Archives par mot-clé : pédagogie

La vidéo contre la télévision, tout contre

Séance du 5 mai 2014

Apparue tandis que se développaient des courants de réflexion théorique et critique sur les mass media, la vidéo légère s’est construite « contre la télévision, tout contre », selon une formule de Jean-Paul Fargier, tant du point de vue du dispositif (légèreté vs lourdeur) que du message idéologique (démontage, contre-information et droit de réponse). Cette séance du séminaire « Vidéo des premiers temps » propose d’interroger les modalités de coexistence et de confrontation entre « TV » et « VT » (video tape) à travers le parcours de deux réalisateurs ayant évolué dans et hors de l’institution télévisuelle. Entré à l’ORTF en 1966, Bernard Baissat a participé activement à la conception de programmes de télévision expérimentaux au Niger, en Côte d’Ivoire et au Liban et a été le témoin des résistances face à l’introduction de la vidéo légère à la télévision française dans les années 1970. Responsable du secteur audiovisuel du Centre d’action culturelle d’Orléans et du Loiret, Pierre Müller a réalisé plusieurs bandes vidéo de lecture critique de l’information et de la publicité à la télévision, en particulier Fait divers (1977), sous-titrée Autopsie d’un reportage télévisé.

 
Invités :

  • Bernard Baissat, cinéaste, journaliste à l’ORTF dès 1966, assistant-réalisateur à la télévision scolaire (1967-1968), puis réalisateur pour des télévisions éducatives en Afrique (1968-1974), responsable de Vidéo Liban (1974-1975) et réalisateur pour FR3 (1976-1981)
  • Pierre Müller, réalisateur, responsable du Secteur audiovisuel du Centre d’action culturelle d’Orléans et du Loiret (MCO) de 1976 à 1984.

L’image à la une est extraite du film Ce n’est qu’un début, continuons le combat de Claudia von Alemann (1968/1969). Il s’agit d’une diffusion du magazine Vidéo 5 dans la librairie La Joie de lire (Paris), fondée par François Maspero.

Découvrez le compte rendu de la séance…
Continuer la lecture de La vidéo contre la télévision, tout contre

La vidéo dans les enseignements supérieurs et artistiques

Séance du 7 avril 2014

L’arrivée de la vidéo légère a coïncidé avec un mouvement profond de rénovation de l’enseignement supérieur et artistique en France dans les années 1970. Portée par les dynamiques militantes de l’après-Mai 68, la vidéo fut l’instrument et le témoin d’un décloisonnement de la culture et d’une « dé-hiérarchisation » des relations entre enseignant/es et enseigné/es. A travers les exemples du Centre expérimental de Vincennes et de l’Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts, cette séance du séminaire « Vidéo des premiers temps » examinera les modalités d’appropriation de ce nouvel outil, objet d’usages divers et de « bricolages » dans et hors de l’institution.

Invité-e-s:

  • Nicolas Ballet, chargé d’études et de recherche à l’INHA
  • Patrice Besnard, ingénieur d’études à l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis
  • Jean-Louis Boissier, professeur émérite en esthétique et art contemporain à l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis
  • Jean-Paul Fargier, réalisateur, ancien enseignant-chercheur en cinéma à l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis
  • Mathilde Ferrer, ancienne responsable de la médiathèque à l’Ecole supérieure des Beaux-Arts.

L’image à la une est extraite de Vincennes comme espace vécu,  un film de Marielle Burkhalter et Annie Couëdel avec ses étudiants (1977).

Découvrez l’enregistrement sonore et le compte-rendu de la séance:

Continuer la lecture de La vidéo dans les enseignements supérieurs et artistiques

La vidéo à l’école

Séance du 13 janvier 2014

Dès la fin des années 1960, des pionniers ont utilisé la vidéo dans l’enseignement primaire et secondaire. Certaines de ces expérimentations ont bénéficié du plein soutien de l’institution et de moyens parfois extraordinairement importants, d’autres se sont développées davantage dans la marge et avec des moyens légers. De la constitution de banques de programmes éducatifs dans les établissements aux premières réalisations collectives avec les classes, cette séance du séminaire Vidéo des premiers temps vise à donner un premier éclairage sur un territoire vaste et divers. Un temps particulier sera consacré à École, gare de triage (collectif « Vidéo 00 », 1973-1974), incursion en forme d’enquête d’un collectif vidéo dans l’institution scolaire.

Invité-e-s :

  • Monique Martineau-Hennebelle : enseignante retraitée (professeur au lycée de Nanterre, chercheuse à l’INRP, maître de conférences à Paris 5) ; (co-)directrice des numéros de CinémAction « Graine de cinéastes » (L’Harmattan, 1982), « Des jeunes à la caméra » (CERF, 1985), « L’enseignement du cinéma et de l’audiovisuel » (CERF/CFPJ, 1987) et des actes du colloque « Audiovisuel et formation des enseignants » (INRP, 1994).

Discussion avec trois ancien-ne-s lycéen-ne-s :

  • Hélène Valencien, professeure des écoles
  • Pierre Valencien, expert comptable
  • Pierre Vinard, inspecteur général au ministère de l’éducation nationale

Découvrez l’enregistrement sonore et le compte-rendu de la séance :

Continuer la lecture de La vidéo à l’école