Vidéo et organisations ouvrières

Séance du 16 décembre 2013

Ancrés dans une histoire déjà riche des relations entre cinéma et mouvement ouvrier, les grands acteurs de ce mouvement (PCF, syndicats, mutualisme, comités d’entreprises) se sont investis au cours des années 1970 et 1980 dans des expériences de production et de diffusion en vidéo. Au sein de ces projets collectifs la vidéo semble d’abord faire figure de médium d’appoint avant de s’imposer comme un outil de communication à part entière, et enfin d’ouvrir la voie à des projets télévisuels.

En évoquant trois expériences de natures très diverses (Unicité, COL.IMA.SON et Audiovisuel et mouvement ouvrier), qui correspondent peut-être à trois âges dans le rapide développement de la vidéo, cette séance du séminaire « Vidéo des premiers temps » a tenté de déchiffrer les évolutions des rapports entre vidéo et organisations ouvrières et les degrés d’autonomie très variables entre vidéastes et institutions « mères » et/ou commanditaires.

Invité/es :

  • Céline Barthonnat, ingénieure d’études CNRS, Cléo/OpenEdition, auteure d’un Master sur la propagande et la communication du Parti communiste français (1965-1981)
  • Maurice Roger, chargé des aspects techniques à Unicité
  • Yolande Josèphe, réalisatrice, Audiovisuel et mouvement ouvrier
  • Alban Poirier, réalisateur, Audiovisuel et mouvement ouvrier

Découvrez les enregistrements sonores, la bibliographie et la vidéographie de la séance…

COMPTE RENDU ET ENREGISTREMENTS SONORES

[Piste 01] La séance s’ouvre par la présentation des invités et l’annonce de la création du carnet de recherche.

[Piste 02] Hélène Fleckinger revient ensuite sur la séance précédente, en précisant que les objectifs et les missions du MAI (mouvement audiovisuel d’intervention), puis de la FAI (fédération de l’audiovisuel indépendant) qui prend sa suite à partir de septembre 1981.

[Piste 03] Sébastien Layerle introduit la séance en inscrivant les expériences vidéo du mouvement ouvrier dans l’histoire du cinéma ouvrier. Il évoque notamment les travaux de Bert Hogenkamp et de Tangui Perron.

[Piste 04] Céline Barthonnat, historienne, ingénieure d’études, présente l’origine et les activités d’Unicité, une entreprise de production et de diffusion audiovisuelles, étroitement liée au Parti communiste français, créée en 1971 par les membres du collectif militant Dynadia. En plus de préciser comment le groupe et ses membres sont progressivement intégrés à l’appareil du parti, elle souligne leur souci constant d’explorer les moyens d’expression audiovisuelle disponibles et d’utiliser les plus appropriés à la propagande qu’ils souhaitent porter (diaporamas, disques souples, vidéo). D’abord employée pour des diffusions lors d’événements publics (circuit fermé lors de la Fête de l’Huma, meetings), la vidéo devient ensuite un outil de production destiné à des diffusions à la télévision.

[Piste 05] Pour illustrer la production vidéo d’Unicité, le film Reprise des cartes à l’usine Danone du Plessis-Robinson (1977- 6 minutes) est projeté. Voir le film sur le site de l’association Ciné-Archives…

[Piste 06] Sébastien Layerle présente l’association Ciné-Archives où sont conservés les films produits par Dynadia et Unicité.

Céline Barthonnat et Maurice Roger, le 16 décembre 2013 - Crédits : Rachel Van de Meerssche, Labex Arts H2H
Céline Barthonnat et Maurice Roger, le 16 décembre 2013 – Crédits : Rachel Van de Meerssche, Labex Arts H2H

[Piste 07] Maurice Roger prend ensuite la parole pour évoquer son expérience de technicien au sein d’Unicité, après avoir occupé des postes techniques dans l’industrie cinématographique. Il décrit le matériel à son arrivée en 1973, trois ou quatre caméras, un mélangeur, une petite régie qui permettaient de mettre sur pied un studio ou un circuit fermé de télévision. Il évoque ensuite les opérations organisées en province, à l’occasion de réunions politiques du parti communiste. Tandis qu’un système de vidéoprojection était installé (projecteur Télémégascope fabriqué par les usines Dassault) dans une salle, une équipe partait faire des interviews dans la ville. Le soir, les images, montées de manière rudimentaire, étaient projetées au public pour précéder le débat, à la fois sur un écran de 4 mètres de base, mais aussi sur des postes de télévision installés dans la salle. Il revient en détail sur les aspects techniques du montage, en ½ pouce, puis en ¾ pouce, sur les différents systèmes de projections (Eidophore notamment) et sur l’ampleur de certains dispositifs pour de grands meetings ou la Fête de l’Humanité (voir article de Louis Marcorelles dans Le Monde en 1974). Il évoque ensuite brièvement l’évolution de son activité à Unicité jusqu’à son départ en 1986. Suite aux échanges avec la salle, d’autres supports sont évoqués (16 mm, projecteurs Technicolor 1000 en super 8), ainsi que des structures de production locales (Aulnay-sous-Bois).

[Piste 08] Ancienne membre d’Unicité, Lolita Godinez précise qu’elle était alors secrétaire de production dans le cinéma et que son implication au sein du groupe était possible grâce son statut d’intermittent. Venue d’un milieu ouvrier, elle se souvient que cela n’était pas forcément le cas des principaux acteurs d’Unicité, qui évoluaient dans un milieu très intellectuel.

[Piste 09] Bernard Eisenschitz prend ensuite la parole, en indiquant qu’il fait là l’expérience, en tant que témoin (une place inhabituelle pour l’historien qu’il est aujourd’hui), de l’écart entre la mémoire et l’histoire, entre ses propres souvenirs et l’histoire d’Unicité racontée par Céline Barthonnat. Entré à Dynadia en 1969, il relativise certaines interprétations, souligne la place forte de l’improvisation, évoque les rapports de l’équipe d’Unicité avec la direction du PCF et la question de la liberté au sein du parti. Il revient sur les premières vidéos tournées par Unicité, les déboires connus par Robert Bozzi à l’occasion d’une vidéo pour la campagne des municipales à Bobigny et évoque un film tourné en vidéo, diffusé en 16 mm, réalisé par Jean-André Fieschi et Noël Burch, Nous sommes communistes (1977). Malgré la mauvaise qualité du son au début de l’enregistrement, son témoignage devient très vite audible.

Alban Poirier et Yolande Josèphe, le 16 décembre 2013 - crédits : Rachel Van de Meerssche, Labex Arts H2H
Alban Poirier et Yolande Josèphe, le 16 décembre 2013 – crédits : Rachel Van de Meerssche, Labex Arts H2H

[Piste 10] Yolande Josèphe et Alban Poirier ont fait partie du groupe de cinéastes qui crée en 1983 et 1984 l’association « Audiovisuel et mouvement ouvrier », avec comme premier objectif l’organisation de rencontres du même nom en janvier 1984 à Nantes. Le succès de ce rendez-vous permet la tenue d’une seconde édition à Saint-Nazaire en 1986, pendant laquelle est mise en œuvre une expérience de réalisation collective en vidéo d’un magazine « pris en charge par le monde du travail » intitulé Canal CE. Les deux réalisateurs évoquent tour à tour l’association, les subventions qui ont permis l’organisation des rencontres, les liens avec le Centre de documentation du mouvement ouvrier et du travail (CDMOT) et le projet de création d’archives, la préparation des deux numéros de Canal CE, les réussites et les écueils du projet. En s’appuyant sur des entretiens menés avec d’autres membres du groupe (Jean-Pierre Thorn), Catherine Roudé commente ou interroge les témoins.

[Piste 11] Un extrait de Canal CE, numéro zéro, est projeté.

[Piste 12] Alban Poirier et Yolande Josèphe commentent les images qui viennent d’être diffusées.

[Piste 13] Echanges avec le public, commentaires et conclusions.

OUVRAGES OU ARTICLES

  • Hogenkamp Bert. Le mouvement ouvrier et le cinéma. La Revue du cinéma, 1981.
  • Le Cinéma ouvrier en France. Dossier paru dans Les Cahiers de la cinémathèque. Perpignan, Institut Jean Vigo, n°71, décembre 2000.
  • Barthonnat Céline. L’audiovisuel au service du Parti communiste français (1968-1976). In Blum Françoise (dir.). Des radios de lutte à Internet. Militantismes médiatiques et numériques. Paris : Publications de la Sorbonne, 2012. p. 137-151, 2012. Disponible en ligne.
  • Marcorelles Louis. Une animation vidéo « à cœur ouvert ». Le Monde, 10 septembre 1974.
  • Caracache Roger (dir.). Audiovisuel et mouvement ouvrier [à partir des travaux des rencontres de Nantes, du 26 au 28 janvier 1984]. Paris : Centre Georges Pompidou : Centre de création industrielle, 1985. 87 pages.

FILMS

  • Reprise des cartes à l’usine Danone du Plessis-Robinson, 1977, série « Parti communiste français : documents 75-77 » – Fonds Ciné-Archives, disponible en ligne (5 min 42).
  • Fieschi Jean-André, Burch Noël. Nous sommes communistes (1977) – Fonds Ciné-Archives, disponible en ligne (22 min – tourné en vidéo, diffusé en 16 mm).
  • Canal CE, n°0, émission réalisée lors des rencontres de Saint-Nazaire, 1986.
  • Canal CE, n°1, émission réalisée à Paris en octobre 1986.

Par ailleurs, Céline Barthonnat a évoqué les réalisations d’Unicité pour représenter les positions du PCF pour certains numéros de l’émission A armes égales (1970-1973, 1ère chaîne de l’ORTF). Voir par exemple sur le site de l’INA, l’émission du 12 septembre 1972 (disponible uniquement en accès payant).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *