Archives par mot-clé : audiovisuel en région

La vidéo contre la télévision, tout contre

Séance du 5 mai 2014

Apparue tandis que se développaient des courants de réflexion théorique et critique sur les mass media, la vidéo légère s’est construite « contre la télévision, tout contre », selon une formule de Jean-Paul Fargier, tant du point de vue du dispositif (légèreté vs lourdeur) que du message idéologique (démontage, contre-information et droit de réponse). Cette séance du séminaire « Vidéo des premiers temps » propose d’interroger les modalités de coexistence et de confrontation entre « TV » et « VT » (video tape) à travers le parcours de deux réalisateurs ayant évolué dans et hors de l’institution télévisuelle. Entré à l’ORTF en 1966, Bernard Baissat a participé activement à la conception de programmes de télévision expérimentaux au Niger, en Côte d’Ivoire et au Liban et a été le témoin des résistances face à l’introduction de la vidéo légère à la télévision française dans les années 1970. Responsable du secteur audiovisuel du Centre d’action culturelle d’Orléans et du Loiret, Pierre Müller a réalisé plusieurs bandes vidéo de lecture critique de l’information et de la publicité à la télévision, en particulier Fait divers (1977), sous-titrée Autopsie d’un reportage télévisé.

 
Invités :

  • Bernard Baissat, cinéaste, journaliste à l’ORTF dès 1966, assistant-réalisateur à la télévision scolaire (1967-1968), puis réalisateur pour des télévisions éducatives en Afrique (1968-1974), responsable de Vidéo Liban (1974-1975) et réalisateur pour FR3 (1976-1981)
  • Pierre Müller, réalisateur, responsable du Secteur audiovisuel du Centre d’action culturelle d’Orléans et du Loiret (MCO) de 1976 à 1984.

L’image à la une est extraite du film Ce n’est qu’un début, continuons le combat de Claudia von Alemann (1968/1969). Il s’agit d’une diffusion du magazine Vidéo 5 dans la librairie La Joie de lire (Paris), fondée par François Maspero.

Découvrez le compte rendu de la séance…
Continuer la lecture de La vidéo contre la télévision, tout contre

Intervention vidéo et action culturelle

Séance du 10 mars 2014

La vidéo a très tôt occupé une place dans les lieux de la décentralisation culturelle (Maisons de la Culture, Centres d’Action Culturelle…). Elle a permis de garder trace des événements sociaux et artistiques qui s’y produisaient, d’expérimenter de nouvelles pratiques audiovisuelles et d’impulser des recherches d’écritures collectives ou plus personnelles, sous la houlette d’animateurs/trices disposant de matériels conséquents et jouissant d’une certaine autonomie.

Cette séance du séminaire « Vidéo des premiers temps » est consacrée au parcours d’un réalisateur, Thierry Nouel, entre 1968 et 1984. Acteur important de ce moment de la vidéo, dans diverses structures dont le Centre d’action culturelle d’Annecy, Thierry Nouel en a aussi été un observateur attentif, auteur en 1977 d’une enquête qui dresse un panorama des pratiques vidéo à travers l’ensemble du territoire français. Accompagnée de nombreux extraits de bandes récemment sauvegardées par la BnF, la séance est aussi l’occasion de nouer un dialogue avec deux participant/es à des expériences menées en milieu rural, et avec un responsable du secteur audiovisuel d’un autre Centre d’Action Culturelle.

Invité/es :

  • Thierry Nouel, vidéaste, chef-monteur et réalisateur de documentaires ;
  • Geneviève Excoffier , institutrice en pédagogie Freinet à Arbusigny en classe unique de moyenne montagne ; à l’origine du ciné-club local;
  • Roland Excoffier , technicien de service public, fondateur du Foyer rural et d’éducation populaire d’Arbusigny, actuellement responsable d’un Groupe de recueil de la mémoire locale ;
  • Pierre Müller , ancien responsable du Secteur audiovisuel du Centre d’action culturelle d’Orléans et du Loiret (Maison de la Culture d’Orléans) de 1976 à 1984.

L’image à la une est une photographie de Colette Hyvrard prise au cours du tournage de De Notre temps à Arbusigny (1980).

Découvrez le compte rendu et les enregistrements sonores de la séance…
Continuer la lecture de Intervention vidéo et action culturelle

Vidéo en milieu psychiatrique

Séance du 3 février 2014

Les années 1970 voient s’amplifier l’intérêt de la société française, et singulièrement des intellectuel/les, pour de nouvelles formes d’accompagnement, de considération et de traitement des malades. Dans des lieux tels que Saint-Alban-sur-Limagnole, La Borde, La Chesnaie, etc., on a rompu depuis les années 1950 avec l’enfermement des « aliéné/es ». La « folie » gagne alors une visibilité nouvelle : il s’agit de donner à voir et à entendre ce qui se joue, de militer en faveur d’approches thérapeutiques alternatives, de donner aux patient/es un moyen d’expression et de communication. Ce dont témoigne par exemple la création du festival « Ciné Vidéo Psy » à Lorquin en 1977.

Invité/es :

  • Hélène Lioult, réalisatrice, productrice
  • Jean-Luc Lioult, professeur à l’université de Provence, réalisateur
  • François Pain, réalisateur
  • Charlotte Szlovak, réalisatrice

Découvrez le compte rendu, la bibliographie et la vidéographie de la séance…
Continuer la lecture de Vidéo en milieu psychiatrique

Mouvement audiovisuel d’intervention et dépôt légal des vidéogrammes

Séance du 4 novembre 2013

La seconde saison du séminaire (2013-2014) avait pour thème : «Politiques de la vidéo : revendication d’autonomie et inscription institutionnelle ».

La séance d’ouverture a accueilli :

  • Marie-France Calas (ancienne directrice du département de la Phonothèque et de l’Audiovisuel de la Bibliothèque nationale),
  • Louisette Faréniaux (réalisatrice, membre du MAI et du bureau de la Fédération européenne du cinéma progressiste dans les années 1970, ancienne maîtresse de conférences à l’Université Lille 3).

Découvrez le compte rendu et les enregistrements sonores de la séance…
Continuer la lecture de Mouvement audiovisuel d’intervention et dépôt légal des vidéogrammes

Autour de la série « Le Lion, sa cage et ses ailes »

Séance du 10 juin 2013

 La dernière séance de l’année 2012-2013 du séminaire « Vidéo des premiers temps » est consacrée à la série Le Lion, sa cage et ses ailes, série de huit films en vidéo réalisés à l’initiative d’Armand Gatti, Hélène Châtelain et Stéphane Gatti entre 1975 et 1977. Le « lion », ce sont les usines Peugeot. La « cage », c’est le pays de Montbéliard. Les « ailes », ce sont les communautés de travailleurs immigrés qui le composent et qui livrent, à travers le film, leur autoportrait. Projet pleinement ancré dans le contexte de l’après-Mai 68, comme en témoigne l’invitation faite aux ouvriers (« Un film, le vôtre »), Le Lion, sa cage et ses ailes apparaît néanmoins comme une expérience collective hors normes, qui se singularise par son double statut : à la fois vidéo militante sur la condition ouvrière et vidéo d’auteur, dans une démarche voulue et vécue à la manière de celle d’un « écrivain public ». À travers les témoignages de nos invité-es et la projection d’extraits, nous questionnerons cet objet singulier qui, par sa forme et ses enjeux, ouvre sur de multiples problématiques abordées tout au long de cette année dans le séminaire.

Invités :

  • Jean-Paul Fargier (critique, réalisateur)
  • Stéphane Gatti (réalisateur, co-réalisateur du Lion, sa cage et ses ailes)
  • Nicolas Hatzfeld (professeur en Histoire contemporaine, Université d’Evry-Val-d’Essonne)

L’image à la une est un détail d’une affiche réalisée dans le cadre de la réalisation du film. 

Découvrez l’enregistrement sonore et le compte-rendu de la séance:

Continuer la lecture de Autour de la série « Le Lion, sa cage et ses ailes »

Vidéo et mouvement écologique naissant

Séance du 13 mai 2013

L’écologie a sans doute été l’une des idées politiques les plus novatrices des années 1970. La critique des dégâts et des dangers suscités par les méga-infrastructures industrielles, routières, énergétiques, militaires, est passée entre autres par le travail des collectifs vidéo. La vidéo fut en effet autant un outil de restitution immédiat de l’événement, comme la catastrophe de Seveso en 1976 (ADP), que celui d’une réflexion prospective articulant l’autogestion et la recherche des alternatives énergétiques, symbolisées par la « maison autonome » (Vidéo 00). Sur la période, des cinéastes ou groupes de cinéastes filmant en 16 mm ont aussi témoigné de prises de conscience collectives et prévenu des dangers du nucléaire (Le Grain de Sable). Dans cette troisième étude de cas, le séminaire « Vidéo des premiers temps » permettra d’entendre les témoignages et analyses croisés de vidéastes et d’un cinéaste qui ont filmé le mouvement anti-nucléaire à Bugey, Flamanville, Malville ou Dampierre, mais aussi la mobilisation emblématique du Larzac, sur laquelle plusieurs bandes ont été récemment retrouvées.

Invité/es :

  • Anne-Marie Martin, vidéaste, Association Diffusion Populaire (ADP) ;
  • Yvonne Mignot-Lefebvre et Michel Lefebvre, vidéastes, Vidéo 00 ;
  • Serge Poljinsky, cinéaste, Le Grain de Sable.

L’image à la une est issue de la vidéo Bugey Cobaye (1971) de Vidéo 00.

Découvrez le compte rendu, les enregistrements sonores et la filmographie de la séance…
Continuer la lecture de Vidéo et mouvement écologique naissant