Vidéo et mouvement écologique naissant

Séance du 13 mai 2013

L’écologie a sans doute été l’une des idées politiques les plus novatrices des années 1970. La critique des dégâts et des dangers suscités par les méga-infrastructures industrielles, routières, énergétiques, militaires, est passée entre autres par le travail des collectifs vidéo. La vidéo fut en effet autant un outil de restitution immédiat de l’événement, comme la catastrophe de Seveso en 1976 (ADP), que celui d’une réflexion prospective articulant l’autogestion et la recherche des alternatives énergétiques, symbolisées par la « maison autonome » (Vidéo 00). Sur la période, des cinéastes ou groupes de cinéastes filmant en 16 mm ont aussi témoigné de prises de conscience collectives et prévenu des dangers du nucléaire (Le Grain de Sable). Dans cette troisième étude de cas, le séminaire « Vidéo des premiers temps » permettra d’entendre les témoignages et analyses croisés de vidéastes et d’un cinéaste qui ont filmé le mouvement anti-nucléaire à Bugey, Flamanville, Malville ou Dampierre, mais aussi la mobilisation emblématique du Larzac, sur laquelle plusieurs bandes ont été récemment retrouvées.

Invité/es :

  • Anne-Marie Martin, vidéaste, Association Diffusion Populaire (ADP) ;
  • Yvonne Mignot-Lefebvre et Michel Lefebvre, vidéastes, Vidéo 00 ;
  • Serge Poljinsky, cinéaste, Le Grain de Sable.

L’image à la une est issue de la vidéo Bugey Cobaye (1971) de Vidéo 00.

Découvrez le compte rendu, les enregistrements sonores et la filmographie de la séance…

COMPTE RENDU ET ENREGISTREMENTS SONORES

[Piste 01] Sébastien Layerle accueille les participants et rappelle en préambule que cette séance continue à explorer l’implication des collectifs vidéo dans les mobilisations politiques, après les deux dernières rencontres autour des LIP, puis des luttes féministes. Il rappelle la place très forte de ces collectifs vidéo dans le mouvement écologique des années 1970, et souligne qu’ils ont travaillé parallèlement aux cinéastes œuvrant en pellicule (Philippe Haudiquet, Nicole et Félix Le Garrec, René Vautier). C’est la raison pour laquelle les deux pratiques seront abordées aujourd’hui, à travers les expériences des différents invités, qu’il présente.

[Piste 02] Alain Carou rappelle que l’écologie est une notion à dimensions multiples, que si le choix a été fait ici d’évoquer les différents enjeux et mobilisations, il faut bien imaginer que les acteurs, les vidéastes qui ont participé à ces luttes dans les années 1970 ne se revendiquaient pas forcément comme « écologistes » et n’étaient pas forcément liés à « l’écologie politique » telle qu’elle était en train de se constituer. Pour eux, il s’agissait probablement avant tout de réagir à une situation : contre l’implantation des centrales nucléaires, contre l’extension de camps militaires, contre une autoroute ou une autre grande infrastructure.

Il propose quelques dates et événements clefs dans trois grands domaines : le nucléaire, le Larzac et les extensions de camps militaires, les pollutions. Concernant le nucléaire, il évoque les premières mobilisations populaires autour de Bugey dans l’Ain en 1970, les mouvements à La Hague (film de François Jacquemain), les manifestations contre la centrale expérimentale de Creys-Malville en 1977 et les mouvements bretons à Erdeven, puis à Plogoff à partir de 1978. Il rappelle que le danger du nucléaire civil était toujours associé à celui du nucléaire militaire et aux catastrophes d’Hiroshima et Nagasaki. Il évoque ensuite pour le Larzac l’année 1971 au cours de laquelle Michel Debré, Ministre de la défense, décide l’extension de plusieurs camps militaires, et décrit l’ampleur progressive des mobilisations au Larzac, de 1972 à l’abandon du projet en 1981. Il rappelle aussi que ce mouvement a été un espace privilégié d’expression de la contre-culture et un lieu d’expérimentation d’une démocratie directe pour l’organisation des prises de décisions. Enfin, il cite deux catastrophes de cette décennie 1970 : l’explosion d’un réacteur de l’usine Icmesa à Seveso en Italie en juillet 1976 (nuage de dioxine, même composé que « l’agent orange » des armées américaines) et le naufrage du pétrolier Amoco Cadix en mars 1978 (marée noire sur 400 km de côtes bretonnes).

Dans les années 1970, la prise de conscience des menaces qui pèsent sur l’environnement se traduit par un bouillonnement associatif, la structuration d’un milieu militant et l’apparition de publications spécialisées. En écho au rapport du Club de Rome en 1972, intitulé Halte à la croissance ? (The Limits to Growth en langue originale), l’écologisme naissant interroge la place et l’avenir des hommes dans un monde aux ressources finies. Alain Carou évoque plusieurs associations, dont les « Les Amis de la Terre » (1970), et la candidature de René Dumont aux élections présidentielles de 1974.

Il termine en précisant que cette séance vise à interroger les vidéos réalisées pendant cette période, et par comparaison les films, autour de trois axes : comment sensibiliser et mobiliser le public autour de causes alors complètement neuves et avec quels succès ? Quels points de vue et quelles grilles de lecture sont alors adoptés par les différents groupes et comment ces positions évoluent pendant toute la décennie ? Enfin, Alain Carou se demande si la technique vidéo, en proposant une économie plus légère, n’entrait pas en adéquation avec l’idéal de frugalité de ces mouvements.

[Piste 03] Alain Carou présente Michel Lefebvre et Yvonne Mignot-Lefebvre qui ont porté, à travers Vidéo 00, une attention très forte aux problèmes de l’environnement. Michel Lefebvre précise d’abord que ces luttes ont eu des résultats réels (nombre de réacteurs construits, décentralisation), que sans elles, la situation pourrait être pire aujourd’hui. Il précise que Vidéo 00 a été fondé avec Marie-Thérèse et Gilles Martinelli en 1970-1971 grâce à l’achat d’un matériel dit « ancienne norme » auprès de Gary Belkin (vidéaste canadien). Le collectif Vidéo 00 a déjà été présenté lors d’une séance en décembre 2012. En février 1971, le sujet de leur première bande vidéo, c’est l’attentat du PSU. Dès l’été suivant, le groupe part à Bugey. Michel Lefebvre confirme que leurs préoccupations écologiques s’inscrivaient alors dans une réflexion plus large, sur la manière dont une population peut « se saisir des moyens de gouverner ». Dans une époque de tensions (la Guerre Froide, les dictatures en Europe et en Amérique Latine), l’écologie offrait une occasion d’agir. Après avoir fait référence à la bande dessinée de Konk Vive le nucléaire ! Yvonne Mignot-Lefebvre explique que Vidéo 00 a réalisé de nombreux films sur l’énergie et le refus du nucléaire, d’abord pour témoigner de la résistance à l’implantation des centrales (Bugey cobaye en 1971, Erdeven, Flamanville, chroniques de la lutte anti-nucléaire en 1974), mais également pour en explorer les alternatives (des films sur des expériences en Angleterre, aux Pays-Bas, mais aussi d’un chauffe-eau solaire sur le toit de l’université de Jussieu).

Jean Pignero, filmé par Vidéo 00 dans "Bugey Cobaye" (1971)
Jean Pignero, filmé par Vidéo 00 dans « Bugey Cobaye » (1971)

Elle évoque le compagnonnage d’alors avec le premier « comité scientifique anti-nucléaire » composé notamment de l’instituteur pacifiste Jean Pignero, de la traductrice américaine Esther Peter-Davis, de Pierre Fournier, dessinateur et journaliste à Charlie Hebdo et d’Alexandre Grothendieck, mathématicien en rupture, fondateur du groupe « Survivre ».

"Bugey Cobaye" de Vidéo 00 (1971)
« Bugey Cobaye » de Vidéo 00 (1971)

Puis, avec Michel Lefebvre, elle décrit l’atmosphère très particulière de la grande manifestation à Bugey en 1971, qui a rassemblé entre 15 et 20 000 personnes en pleine campagne, dans une ferveur presque religieuse, mais aussi avec un parfum de scandale médiatique, des participants se baignant nus dans la rivière voisine. Ils pensent qu’ils étaient probablement les seuls à filmer, et rappelle qu’à l’exception de l’association « Les Amis de la Terre », il y avait encore peu de scientifiques impliqués dans ces protestations (il faudra attendre la pétition contre les centrales nucléaires de 1974).

[Piste 04] Un extrait du film Bugey Cobaye (1971) est projeté.

"Bugey Cobaye" de Vidéo 00 (1971)
« Bugey Cobaye » de Vidéo 00 (1971)

[Piste 05] Michel Lefebvre explique que ces trois interviews (J. Pignero, A. Grothendieck, P. Fournier) permettent de balayer la majorité des problématiques de la lutte contre le nucléaire. De ce fait, la bande a été largement utilisée pour débattre et s’informer au sein des associations militantes. Pour la mobilisation, le langage des intervenants étaient un peu trop technique. A l’inverse, Erdeven, Flamanville, qui donne à entendre le point de vue de gens touchés par le nucléaire, était plus utilisé pour sensibiliser le grand public. Yvonne Mignot-Lefebvre rappelle que ces films étaient une des nombreuses expressions utilisés par les militants (associations, tracts, presse alternative, événements). Ce sont ces mobilisations qui ont permis que soient organisés des référendums dans les lieux où des centrales devaient être installées. Michel Lefebvre rappelle que le succès de la lutte à Erdeven a été un point de basculement, montrant qu’il était possible d’infléchir des décisions gouvernementales (NDLR : en 1975, le projet d’installer une centrale dans cette commune du Morbihan a été abandonné suite aux mobilisations citoyennes). Avec Yvonne Mignot-Lefebvre, il explique ensuite que le film a été tourné en 1973 par deux femmes, restées seulement quelques jours sur place (un aller-retour), d’abord à Flamanville, puis à Erdeven.

[Piste 06] Un extrait du film Chroniques de la lutte antinucléaire : Erdeven, Flamanville (1973) est projeté.

"Chroniques de la lutte antinucléaire : Erdeven, Flamanville (avril 1975)" de Vidéo 00
« Chroniques de la lutte antinucléaire : Erdeven, Flamanville (avril 1975) » de Vidéo 00
"Chroniques de la lutte antinucléaire : Erdeven, Flamanville (avril 1975)" de Vidéo 00
« Chroniques de la lutte antinucléaire : Erdeven, Flamanville (avril 1975) » de Vidéo 00

[Piste 07] Michel Lefebvre souligne que le film permet de constater la rapidité avec laquelle une population peut intégrer des connaissances scientifiques quand il s’agit de défendre des objectifs clairs. En s’appropriant des concepts difficiles, les habitants parviennent à les expliquer avec des mots simples. Serge Poljinsky évoque l’importance du rôle des comités locaux qui ont diffusé ces connaissances auprès de la population. Yvonne Mignot-Lefebvre rappelle la différence entre Erdeven où le refus de la centrale était franc et massif, et Flamanville où une partie de la population espérant que l’installation puisse apporter des emplois. Michel Lefebvre revient sur le basculement qui suit le succès à Erdeven, la signature par la suite d’une pétition contre les centrales nucléaires par 400 scientifiques, la lutte à Plogoff.

[Piste 08] Michel Lefebvre et Yvonne Mignot-Lefebvre expliquent qu’il leur semblait alors naturel de chercher quelles étaient les alternatives au nucléaire. Pour la bande autour des chauffe-eaux solaires sur les toits de l’université à Jussieu, ils découvrent et ils filment au même moment. Ils ont ensuite exprimé à ces scientifiques leurs réserves quant à ces outils, trop limités par rapport aux enjeux énergétiques. En évoquant ce projet, Michel Lefebvre évoque aussi la décontraction avec laquelle les entretiens étaient alors menés, loin des cadres souvent rigides des interviews d’aujourd’hui.

Un extrait de Chauffe-eau solaire Jussieu (1975) est projeté.

Yvonne Mignot-Lefebvre interroge un des physiciens - "Chauffe-eau solaire Jussieu" de Vidéo 00 (1975)
Yvonne Mignot-Lefebvre interroge un des physiciens – « Chauffe-eau solaire Jussieu » de Vidéo 00 (1975)

[Piste 09] Suite à une réflexion d’Alain Carou qui souligne le fait qu’à Jussieu, les physiciens s’interrogent avec les chauffe-eaux sur l’importance de pouvoir « faire soi-même », Yvonne Mignot-Lefebvre explique que les principes d’autogestion sont sans cesse convoqués dans leurs films, dans le film sur le Larzac, dans Communes, le temps de l’autogestion (1977), dans Alma futur (1977 et 1978). Michel Lefebvre rappelle également les échanges qui existaient entre les groupes vidéo, en évoquant une action du groupe Vidéo Speed du côté de Grande-Synthe (à côté de Dunkerque). Ils présentent rapidement le film sur le Larzac, tourné en 1973, lors d’une des premières grandes manifestations de paysans, réalisé avec Marie-Thérèse et Gilbert Martinelli, qui faisaient encore partie de Vidéo 00 (avant leur départ à Toulouse et la fondation de Vidéo 0031).

Un extrait du film Lo Larzac vòl viure (1973).

"Lo Larzac vol viure" (1973) - Vidéo 00
« Lo Larzac vol viure » (1973) – Vidéo 00

[Piste 10] Après une introduction par Hélène Fleckinger, qui précise les champs d’intervention de l’Association de Diffusion populaire (ADP), Anne-Marie Martin rappelle le contexte des tournages du groupe en 1976. Avec plusieurs militants lyonnais, son groupe venait de se dissocier des « Cahiers de mai » (à cette époque, la revue ayant disparu, le collectif était devenu « Liaisons directes »). Anne-Marie Martin a déjà présenté ADP lors d’une séance en janvier 2013 et a évoqué son action autour du conflit Lip. A l’été 1976, deux équipes tournent à Malville, une autre à Seveso, la quatrième au Portugal. Le groupe a continué à suivre la lutte à Malville jusqu’en 1978-1979. Auparavant, en 1975, ils avaient filmé un spectacle créé par Jean Kergrist (Théâtre national portatif), Le Clown atomique, joué à Vaulx-en-Velin et au Péage-de-Roussillon.

Un extrait de la bande Le Clown atomique (1975) est projeté.

Anne-Marie Martin évoque ensuite en quelques mots les difficultés du tournage, à deux caméras, et évoque le succès du spectacle, qui circulait à Malville au moment des manifestations de 1975 et 1976.

[Piste 11] Anne-Marie Martin découvre Malville en 1975, au moment de la rencontre avec Jean Kergrist (« le clown atomique »). Cinq ans auparavant, son groupe n’avait pas participé aux mobilisations à Bugey (pourtant à quelques kilomètres de Malville). Cette fois, la proximité joue son rôle. Ils partent avec du matériel, sont accueillis dans une famille dans le hameau de Poleyrieu et suivent le mouvement, notamment la grande marche et l’occupation de 1976 qui rassemble 20 000 personnes. Dans la nuit, la police intervient dans les campements de manifestants.
ADP filme les dégâts et diffuse la vidéo dans les villages autour de Malville pour témoigner de la violence des forces de l’ordre. Elle rappelle qu’alors, le site de la centrale n’était encore qu’un simple terrain, mais il était déjà quadrillé et gardé militairement. Au centre de cette zone, à Faverges, elle évoque une diffusion de cette vidéo, Juillet 76 à Malville, devant une soixantaine d’habitants, à la barbe des autorités. Michel Lefebvre précise que le projet à Creys-Malville, c’était le surgénérateur Superphénix, très dangereux. Un second film est ensuite évoqué, réalisé avec les habitants : Malville 77 : de Briord à Faverges, des habitants racontent.Un extrait d’une version remontée de Juillet 76 à Malville est projeté. Anne-Marie Martin précise qu’il s’agit d’un montage réalisé pour un magazine produit par France 3 récemment. Elle ajoute qu’à cette époque, les télévisions n’ont filmé que de très loin les événements.

Premiers tournages par le collectif ADP, à Malville, juillet 1976 : la caméra, protégée, est reliée à une batterie de ceinture portable - Photographie : collection personnelle Anne-Marie Martin
Premiers tournages par le collectif ADP, à Malville, juillet 1976 : la caméra, protégée, est reliée à une batterie de ceinture portable – Photographie : collection personnelle Anne-Marie Martin

[Piste 12] Anne-Marie Martin évoque son implication au sein des comités locaux à Malville et le contexte européen de lutte contre les centrales nucléaires. Des échanges internationaux existaient, les militants se déplaçaient d’un site à l’autre. Elle s’était rendue à Kalkar en Allemagne d’où elle avait ramené une copie de Brokdorf, un film réalisé par le Medienpädagogik Zentrum, un collectif vidéo important et bien équipé, qui travaillait sur les mouvements sociaux. La bande a été jugée trop violente par les comités de Malville qui n’ont pas voulu la diffuser. Elle précise que cette question de l’action violente avait auparavant été discutée dans les comités et que les tenants d’actions pacifistes l’avaient emporté. Lors de la manifestation du 30 et 31 juillet 1977, il y avait cependant des militants suisses et allemands qui n’étaient pas sur la même ligne. La répression policière a été très forte, une « bataille ». Elle précise justement que cette manifestation a été très bien filmée par les allemands, financés par un syndicat allemand, l’AEG Metal. Hélène Fleckinger insiste sur ce rapport aux pratiques non-violentes et le sentiment ambivalent qu’Anne-Marie Martin a déjà décrit à leurs propos, dans un entretien plus ancien. Anne-Marie Martin présente, avec Hélène Fleckinger, le film Malville 77 : de Briord à Faverges, des habitants racontent. Ils ont été interrogés juste après les affrontements violents de juin 1977. La bande permet d’écouter une dizaine de récits. L’extrait montre une dame, immigrée italienne qui a alors accueilli des blessés.

Un extrait de Malville 77 : de Briord à Faverges, des habitants racontent (1977) est projeté.

[Piste 13] Anne-Marie Martin revient sur les objectifs du film. Il s’agissait d’abord de recueillir la parole de ceux qui avaient vécu les événements, en s’opposant au discours dominant des médias qui attribuaient aux manifestants une responsabilité dans la violence de la manifestation. A l’origine, si la vidéo devait servir à rassembler les gens pour organiser une riposte, Anne-Marie Martin rappelle le climat de peur qui régnait alors (les arrestations, les blessés, la mort de Vital Michalon) et le fait que la diffusion à Creys-Malville a servi aussi de lieu de parole, de « psychanalyse » collective.

[Piste 14] Serge Poljinsky était lui aussi présent à Malville. En juillet 1977, il se souvient d’avoir projeté Nucléaire, danger immédiat le soir de la manifestation, sur le grand mur blanc de la gendarmerie. Pour lui Malville, état de siège était lié au film de 1976, et ne pouvait pas exister sans le premier. Il évoque deux séquences du film : une rencontre au cours de laquelle les organisations qui préparaient la manifestation décident d’appeler à ne pas prendre de bâton (visible) et de porter un casque à la ceinture en signe d’attitude « défensive » et pas « offensive » ; une autre au moment où un pont sur l’Ain barré par les CRS à Faverges a été dégagé par 4 à 5 000 manifestants dansant tout en enlevant les graviers.

Affiche "Nucléaire danger immédiat" et "Malville état de siège"Il revient également sur les liens tissés avec les habitants. C’est eux qui viennent voir le cinéaste pour lui demander de filmer Vital Michalon, tué lors des affrontements, pour que l’image puisse attester de son visage tuméfié. Le film est ensuite monté et montré très vite à Paris. Serge Poljinsky parle d’échanges de plans avec la télévision belge, puis de la conférence de presse organisée dans la capitale, alors que Nucléaire, danger immédiat est encore en salle. Il commente ensuite des affiches du film, l’aide de la presse alternative (La Gueule ouverte, Charlie Hebdo), le fait que le film sur Malville n’ait pas encore été numérisé, qu’il est donc difficile à voir.

Serge Poljinsky explique le cadre dans lequel ces films ont été réalisés : le collectif militant Le Grain de sable qu’il crée en 1975 avec Jean-Michel Carré et Brigitte Sousselier. Ils sont ensuite rejoints par Yann Le Masson, qui avait participé à Nucléaire…(1975) et au film Le Funambule (1974). Au sein du groupe, tous étaient issus du monde professionnel et chacun disposait de compétences différentes : S. Poljinsky était metteur en scène, J.-M. Carré opérateur, B. Sousselier monteuse. Ils pouvaient réunir facilement une équipe technique complète pour se rendre sur le terrain des luttes et fabriquer des outils pour informer et populariser ces causes. Au début, la structure n’est pas une association, mais un Groupement d’intérêt économique (GIE). Serge Poljinsky explique ce choix et le mode de fonctionnement du GIE, qui garantissait finalement une grande autonomie à chaque membre. Il y avait cependant des charges. Il fallait donc sortir les films en salles, ce qui influait sur l’esthétique des films. La Grain de Sable a aussi expérimenté d’autres modèles de production, comme la souscription populaire, d’abord pour La Ville est à nous, avec un succès mitigé, puis pour Nucléaire, danger immédiat avec de meilleurs résultats, des comités dans de nombreuses villes de France (l’équipe récoltait de l’argent contre une entrée en salle par exemple ; il évoque à ce sujet les relations avec les exploitants).

Il rappelle ensuite que les membres du Grain de Sable avaient une conscience écologique forte, mais qu’ils avaient tous une appartenance politique différente (Gauche prolétarienne pour Le Masson, PCR-ML pour Carré). Non encarté, Serge Poljinsky était surtout touché par l’injustice. Ce sont ces convictions qui le conduisent à commencer La Ville est à nous (1976). Il évoque ici ses méthodes de mise en scène utilisées sur ce film ou au Larzac, en impliquant les témoins, en leur faisant répéter, rejouer des scènes vécues. C’est lors des débats autour de La Ville est à nous qu’il rencontre des militants du nucléaire, qui lui disent combien un film de ce type pourrait être utile à la lutte. Il parle de la première séquence, autour de l’explosion de la centrale, dont il a conçu le scénario avec l’aide d’un scientifique qui avait participé à la construction des surgénérateurs. Les partisans du nucléaire le traitaient alors d’escroc, qui faisait croire à des risques qui n’existaient pas. C’était avant Tchernobyl et Fukushima. Michel Lefebvre rappelle aussi que le projet de construire une centrale à Nogent-sur-Seine, à 100 km de Paris, avec les risques que cela impliquait, avait aussi marqué les esprits.

Sébastien Layerle demande ensuite à Serge Poljinsky de revenir sur sa méthode de « mise en scène du cinéma direct » et le fait que la vidéo était utilisé dans le travail préparatoire pour le film. Le cinéaste confirme qu’ils faisaient répéter les témoins, filmés en vidéo, jusqu’à ce que les témoignages soient les plus clairs possibles, pour enfin tourner en 16 mm ou en super 16. Il pouvait même embaucher des comédiens. Une discussion s’engage. Anne-Marie Martin indique que son groupe était fondamentalement contre cette méthode. Serge Poljinsky explique que cette méthode était simplifiée par l’emploi de la caméra Aäton super 16, qui disposait d’un renvoi vidéo, ce qui permettait de voir immédiatement sur un écran (un moniteur) ce qu’on filmait en pellicule. Le fonctionnement de cet outil est décrit par Michel Lefebvre et Pierre-Olivier Bardet. Ce dernier rappelle que la méthode de Serge Poljinsky n’est pas liée à une technique, à la vidéo, qu’il s’agit avant tout d’une conception de la mise en scène.

[Piste 15] Le débat commence. Une question est posée à Anne-Marie Martin sur l’existence d’images tournées à la centrale de Kalcar en Allemagne.
Une discussion s’engage autour de la conservation des films de Serge Poljinsky, notamment de Malville, état de siège dont il n’existe pas de copie numérique et dont les négatifs étaient auparavant chez LTC (alors en cours de fermeture).
L’actualité de ces films aujourd’hui est également évoquée, ainsi que les deux approches possibles pour montrer et faire entendre la parole des témoins. A cette occasion, Anne-Marie Martin précise qu’elle avait elle-aussi tourné au pont dont parlait Serge Poljinsky et se souvient d’un vieux monsieur, sur ce pont, ému et un peu bouleversé d’en être délogé face à un jeune CRS agressif.
La discussion s’oriente ensuite brièvement sur la diffusion de ces films, l’absence de lieux et d’espaces pour les diffuser, la place de ces films dans l’histoire des images, la manière dont elle résonne avec les luttes d’aujourd’hui (permanence des phénomènes, des positions par rapport à la violence).
Pour conclure, Alain Carou remercie les invités et indique à tous que Yvonne Mignot-Lefebvre et Michel Lefebvre viennent de déposer un important fonds d’archives (dont l’inventaire est aujourd’hui consultable sur le site « Archives et Manuscrits » de la BnF).

 

À VOIR ET À ÉCOUTER

FILMOGRAPHIE


Jacquemain François. Condamnés à réussir. Documentaire, 1976, 60 minutes.


Vidéo 00. [Attentat fasciste à Eaubonne]. Documentaire, 1971, 20 min et 17 min.

Vidéo 00. Bugey cobaye. Documentaire, 1971, 20 min.

Vidéo 00. Lo Larzac vòl viure. Documentaire, 1973, .

Vidéo 00. Les Maisons autonomes. Documentaire, ½ pouce, 1975, 28 min.

Vidéo 00. [Groupe de travail héliotechnique]. Documentaire, ½ pouce, 1975, deux bandes de 32 et 28 min.

Vidéo 00. Les Cent fleurs. Chroniques de la lutte antinucléaire : Erdeven, Flamanville. Documentaire, ½ pouce, 1975, 36 min.

Vidéo 00. [Chauffe-eau solaire Jussieu]. Documentaire, ½ pouce, 1975, trois bandes de 28 min, 32 min et 24 min.

Vidéo 00. Communes, le temps de l’autogestion. Documentaire, 1977, 4 bandes vidéo.

Vidéo 00. Alma futur : la production collective d’un quartier de Roubaix. Documentaire, ½ pouce, 1977-1978.


Association de diffusion populaire. Le Clown atomique. Documentaire, 1975, 17 min 28.

Association de diffusion populaire. Juillet 76 à Malville. Documentaire, 1976, 40 min.

Association de diffusion populaire. Malville 77 : de Briord à Faverges, des habitants racontent. Documentaire, 1977, 55 min.


Serge Poljinsky. La Ville est à nous. 16 mm, couleur, 1975, 1h30.
Consultable dans la salle des collections du Forum des Images (Paris), distribué par POLYMEDIA Production (Boulogne-Billancourt)

Serge Poljinsky. Nucléaire danger immédiat. 16 mm, couleur, 1976, 1h30.
Distribué par POLYMEDIA Production (Boulogne-Billancourt)

Serge Poljinsky. Malville, état de siège. 16 mm, couleur, 1977, 45 min.
Distribué par POLYMEDIA Production (Boulogne-Billancourt)

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *