Archives par mot-clé : télévision

Les Scènes de Michel Jaffrennou

Séance du 15 juin 2015

Peintre de formation, rattaché un temps au mouvement lettriste, Michel Jaffrennou expérimente la vidéo dès 1975 avec Who’s Who et Mental O. Son travail connaît un nouveau développement en 1978 avec la création du centre de diffusion Vidéo A.B.I. Au sein de cet espace, l’artiste s’associe à Patrick Bousquet et Jean-Michel Champelovier et fonde Le collectif Ontologic Théâtre. Ensemble, ils conçoivent des pièces de Vidéothéâtrie, pratique mêlant théâtre et vidéo dont le « Divertissement sous forme de diversion » Les Totologiques (1979) est l’œuvre la plus interprétée avant d’être adaptée en version « TV » en 1981.

Parallèlement, Michel Jaffrennou engage un rapprochement entre la vidéo et l’art contemporain, en proposant Pièces de Musées. Cette série de dessins et de peintures, exposée à la Galerie Stadler en 1980, présente trente vidéosculptures dont Le Plein de plumes. Créée à la 11e Biennale de Paris en 1980, cette installation n’aura de cesse de voyager. Le spectacle de vidéothéâtre, Electronique Vidéo Circus, créé en 1984 au Centre Georges Pompidou, renouvelle encore son approche de la vidéo. Dans le prolongement de la vidéosculpture et de la vidéothéâtrie, ce « cirque d’images » propose un spectacle ambitieux, associant sur une même scène images et acteurs réels, personnages d’inspiration populaire, dans une installation imposante (plus de 30 téléviseurs mobiles, synchronisés à 6 magnétoscopes).

Cette dernière séance de l’année 2014-2015 du séminaire « Vidéo des premiers temps » met en lumière les rapprochements entre vidéo et performance expérimentés par Michel Jaffrennou, la manière dont il a revisité l’imaginaire du spectacle, ainsi que les variantes qu’ont connues ses œuvres suivant leurs modalités de représentation. La séance s’appuie sur le fonds d’archives Michel Jaffrennou, créé à la BnF en 2007, et considérablement enrichi en 2014. Dans le cadre du projet Les Arts trompeurs : machine, magie, médias (Labex Art-H2H/ENS Louis-Lumière/CRIalt/CRILCQ), ce fonds d’archives fait l’objet depuis février 2015 d’une analyse et d’un traitement documentaire détaillés.

Invités :

  • Michel Jaffrennou, artiste, plasticien et metteur en scène,
  • Patrick Bousquet, réalisateur, auteur d’installations vidéo,
  • Frédéric Tabet, maître de conférence en études cinématographiques à l’École supérieure d’audiovisuel (ESAV) – Université de Toulouse 2, spécialiste des relations entre la magie et le cinématographe.

L’image à la une est une photographie extraite du fonds Michel Jaffrennou conservé à la Bibliothèque nationale de France (département de l’audiovisuel). Il s’agit du spectacle Electronique Video Circus (1984).

Découvrez le compte rendu de la séance…
Continuer la lecture de Les Scènes de Michel Jaffrennou

La vidéo contre la télévision, tout contre

Séance du 5 mai 2014

Apparue tandis que se développaient des courants de réflexion théorique et critique sur les mass media, la vidéo légère s’est construite « contre la télévision, tout contre », selon une formule de Jean-Paul Fargier, tant du point de vue du dispositif (légèreté vs lourdeur) que du message idéologique (démontage, contre-information et droit de réponse). Cette séance du séminaire « Vidéo des premiers temps » propose d’interroger les modalités de coexistence et de confrontation entre « TV » et « VT » (video tape) à travers le parcours de deux réalisateurs ayant évolué dans et hors de l’institution télévisuelle. Entré à l’ORTF en 1966, Bernard Baissat a participé activement à la conception de programmes de télévision expérimentaux au Niger, en Côte d’Ivoire et au Liban et a été le témoin des résistances face à l’introduction de la vidéo légère à la télévision française dans les années 1970. Responsable du secteur audiovisuel du Centre d’action culturelle d’Orléans et du Loiret, Pierre Müller a réalisé plusieurs bandes vidéo de lecture critique de l’information et de la publicité à la télévision, en particulier Fait divers (1977), sous-titrée Autopsie d’un reportage télévisé.

 
Invités :

  • Bernard Baissat, cinéaste, journaliste à l’ORTF dès 1966, assistant-réalisateur à la télévision scolaire (1967-1968), puis réalisateur pour des télévisions éducatives en Afrique (1968-1974), responsable de Vidéo Liban (1974-1975) et réalisateur pour FR3 (1976-1981)
  • Pierre Müller, réalisateur, responsable du Secteur audiovisuel du Centre d’action culturelle d’Orléans et du Loiret (MCO) de 1976 à 1984.

L’image à la une est extraite du film Ce n’est qu’un début, continuons le combat de Claudia von Alemann (1968/1969). Il s’agit d’une diffusion du magazine Vidéo 5 dans la librairie La Joie de lire (Paris), fondée par François Maspero.

Découvrez le compte rendu de la séance…
Continuer la lecture de La vidéo contre la télévision, tout contre

Intervention vidéo et action culturelle

Séance du 10 mars 2014

La vidéo a très tôt occupé une place dans les lieux de la décentralisation culturelle (Maisons de la Culture, Centres d’Action Culturelle…). Elle a permis de garder trace des événements sociaux et artistiques qui s’y produisaient, d’expérimenter de nouvelles pratiques audiovisuelles et d’impulser des recherches d’écritures collectives ou plus personnelles, sous la houlette d’animateurs/trices disposant de matériels conséquents et jouissant d’une certaine autonomie.

Cette séance du séminaire « Vidéo des premiers temps » est consacrée au parcours d’un réalisateur, Thierry Nouel, entre 1968 et 1984. Acteur important de ce moment de la vidéo, dans diverses structures dont le Centre d’action culturelle d’Annecy, Thierry Nouel en a aussi été un observateur attentif, auteur en 1977 d’une enquête qui dresse un panorama des pratiques vidéo à travers l’ensemble du territoire français. Accompagnée de nombreux extraits de bandes récemment sauvegardées par la BnF, la séance est aussi l’occasion de nouer un dialogue avec deux participant/es à des expériences menées en milieu rural, et avec un responsable du secteur audiovisuel d’un autre Centre d’Action Culturelle.

Invité/es :

  • Thierry Nouel, vidéaste, chef-monteur et réalisateur de documentaires ;
  • Geneviève Excoffier , institutrice en pédagogie Freinet à Arbusigny en classe unique de moyenne montagne ; à l’origine du ciné-club local;
  • Roland Excoffier , technicien de service public, fondateur du Foyer rural et d’éducation populaire d’Arbusigny, actuellement responsable d’un Groupe de recueil de la mémoire locale ;
  • Pierre Müller , ancien responsable du Secteur audiovisuel du Centre d’action culturelle d’Orléans et du Loiret (Maison de la Culture d’Orléans) de 1976 à 1984.

L’image à la une est une photographie de Colette Hyvrard prise au cours du tournage de De Notre temps à Arbusigny (1980).

Découvrez le compte rendu et les enregistrements sonores de la séance…
Continuer la lecture de Intervention vidéo et action culturelle

La vidéo à l’école

Séance du 13 janvier 2014

Dès la fin des années 1960, des pionniers ont utilisé la vidéo dans l’enseignement primaire et secondaire. Certaines de ces expérimentations ont bénéficié du plein soutien de l’institution et de moyens parfois extraordinairement importants, d’autres se sont développées davantage dans la marge et avec des moyens légers. De la constitution de banques de programmes éducatifs dans les établissements aux premières réalisations collectives avec les classes, cette séance du séminaire Vidéo des premiers temps vise à donner un premier éclairage sur un territoire vaste et divers. Un temps particulier sera consacré à École, gare de triage (collectif « Vidéo 00 », 1973-1974), incursion en forme d’enquête d’un collectif vidéo dans l’institution scolaire.

Invité-e-s :

  • Monique Martineau-Hennebelle : enseignante retraitée (professeur au lycée de Nanterre, chercheuse à l’INRP, maître de conférences à Paris 5) ; (co-)directrice des numéros de CinémAction « Graine de cinéastes » (L’Harmattan, 1982), « Des jeunes à la caméra » (CERF, 1985), « L’enseignement du cinéma et de l’audiovisuel » (CERF/CFPJ, 1987) et des actes du colloque « Audiovisuel et formation des enseignants » (INRP, 1994).

Discussion avec trois ancien-ne-s lycéen-ne-s :

  • Hélène Valencien, professeure des écoles
  • Pierre Valencien, expert comptable
  • Pierre Vinard, inspecteur général au ministère de l’éducation nationale

Découvrez l’enregistrement sonore et le compte-rendu de la séance :

Continuer la lecture de La vidéo à l’école

Usages de la vidéo dans les luttes féministes

Séance du 22 avril 2013

Second temps d’une série d’études de cas au sein du séminaire, cette séance propose d’interroger les contributions des collectifs féministes aux innovations de la « vidéo des premiers temps ». Dès les débuts du Mouvement de libération des femmes, celle-ci s’impose comme un outil de contre-information et d’agitation directe. Elle devient aussi un instrument stratégique au service d’une quête d’identité individuelle et collective. Maso et miso vont en bateau (1976) s’achève ainsi : « Aucune image de la télévision ne veut ni peut nous refléter. C’est avec la vidéo que nous nous raconterons ». Extraits de bandes et témoignages seront l’occasion d’éclairer l’apport des féministes comme « productrices » de pratiques, d’usages et de nouvelles formes filmiques, libres et inventives.

Invitées :

– Dominique Barbier, monteuse, co-réalisatrice de À notre santé

– Anne-Marie Faure, réalisatrice, collectif Vidéa

– Josiane Jouët professeure à l’Institut français de presse, co-réalisatrice de À notre santé

– Dominique Poggi sociologue, co-réalisatrice de Manifestation contre la répression de l’homosexualité

– Nadja Ringart sociologue, co-réalisatrice notamment de Maso et miso vont en bateau

L’image à la une est extraite de Maso et Miso vont en bateau

Découvrez le compte-rendu de la séance:

Continuer la lecture de Usages de la vidéo dans les luttes féministes

Expériences vidéo dans les conflits Lip

ETUDES DE CAS

Séance du 8 avril 2013

La sixième séance du séminaire « Vidéo des premiers temps » inaugure une série d’études de cas, consacrées à des mobilisations politiques dans lesquelles des collectifs vidéo se sont fortement impliqués. Emblématiques des grèves ouvrières des années 1970, les conflits Lip ont été abondamment filmés. Parties prenantes du mouvement, les pratiques militantes du cinéma et de la vidéo ont expérimenté des dispositifs originaux, notamment quant à la relation filmeurs-filmés. De même, les images ainsi produites ont-elles été utilisées à des fins de discussion et de réflexion collectives au cœur même des luttes. Cette séance sera ainsi l’occasion de mettre en perspective les pratiques du cinéma 16 mm et de la vidéo. Acteurs et actrices de cette histoire apporteront leur témoignage et leur analyse sur des images qui, pour une partie d’entre elles, n’ont été retrouvées et sauvegardées que récemment.

INVITÉ-E-S :

  • Dominique Barbier (sous réserve), monteuse et réalisatrice, Les Cahiers de mai
  • Dominique Dubosc, cinéaste, réalisateur notamment de Lip 73-74 : le goût du collectif
  • Anne-Marie Martin,  réalisatrice, ADP (Association Diffusion Populaire)
  • Frank Georgi, Historien, Maître de conférences à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, Centre d’histoire sociale du XXe siècle.

L’image à la une est une photographie de Carole Roussopoulos en tournage avec son mari Paul lors de la Marche des Lip, à Besançon, en septembre 1973. Copyright Association Carole Roussopoulos. 

Découvrez les enregistrements  sonores, le compte-rendu de la séance ainsi que des extraits vidéos:

Continuer la lecture de Expériences vidéo dans les conflits Lip