La vidéo dans les enseignements supérieurs et artistiques

Séance du 7 avril 2014

L’arrivée de la vidéo légère a coïncidé avec un mouvement profond de rénovation de l’enseignement supérieur et artistique en France dans les années 1970. Portée par les dynamiques militantes de l’après-Mai 68, la vidéo fut l’instrument et le témoin d’un décloisonnement de la culture et d’une « dé-hiérarchisation » des relations entre enseignant/es et enseigné/es. A travers les exemples du Centre expérimental de Vincennes et de l’Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts, cette séance du séminaire « Vidéo des premiers temps » examinera les modalités d’appropriation de ce nouvel outil, objet d’usages divers et de « bricolages » dans et hors de l’institution.

Invité-e-s:

  • Nicolas Ballet, chargé d’études et de recherche à l’INHA
  • Patrice Besnard, ingénieur d’études à l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis
  • Jean-Louis Boissier, professeur émérite en esthétique et art contemporain à l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis
  • Jean-Paul Fargier, réalisateur, ancien enseignant-chercheur en cinéma à l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis
  • Mathilde Ferrer, ancienne responsable de la médiathèque à l’Ecole supérieure des Beaux-Arts.

L’image à la une est extraite de Vincennes comme espace vécu,  un film de Marielle Burkhalter et Annie Couëdel avec ses étudiants (1977).

Découvrez l’enregistrement sonore et le compte-rendu de la séance:

1. La séance démarre de façon informelle sur l’évocation de Gérard Belkin, de son rôle de pionnier de la vidéo légère et de son travail de réflexion critique sur le développement en Haïti et en Tanzanie.

2. Hélène Fleckinger introduit cette séance consacrée à la place et aux usages et fonctions de la vidéo dans les enseignements supérieurs et artistiques à travers deux exemples, l’Université de Vincennes et l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts (ENSBA). Ces deux lieux d’enseignement des pratiques artistiques sont hautement symboliques pour leur dimension politique : aux Beaux-Arts sont sérigraphiées quelques 500 affiches de Mai 68, et Vincennes, qui ouvre ses portes en janvier 1969, est considérée comme une « base rouge » de l’extrême gauche (elle sera déménagée à Saint-Denis en 1980). Ce sont aussi ces deux lieux qui initient l’utilisation de la vidéo dans l’enseignement supérieur. L’enjeu de cette séance est donc de comprendre comment la vidéo a été utilisée pour garder des traces d’événements artistiques, intellectuels et sociaux au sein de ces espaces, et progressivement investie de projets de formation, d’expression et de création. L’accent sera mis sur les « bricolages » dont la vidéo légère a fait l’objet à l’intérieur et en dehors de l’institution.

3. La parole est donnée à Patrice Besnard, le « sous-marinier », comme aimait à l’appeler Jean-Henri Roger, parce qu’il occupait le deuxième sous-sol à l’Université de Vincennes. Patrice Besnard est ingénieur et responsable du parc vidéo de l’Université Paris 8. Il se souvient qu’à la création de l’établissement, la régie vidéo est d’abord pensée sur le modèle de la télévision scolaire (voir la séance consacrée à la vidéo à l’école) : un studio central dans lequel les profs font cours est relié à un grand nombre de salles câblées. Par ailleurs le matériel acheté d’occasion est lourd, utilisable uniquement par les techniciens et déjà complètement dépassé au plan technique. Il faut attendre 1973 pour avoir un studio avec des caméras plus légères que les étudiants et les enseignants peuvent manipuler. Puis, sous la pression des utilisateurs du département des Arts mais aussi d’enseignants d’autres départements (tels Annick Couëdel du département de Français langue étrangère ou Pierre Sorlin en histoire), le matériel évolue et les tournages peuvent sortir des studios. La régie vidéo se double dès lors d’une activité de laboratoire de recherches : il faut développer des outils adaptés aux usages de la vidéo dans l’université. Ainsi par exemple, l’Editomètre – qui permet de faire du montage de bandes tournées en demi-pouce portable – est inventé à Vincennes et sera même commercialisé, permettant à beaucoup de gens possédant ce type de caméra de faire du montage.

4. Un sujet d’Antenne 2 sur Vincennes diffusé en 1976 est projeté.

5. Patrice Besnard revient ensuite sur son parcours personnel. Electronicien travaillant dans le privé, il décide de s’inscrire en tant qu’étudiant en Cinéma à Vincennes, puis y trouve un job au service vidéo. Il décide finalement de rester à Vincennes  pour l’atmosphère qui y règne : Vincennes est un lieu où tout est possible, où les rapports entre professeurs et étudiants sont réinventés et où la vidéo tient une place très importante dans beaucoup de départements.

Capture d’écran 2016-04-02 à 19.30.47
Peinture d’une fresque murale. Capture d’écran de « Vingt scènes à Vincennes« , Patrice Besnard, 2009.

Hélène Fleckinger précise que les nombreuses vidéos aujourd’hui restaurées par Patrice Besnard sont visibles en ligne sur le site Archives vidéo.

Elle introduit ensuite la bande annonce de Vincennes comme espace vécu (1977) visible en intégralité ici, un film de Marielle Burkhalter et Annie Couëdel avec les étudiants de celle-ci, dans le cadre de l’UV expérimentale « Langue et vidéo, création collective ». Annie Couëdel inventait alors une nouvelle pédagogie qui impliquait les étudiants comme acteurs à part entière dans le jeu institutionnel,  une pédagogie où la vidéo avait une place de choix.

Capture d’écran 2016-04-01 à 13.51.44
Capture d’écran de « Vincennes comme espace vécu », un film de Marielle Burkhalter et Annie Couëdel avec ses étudiants (1977)

6. La bande annonce de Vincennes comme espace vécu est projetée.

7. Hélène Fleckinger rappelle que la vidéo était utilisée par beaucoup d’autres départements que celui des Arts et énumère quelques titres de vidéos retrouvées et restaurées : Dario Fo à l’Université Paris 8 – Vincennes (1974), La jeune lune tient la vieille lune toute une nuit dans ses bras (1977) et Voyage au pays des Macloma. Le berceau des origines (1973). Elle indique qu’il reste dans les bureaux beaucoup de vidéos à inventorier : c’est en particulier le travail de Julia Minne qui est stagiaire à la BnF autour de ce fonds Vincennes.

Capture d’écran 2016-04-02 à 19.38.42
Capture d’écran de « Dario Fo à l’Université Paris 8-Vincennes », 1974.

8. Hélène Fleckinger présente ensuite Jean-Louis Boissier, professeur émérite en esthétique et en art contemporain à Paris 8 où il a enseigné à la fois les arts plastiques et le cinéma, ainsi que Jean-Paul Fargier, réalisateur, critique, ancien enseignant-chercheur en cinéma à Paris 8 et membre fondateur du collectif vidéo « Les Cent Fleurs ». Il s’agit de comprendre avec eux la place réservée à la vidéo au sein du département cinéma et du département arts plastiques à Vincennes.

Jean-Paul Fargier indique qu’il est entré à Vincennes comme étudiant (« pour avoir la sécu »), puis s’est rapidement mis à donner des cours sur la demande de Marie-Claire Ropars. Il a notamment enseigné Dziga Vertov avec son camarade de la revue Cinéthique Gérard Leblanc, à partir de captations vidéo des films de Vertov prises à la Cinémathèque Royale de Belgique ; c’était alors la seule manière d’apporter des films de Vertov à Vincennes! Il précise que tous les enseignants de cinéma de Vincennes étaient des praticiens et que le département mettait en avant l’enseignement de la pratique. D’ailleurs, avant Vincennes le cinéma n’était pas enseigné dans les universités et si le département est officiellement créé plusieurs années après la construction de Vincennes, le cinéma y est enseigné dès le début.

9. Jean-Louis Boissier indique pour sa part qu’il est arrivé à Vincennes en novembre 1969 dans la section arts plastiques – avant Vincennes, les arts n’étaient pas enseignés à l’Université. Il y est recruté comme chargé de cours par Frank Popper avec qui il avait déjà travaillé. Il se souvient qu’à Vincennes, il n’y avait de distinction ni entre l’institution et le monde extérieur, ni entre l’enseignement et le militantisme. La fac était alors un lieu de vie où se succédaient AG, commissions, réunions, etc. Il évoque également le fait que ses collègues de cinéma n’aimaient pas la vidéo, et que lui-même n’en n’a d’ailleurs pas fait avant 1980.

A ce propos, Hélène Fleckinger indique que parmi les listes des films réalisés par les enseignants du département retrouvées dans les archives de Vincennes, les réalisations vidéo sont absentes. Du reste, dans les archives, la vidéo est mentionnée à partir de 1973, mais il s’agit probablement de vidéo lourde et non de vidéo légère. Celle-ci ne semble apparaître qu’à partir de 1975-1976. Jean-Paul Fargier se souvient que la fac ne disposant pas de Portapak, il utilisait au début le matériel des « Cent Fleurs » – le collectif de vidéo militante auquel il appartenait – pour réaliser des vidéos avec ses étudiants. Hélène Fleckinger indique que dans la seconde moitié des années 70, la vidéo commence à être utilisée et enseignée comme un outil à part entière à côté du 16mm, de la photo ou du super 8. Mais elle a l’impression au vu de ce qu’indiquent les archives du département que la vidéo continue d’être globalement considérée comme une sorte d’entrainement au 16mm.

Jean-Paul Fargier et Patrice Besnard présentent ensuite l’extrait de Des chiffres et des lettres, une vidéo d’Emmanuel Mairesse qui était alors étudiant au département cinéma. Il s’agit d’un détournement de la célèbre émission dans lequel Mairesse fait passer des messages politiques autour de la bande à Baader (alias la Fraction Armée Rouge).

10. Le film est projeté.

11. Jean-Paul Fargier indique qu’Emmanuel Mairesse vit désormais à Los Angeles. Hélène Fleckinger lui demande la façon dont se passaient ces ateliers de réalisation vidéo, et quels étaient les rapports entre enseignants et étudiants, compte tenu du fait que, parmi les éléments fondateurs du département des Arts de Vincennes, il est indiqué qu’il est « impératif de modifier les rapports enseignants/enseignés ». Jean-Paul Fargier répond que ces travaux étaient réalisés au sein d’UV ou d’ateliers, dont l’essentiel du temps était consacré à la réalisation de projets amenés par les étudiants. L’implication  était totale et le travail débordait souvent les heures de cours stricto sensu, en particulier pour les gens les plus actifs comme Emmanuel Mairesse. Il se souvient d’un atelier consacré au thème « filmer un itinéraire » pour lequel il avait tourné avec les étudiants une vidéo intitulée Pigalle, Les Halles : que dalle! en guise d’exemple ; les étudiants ont ensuite tourné leurs propres vidéos.

12. Projection du film Pigalles les Halles : que dalle! qui fait partie du recueil Christophe Colomb et autres notes d’un magnétoscopeur et qui a été retrouvé grâce à « Heure exquise! ».

13. Nicolas Ballet explique son travail de doctorat qui consiste à inventorier et analyser le fonds vidéo de l’Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts, déposé à la BnF (ce travail s’effectue dans le cadre d’une partenariat entre la BnF et l’INHA). Le fonds des Beaux-Arts est pensé dans sa relation à la scène artistique contemporaine : les Beaux-Arts de Paris investissent à partir des années 1970 le domaine de la vidéo légère, et le corpus vidéo témoigne en effet de certains événements de la scène artistique parisienne ainsi que du climat particulier de cette époque contestataire. On peut classer ce fonds en trois grandes thématiques : 1/ les captations de performances artistiques d’étudiants ou d’artistes extérieurs 2/ les outils d’apprentissages destinés aux étudiants (conférences et cours filmés) et 3/ les reportages (captations d’expositions, micro-trottoirs sur la construction du centre Pompidou, entretiens, etc.).

Mathilde Ferrer qui est l’ancienne responsable de la médiathèque des Beaux-Arts revient sur les conditions dans lesquelles ont été tournées ces vidéos. Elle se souvient qu’à l’époque, l’école est fermée aux pratiques et aux pédagogies extérieures. Elle réussit tout de même à obtenir un petit budget pour l’achat d’un appareil photo et d’un appareil de projection qui lui permettent de faire une diapothèque afin d’informer les étudiants de ce qui se passe dans les galeries qu’elle visite et photographie. Lorsque la vidéo apparaît, elle se met à interviewer les artistes, notamment dans le quartier des Halles qui était peuplé de lieux d’artistes après Mai 68. L’idée est alors de libérer les étudiants du carcan que représente l’Ecole en leur apportant une information sur ce qui se passe à l’extérieur, au niveau artistique et politique (elle évoque notamment les liens avec le FHAR et les féministes). Ces vidéos sont alors diffusées à l’intérieur de l’école sur les temps du midi. Dans ce contexte, la qualité des vidéos importe peu : au début, c’est leur dimension informative qui compte. C’est seulement par la suite que la vidéo est investie comme un outil de création à part entière, et le département vidéo est créé aux Beaux-Arts en 1992. Il se structure petit à petit et existe encore aujourd’hui. Mathilde Ferrer évoque également le rôle central de l’Unité Pédagogique 6 (UP6), une unité d’architecture présente dans l’Ecole des Beaux-Arts et qui disposait de beaucoup de matériel.

14. 15. 16. 17. Des extraits provenant du fonds vidéo de l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts sont projetés. Il s’agit d’un extrait d’entretien avec l’artiste Michel Journiac et d’une bande montrant une classe d’enfants venus travailler avec les étudiants de l’Ecole.

18. Mathilde Ferrer se souvient d’un projet vidéo auquel elle participe alors et qui consiste à faire un état des lieux  de ce qui se fait alors à l’Ecole (enseignements, pratique artistique, etc.), en dehors du cadre administratif. Ayant eu vent de ce projet, l’administration des Beaux-Arts s’en empare. Dès lors, Mathilde Ferrer et ses collègues laissent tomber, refusant de servir la propagande officielle et la langue de bois de l’administration. Elle indique qu’il existe certainement des morceaux de bandes qui ont été tournées au début de ce projet mais ignore où ils se trouvent. Elle poursuit en mentionnant que les personnes qui dirigeaient les Beaux-Arts à l’époque étaient totalement déconnectées du marché de l’art, et que l’information apportée grâce à la vidéo a permis de créer une forme de professionnalisation des élèves.

19. Quelqu’un dans le public indique qu’il a été étudiant aux Beaux-Arts à l’époque évoquée. Il fait partie des personnes qui étaient à l’Unité d’Enseignement et de Recherche sur l’Environnement (l’UERE qui a existé de 1969 à 1971) après Mai 68. A la fermeture de l’UERE, les étudiants avaient le choix entre intégrer l’Ecole Nationale Supérieure des Arts décoratifs et UP6. Il choisit pour sa part d’intégrer UP6 et se souvient de la grande quantité de matériel vidéo et cinéma (super 8 et 16mm) dont ils disposaient et se servaient. Il indique que la majorité des choses se sont perdues mais qu’il reste quelques documents, ce qui semble intéresser vivement les organisateurs du séminaire! Mathilde Ferrer ajoute que les Arts déco étaient bien plus avancés que les Beaux-Arts en terme d’équipement. Une autre personne évoque la « misère » dans laquelle est tenue l’enseignement au niveau du matériel et raconte ses propres expériences de formation vidéo en direction des enseignants dans plusieurs écoles et université françaises ; il en conclue que l’on n’a pas réellement pris en compte les possibilités pédagogiques de cette technologie et que toutes les initiatives qui ont été lancées autour de la vidéo dans l’enseignement supérieur reposent sur des bonnes volontés individuelles. Hélène Fleckinger ajoute que c’est aussi avec très peu de moyens que Patrice Besnard restaure les vidéos à Paris 8.

 

Pour aller plus loin…

Vous pouvez visionner l’enregistrement de la séance La vidéo selon Vincennes, centre universitaire expérimental, 1969-1980, qui s’est tenue dans le cadre du cycle « Vidéo et après » au Centre Pompidou, le 29 septembre 2014.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *