Archives par mot-clé : immigration

Autour de la série « Le Lion, sa cage et ses ailes »

Séance du 10 juin 2013

 La dernière séance de l’année 2012-2013 du séminaire « Vidéo des premiers temps » est consacrée à la série Le Lion, sa cage et ses ailes, série de huit films en vidéo réalisés à l’initiative d’Armand Gatti, Hélène Châtelain et Stéphane Gatti entre 1975 et 1977. Le « lion », ce sont les usines Peugeot. La « cage », c’est le pays de Montbéliard. Les « ailes », ce sont les communautés de travailleurs immigrés qui le composent et qui livrent, à travers le film, leur autoportrait. Projet pleinement ancré dans le contexte de l’après-Mai 68, comme en témoigne l’invitation faite aux ouvriers (« Un film, le vôtre »), Le Lion, sa cage et ses ailes apparaît néanmoins comme une expérience collective hors normes, qui se singularise par son double statut : à la fois vidéo militante sur la condition ouvrière et vidéo d’auteur, dans une démarche voulue et vécue à la manière de celle d’un « écrivain public ». À travers les témoignages de nos invité-es et la projection d’extraits, nous questionnerons cet objet singulier qui, par sa forme et ses enjeux, ouvre sur de multiples problématiques abordées tout au long de cette année dans le séminaire.

Invités :

  • Jean-Paul Fargier (critique, réalisateur)
  • Stéphane Gatti (réalisateur, co-réalisateur du Lion, sa cage et ses ailes)
  • Nicolas Hatzfeld (professeur en Histoire contemporaine, Université d’Evry-Val-d’Essonne)

L’image à la une est un détail d’une affiche réalisée dans le cadre de la réalisation du film. 

Découvrez l’enregistrement sonore et le compte-rendu de la séance:

Continuer la lecture de Autour de la série « Le Lion, sa cage et ses ailes »

Les premiers collectifs : Vidéo Out, Vidéo 00, Les Cent Fleurs et Vidéa

Séance du 17 décembre 2012

Après s’être intéressé aux expérimentations en vidéo légère et aux premiers usages militants, le séminaire « Vidéo des premiers temps » propose dans sa troisième séance de questionner la notion de groupe vidéo, à travers le cas des quatre collectifs répertoriés par Guy Hennebelle dans la revue Cinéma d’aujourd’hui au printemps 1976 et fondateurs de la structure de distribution « Mon œil ». Les témoignages de nos invité/es et la projection de documents d’archives nous permettront de mettre en lumière leur formation, leur fonctionnement et leurs modes d’intervention. Continuer la lecture de Les premiers collectifs : Vidéo Out, Vidéo 00, Les Cent Fleurs et Vidéa