Archives par mot-clé : féminisme

Klonaris/Thomadaki

Séance du 24 novembre 2014

En 1976, Maria Klonaris et Katerina Thomadaki réalisent avec le « Collectif 010 » à la Cartoucherie de Vincennes une action de 48 heures, La Torture, enregistrée en vidéo par Jean Roualdès. En 2012, suite à la numérisation des bandes vidéo originales, elles ont procédé à une réinterprétation de cette archive, valorisant les caractéristiques du médium vidéo 1/2 pouce. Katerina Thomadaki parlera de cette action, du processus de sa création, de son contexte politique et artistique et de son importance dans le parcours des deux artistes – du théâtre à la performance et au Cinéma corporel. Elle évoquera également leur réflexion sur les moyens d’enregistrement et les modes de représentation. En effet, si elles se sont illustrées avant tout dans l’art du film, Maria Klonaris et Katerina Thomadaki ont approché la vidéo dès ses premières années, d’une manière à la fois théorique et pratique. Dans leurs performances de cinéma élargi, la vidéo apparaît à la fin des années 70. Au même moment, engagée en études théâtrales, Katerina Thomadaki critique le « mythe qui est en train de se créer autour du magnétoscope et de sa capacité à fournir une mémoire visuelle du spectacle ». Contre cette illusion objectiviste, elle propose alors une restitution visuelle du spectacle « par analogie ».

Invitée:

  • Katerina Thomadaki, cinéaste, théoricienne et plasticienne pluridisciplinaire.

L’image à la une est extraite de Personal Statement (Maria Klonaris et Katerina Thomadaki, 1994). © Klonaris/Thomadaki, ADAGP

Découvrez les extraits sonores et le compte-rendu de la séance…

Continuer la lecture de Klonaris/Thomadaki

Usages de la vidéo dans les luttes féministes

Séance du 22 avril 2013

Second temps d’une série d’études de cas au sein du séminaire, cette séance propose d’interroger les contributions des collectifs féministes aux innovations de la « vidéo des premiers temps ». Dès les débuts du Mouvement de libération des femmes, celle-ci s’impose comme un outil de contre-information et d’agitation directe. Elle devient aussi un instrument stratégique au service d’une quête d’identité individuelle et collective. Maso et miso vont en bateau (1976) s’achève ainsi : « Aucune image de la télévision ne veut ni peut nous refléter. C’est avec la vidéo que nous nous raconterons ». Extraits de bandes et témoignages seront l’occasion d’éclairer l’apport des féministes comme « productrices » de pratiques, d’usages et de nouvelles formes filmiques, libres et inventives.

Invitées :

– Dominique Barbier, monteuse, co-réalisatrice de À notre santé

– Anne-Marie Faure, réalisatrice, collectif Vidéa

– Josiane Jouët professeure à l’Institut français de presse, co-réalisatrice de À notre santé

– Dominique Poggi sociologue, co-réalisatrice de Manifestation contre la répression de l’homosexualité

– Nadja Ringart sociologue, co-réalisatrice notamment de Maso et miso vont en bateau

L’image à la une est extraite de Maso et Miso vont en bateau

Découvrez le compte-rendu de la séance:

Continuer la lecture de Usages de la vidéo dans les luttes féministes

Expériences vidéo dans les conflits Lip

ETUDES DE CAS

Séance du 8 avril 2013

La sixième séance du séminaire « Vidéo des premiers temps » inaugure une série d’études de cas, consacrées à des mobilisations politiques dans lesquelles des collectifs vidéo se sont fortement impliqués. Emblématiques des grèves ouvrières des années 1970, les conflits Lip ont été abondamment filmés. Parties prenantes du mouvement, les pratiques militantes du cinéma et de la vidéo ont expérimenté des dispositifs originaux, notamment quant à la relation filmeurs-filmés. De même, les images ainsi produites ont-elles été utilisées à des fins de discussion et de réflexion collectives au cœur même des luttes. Cette séance sera ainsi l’occasion de mettre en perspective les pratiques du cinéma 16 mm et de la vidéo. Acteurs et actrices de cette histoire apporteront leur témoignage et leur analyse sur des images qui, pour une partie d’entre elles, n’ont été retrouvées et sauvegardées que récemment.

INVITÉ-E-S :

  • Dominique Barbier (sous réserve), monteuse et réalisatrice, Les Cahiers de mai
  • Dominique Dubosc, cinéaste, réalisateur notamment de Lip 73-74 : le goût du collectif
  • Anne-Marie Martin,  réalisatrice, ADP (Association Diffusion Populaire)
  • Frank Georgi, Historien, Maître de conférences à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, Centre d’histoire sociale du XXe siècle.

L’image à la une est une photographie de Carole Roussopoulos en tournage avec son mari Paul lors de la Marche des Lip, à Besançon, en septembre 1973. Copyright Association Carole Roussopoulos. 

Découvrez les enregistrements  sonores, le compte-rendu de la séance ainsi que des extraits vidéos:

Continuer la lecture de Expériences vidéo dans les conflits Lip

Collectifs régionaux et action locale

Séance du 14 janvier 2013

Après avoir interrogé les premiers usages militants de la vidéo légère puis la formation, le fonctionnement et les modes d’intervention de groupes vidéo pionniers des années 1970, le séminaire « vidéo des premiers temps » propose de consacrer sa quatrième séance à des expériences collectives implantées en région qui ont tenté de promouvoir, loin de Paris, des réseaux parallèles de production et de distribution en prise avec les réalités locales et les luttes en cours. À travers les témoignages de nos invité/es et la projection de documents d’archives, nous évoquerons cinq expériences menées simultanément à Aix-en-Provence, Lyon et Toulouse.

Invité/es :

  • Hélène Lioult pour Airelles vidéo (Aix-en-Provence)
  • Jean-Luc Lioult pour Vidéo 13 et Clivage (Aix-en-Provence)
  • Anne-Marie Martin pour ADP (Lyon)
  • Marie-Thérèse Martinelli pour Vidéo 031 (Toulouse)

Découvrez les enregistrements sonores et le compte rendu de la séance…
Continuer la lecture de Collectifs régionaux et action locale

Les premiers collectifs : Vidéo Out, Vidéo 00, Les Cent Fleurs et Vidéa

Séance du 17 décembre 2012

Après s’être intéressé aux expérimentations en vidéo légère et aux premiers usages militants, le séminaire « Vidéo des premiers temps » propose dans sa troisième séance de questionner la notion de groupe vidéo, à travers le cas des quatre collectifs répertoriés par Guy Hennebelle dans la revue Cinéma d’aujourd’hui au printemps 1976 et fondateurs de la structure de distribution « Mon œil ». Les témoignages de nos invité/es et la projection de documents d’archives nous permettront de mettre en lumière leur formation, leur fonctionnement et leurs modes d’intervention. Continuer la lecture de Les premiers collectifs : Vidéo Out, Vidéo 00, Les Cent Fleurs et Vidéa

Expérimentations en vidéo légère et premiers usages militants

Séance du 19 novembre 2012

La deuxième séance du séminaire de recherche « Vidéo des premiers temps » se propose de poser le contexte historique et technique de l’apparition de la vidéo légère, des expérimentations artistiques aux États-Unis au milieu des années 1960 à la commercialisation des premiers magnétoscopes portables et à leurs appropriations en France autour de l’année 1968. Nous interrogerons, à travers les témoignages de nos invités et la projection de documents d’archives, les usages militants et les spécificités de ce nouveau médium au regard des pratiques cinématographiques nées de Mai 68, des États généraux du cinéma et des collectifs qui les ont inaugurés ainsi que les problèmes techniques rencontrés à l’occasion de ces expériences pionnières (maniement du matériel, pratique du montage, moyens de diffusion).

Invité/es : 

  • Jean-François Dars et Anne Papillault (réalisateurs / Slon-Vidéo)
  • Jean-Paul Fargier (critique / réalisateur /Les Cent Fleurs)
  • Jean-Henri Roger (réalisateur / Paris 8-Vincennes)
  • Paul Roussopoulos (physicien-mathématicien / Vidéo Out)

Découvrez le compte-rendu et les enregistrements sonores de la séance… Continuer la lecture de Expérimentations en vidéo légère et premiers usages militants