronique Vidéo Circus, créé en 1984 au Centre Georges Pompidou, renouvelle encore son approche de la vidéo. Dans le prolongement de la vidéosculpture et de la vidéothéâtrie, ce « cirque d’images » propose un spectacle ambitieux, associant sur une même scène images et acteurs réels, personnages d’inspiration populaire, dans une installation imposante (plus de 30 téléviseurs mobiles, synchronisés à 6 magnétoscopes).

Cette dernière séance de l’année 2014-2015 du séminaire « Vidéo des premiers temps » met en lumière les rapprochements entre vidéo et performance expérimentés par Michel Jaffrennou, la manière dont il a revisité l’imaginaire du spectacle, ainsi que les variantes qu’ont connues ses œuvres suivant leurs modalités de représentation. La séance s’appuie sur le fonds d’archives Michel Jaffrennou, créé à la BnF en 2007, et considérablement enrichi en 2014. Dans le cadre du projet Les Arts trompeurs : machine, magie, médias (Labex Art-H2H/ENS Louis-Lumière/CRIalt/CRILCQ), ce fonds d’archives fait l’objet depuis février 2015 d’une analyse et d’un traitement documentaire détaillés.

Invités :

  • Michel Jaffrennou, artiste, plasticien et metteur en scène,
  • Patrick Bousquet, réalisateur, auteur d’installations vidéo,
  • Frédéric Tabet, maître de conférence en études cinématographiques à l’École supérieure d’audiovisuel (ESAV) – Université de Toulouse 2, spécialiste des relations entre la magie et le cinématographe.

L’image à la une est une photographie extraite du fonds Michel Jaffrennou conservé à la Bibliothèque nationale de France (département de l’audiovisuel). Il s’agit du spectacle Electronique Video Circus (1984).

Découvrez le compte rendu de la séance…
Continuer la lecture de Les Scènes de Michel Jaffrennou

Le cinématographe, le cinéma et, maintenant, le « vidéocinéma »

Séance du 13 octobre 2014

Pour sa première séance en 2014-2015, le séminaire a reçu André Gaudreault, professeur au Département d’histoire de l’art et d’études cinématographiques de l’Université de Montréal. Auteur de textes et de concepts fondateurs pour l’histoire du « cinéma des premiers temps » et plus largement des médias naissants, André Gaudreault travaille aussi actuellement sur les mutations en cours de l’univers médiatique.

 
Les Cahiers_de_la_cinémathèqueCPTL’image à la une représente une partie de la couverture du n°29 de la revue Les Cahiers de la Cinémathèque, éditée par l’Institut Jean Vigo et la Cinémathèque de Toulouse. A l’hiver 1979, le dossier de la publication a pour titre « Le Cinéma des premiers temps (1900-1906) ».

 
Découvrez le compte rendu de la séance…
Continuer la lecture de Le cinématographe, le cinéma et, maintenant, le « vidéocinéma »

La vidéo contre la télévision, tout contre

Séance du 5 mai 2014

Apparue tandis que se développaient des courants de réflexion théorique et critique sur les mass media, la vidéo légère s’est construite « contre la télévision, tout contre », selon une formule de Jean-Paul Fargier, tant du point de vue du dispositif (légèreté vs lourdeur) que du message idéologique (démontage, contre-information et droit de réponse). Cette séance du séminaire « Vidéo des premiers temps » propose d’interroger les modalités de coexistence et de confrontation entre « TV » et « VT » (video tape) à travers le parcours de deux réalisateurs ayant évolué dans et hors de l’institution télévisuelle. Entré à l’ORTF en 1966, Bernard Baissat a participé activement à la conception de programmes de télévision expérimentaux au Niger, en Côte d’Ivoire et au Liban et a été le témoin des résistances face à l’introduction de la vidéo légère à la télévision française dans les années 1970. Responsable du secteur audiovisuel du Centre d’action culturelle d’Orléans et du Loiret, Pierre Müller a réalisé plusieurs bandes vidéo de lecture critique de l’information et de la publicité à la télévision, en particulier Fait divers (1977), sous-titrée Autopsie d’un reportage télévisé.

 
Invités :

  • Bernard Baissat, cinéaste, journaliste à l’ORTF dès 1966, assistant-réalisateur à la télévision scolaire (1967-1968), puis réalisateur pour des télévisions éducatives en Afrique (1968-1974), responsable de Vidéo Liban (1974-1975) et réalisateur pour FR3 (1976-1981)
  • Pierre Müller, réalisateur, responsable du Secteur audiovisuel du Centre d’action culturelle d’Orléans et du Loiret (MCO) de 1976 à 1984.

L’image à la une est extraite du film Ce n’est qu’un début, continuons le combat de Claudia von Alemann (1968/1969). Il s’agit d’une diffusion du magazine Vidéo 5 dans la librairie La Joie de lire (Paris), fondée par François Maspero.

Découvrez le compte rendu de la séance…
Continuer la lecture de La vidéo contre la télévision, tout contre

Intervention vidéo et action culturelle

Séance du 10 mars 2014

La vidéo a très tôt occupé une place dans les lieux de la décentralisation culturelle (Maisons de la Culture, Centres d’Action Culturelle…). Elle a permis de garder trace des événements sociaux et artistiques qui s’y produisaient, d’expérimenter de nouvelles pratiques audiovisuelles et d’impulser des recherches d’écritures collectives ou plus personnelles, sous la houlette d’animateurs/trices disposant de matériels conséquents et jouissant d’une certaine autonomie.

Cette séance du séminaire « Vidéo des premiers temps » est consacrée au parcours d’un réalisateur, Thierry Nouel, entre 1968 et 1984. Acteur important de ce moment de la vidéo, dans diverses structures dont le Centre d’action culturelle d’Annecy, Thierry Nouel en a aussi été un observateur attentif, auteur en 1977 d’une enquête qui dresse un panorama des pratiques vidéo à travers l’ensemble du territoire français. Accompagnée de nombreux extraits de bandes récemment sauvegardées par la BnF, la séance est aussi l’occasion de nouer un dialogue avec deux participant/es à des expériences menées en milieu rural, et avec un responsable du secteur audiovisuel d’un autre Centre d’Action Culturelle.

Invité/es :

  • Thierry Nouel, vidéaste, chef-monteur et réalisateur de documentaires ;
  • Geneviève Excoffier , institutrice en pédagogie Freinet à Arbusigny en classe unique de moyenne montagne ; à l’origine du ciné-club local;
  • Roland Excoffier , technicien de service public, fondateur du Foyer rural et d’éducation populaire d’Arbusigny, actuellement responsable d’un Groupe de recueil de la mémoire locale ;
  • Pierre Müller , ancien responsable du Secteur audiovisuel du Centre d’action culturelle d’Orléans et du Loiret (Maison de la Culture d’Orléans) de 1976 à 1984.

L’image à la une est une photographie de Colette Hyvrard prise au cours du tournage de De Notre temps à Arbusigny (1980).

Découvrez le compte rendu et les enregistrements sonores de la séance…
Continuer la lecture de Intervention vidéo et action culturelle