Archives par mot-clé : BnF

Klonaris/Thomadaki

Séance du 24 novembre 2014

En 1976, Maria Klonaris et Katerina Thomadaki réalisent avec le « Collectif 010 » à la Cartoucherie de Vincennes une action de 48 heures, La Torture, enregistrée en vidéo par Jean Roualdès. En 2012, suite à la numérisation des bandes vidéo originales, elles ont procédé à une réinterprétation de cette archive, valorisant les caractéristiques du médium vidéo 1/2 pouce. Katerina Thomadaki parlera de cette action, du processus de sa création, de son contexte politique et artistique et de son importance dans le parcours des deux artistes – du théâtre à la performance et au Cinéma corporel. Elle évoquera également leur réflexion sur les moyens d’enregistrement et les modes de représentation. En effet, si elles se sont illustrées avant tout dans l’art du film, Maria Klonaris et Katerina Thomadaki ont approché la vidéo dès ses premières années, d’une manière à la fois théorique et pratique. Dans leurs performances de cinéma élargi, la vidéo apparaît à la fin des années 70. Au même moment, engagée en études théâtrales, Katerina Thomadaki critique le « mythe qui est en train de se créer autour du magnétoscope et de sa capacité à fournir une mémoire visuelle du spectacle ». Contre cette illusion objectiviste, elle propose alors une restitution visuelle du spectacle « par analogie ».

Invitée:

  • Katerina Thomadaki, cinéaste, théoricienne et plasticienne pluridisciplinaire.

L’image à la une est extraite de Personal Statement (Maria Klonaris et Katerina Thomadaki, 1994). © Klonaris/Thomadaki, ADAGP

Découvrez les extraits sonores et le compte-rendu de la séance…

Continuer la lecture de Klonaris/Thomadaki

Autour de Patrick Prado

Séance du 2 juin 2014

La dernière séance de l’année 2013-2014 du séminaire Vidéo des premiers temps est consacrée au réalisateur Patrick Prado. Membre fondateur avec Jean-Louis Le Tacon des collectifs Super 8 « Torr e Benn » en Bretagne et APIC (Agence Populaire d’Image Cinéma) à Paris, Patrick Prado a accompagné plusieurs mouvements de luttes paysannes et ouvrières en Bretagne, notamment pendant la « guerre du lait » en 1972. Grâce à une caméra et un magnétoscope noir et blanc achetés par Simone Signoret et Yves Montand, il a très tôt expérimenté des pratiques militantes de vidéo qu’il fit découvrir à Carole et Paul Roussopoulos. Pionnier de l’art vidéo dès le milieu des années 70, il participe au groupe composite créé par Jean-Louis Le Tacon, un des premiers groupements de « vidéastes », qui contribue à la naissance en 1983 de l’association « Grand Canal Vidéo », structure de production et de diffusion active jusqu’au début des années 2000. Patrick Prado a pratiqué, de manière très personnelle, l’audiovisuel de contre-information, l’enquête sociale et l’art vidéo. En l’invitant à évoquer son itinéraire en présence d’autres pionnier/es de la vidéo qui ont partagé les mêmes engagements, cette séance se propose d’interroger les échanges constants entre différents domaines de l’image militante (supports et collectifs) et de cerner la marche progressive vers des pratiques artistiques à la fois autonomes et collectives sur la période 1968-1983.

Invité-e-s :

  • Patrick Prado, réalisateur et chercheur, membre fondateur de Grand Canal
  • Dominique Belloir, réalisatrice, membre fondatrice de Grand Canal et de Mirage illimité (production)
  • Jean-Christophe Bouvet, acteur et réalisateur.
  • Alain Longuet, réalisateur
  • François Pain, réalisateur
  • Jean-Paul Fargier, réalisateur, critique, ancien enseignant-chercheur en cinéma à l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis
  • Yves de Peretti, réalisateur

L’image à la une est extraite de Soleil de Van Gogh, Patrick Prado, 1979. 

Découvrez l’enregistrement sonore et le  compte-rendu de la séance :

Continuer la lecture de Autour de Patrick Prado

Mouvement audiovisuel d’intervention et dépôt légal des vidéogrammes

Séance du 4 novembre 2013

La seconde saison du séminaire (2013-2014) avait pour thème : «Politiques de la vidéo : revendication d’autonomie et inscription institutionnelle ».

La séance d’ouverture a accueilli :

  • Marie-France Calas (ancienne directrice du département de la Phonothèque et de l’Audiovisuel de la Bibliothèque nationale),
  • Louisette Faréniaux (réalisatrice, membre du MAI et du bureau de la Fédération européenne du cinéma progressiste dans les années 1970, ancienne maîtresse de conférences à l’Université Lille 3).

Découvrez le compte rendu et les enregistrements sonores de la séance…
Continuer la lecture de Mouvement audiovisuel d’intervention et dépôt légal des vidéogrammes

Expérimentations en vidéo légère et premiers usages militants

Séance du 19 novembre 2012

La deuxième séance du séminaire de recherche « Vidéo des premiers temps » se propose de poser le contexte historique et technique de l’apparition de la vidéo légère, des expérimentations artistiques aux États-Unis au milieu des années 1960 à la commercialisation des premiers magnétoscopes portables et à leurs appropriations en France autour de l’année 1968. Nous interrogerons, à travers les témoignages de nos invités et la projection de documents d’archives, les usages militants et les spécificités de ce nouveau médium au regard des pratiques cinématographiques nées de Mai 68, des États généraux du cinéma et des collectifs qui les ont inaugurés ainsi que les problèmes techniques rencontrés à l’occasion de ces expériences pionnières (maniement du matériel, pratique du montage, moyens de diffusion).

Invité/es : 

  • Jean-François Dars et Anne Papillault (réalisateurs / Slon-Vidéo)
  • Jean-Paul Fargier (critique / réalisateur /Les Cent Fleurs)
  • Jean-Henri Roger (réalisateur / Paris 8-Vincennes)
  • Paul Roussopoulos (physicien-mathématicien / Vidéo Out)

Découvrez le compte-rendu et les enregistrements sonores de la séance… Continuer la lecture de Expérimentations en vidéo légère et premiers usages militants