Vidéo en milieu psychiatrique

Séance du 3 février 2014

Les années 1970 voient s’amplifier l’intérêt de la société française, et singulièrement des intellectuel/les, pour de nouvelles formes d’accompagnement, de considération et de traitement des malades. Dans des lieux tels que Saint-Alban-sur-Limagnole, La Borde, La Chesnaie, etc., on a rompu depuis les années 1950 avec l’enfermement des « aliéné/es ». La « folie » gagne alors une visibilité nouvelle : il s’agit de donner à voir et à entendre ce qui se joue, de militer en faveur d’approches thérapeutiques alternatives, de donner aux patient/es un moyen d’expression et de communication. Ce dont témoigne par exemple la création du festival « Ciné Vidéo Psy » à Lorquin en 1977.

Invité/es :

  • Hélène Lioult, réalisatrice, productrice
  • Jean-Luc Lioult, professeur à l’université de Provence, réalisateur
  • François Pain, réalisateur
  • Charlotte Szlovak, réalisatrice

Découvrez le compte rendu, la bibliographie et la vidéographie de la séance…

COMPTE RENDU

Hélène Fleckinger présente la séance et ses enjeux. Elle distingue deux grandes utilisations de la vidéo dans le secteur psychiatrique : un usage « radiologique » lorsque l’équipe soignante utilise la vidéo à des fins d’enregistrement, d’étude des pathologies ; et une autre pratique qui implique la participation des patients, pour lesquels le médium devient un moyen d’expression, de création et conquête d’autonomie. Elle rappelle ensuite la chronologie des mouvements de contestation qui traversent le champ psychiatrique à partir des années 1950 et s’interroge sur la manière dont ces engagements militants, politiques sont à l’œuvre dans les pratiques vidéo qui se développent dans les hôpitaux et cliniques psychiatriques. Elle présente les invités et leur parcours, puis s’arrête sur la question des sources : de nombreuses vidéos auraient été tournées, pour beaucoup encore à retrouver ou sauvegarder (par exemple le film de Vidéodéba sur la psychiatrie en URSS), quelques travaux de recherche existent (voir bibliographie) et de nombreuses archives restent à explorer comme les fonds des nombreux festivals vidéo et psychiatrie (Lorquin, Nice, Lyon).

Hélène Fleckinger passe la parole à François Pain, qui revient sur sa formation politique et sa découverte de la vidéo. A travers son beau-frère, le psychiatre Tony Lainé, il adhère très tôt aux Jeunesses Communistes, dont il est plus tard exclu, et découvre la psychiatrie en faisant des stages à l’hôpital l’Eau Vive, où Philippe Paumelle a initié la première expérience de « psychiatrie de secteur » pour le 13e arrondissement de Paris (pour en savoir plus, voir l’étude de Nicolas Henckes). Il apprend alors l’existence de la clinique de La Borde et décide d’y passer un mois en août 1965. Il reste finalement sept ans, jusqu’en 1972. Pour lui, ce fut un autre mode de formation politique. Il découvre l’analyse institutionnelle, un « outil extraordinaire » et commence à fréquenter les acteurs de la fédération des groupes d’études et de recherches institutionnelles (FGERI) qui édite la revue Recherches (1965-1983). Il est ensuite impliqué dans le centre d’études, de recherches et de formation institutionnelles (CERFI).

En 1972, après un passage par le Cirque Bonjour, il rencontre Vasco et travaille deux ans avec lui au sein du groupe de light shows qu’il vient de créer. Il apprend sur le tas la photographie, le super 8, le 16 mm. En 1973, il fait un stage au Vidéographe à Montréal. Il en décrit le mode de fonctionnement. Des outils vidéo étaient mis à disposition des groupes qui avaient un projet de film. Le montage était ensuite réalisé au Vidéographe, sur un banc de montage ½ pouce (conçu à Montréal et préfigurant les bancs en ¾ pouce). Il en parle comme une inspiration pour la création du groupe vidéo du CERFI avec l’ambition de « se servir de la vidéo comme d’un moyen de contre-information, peut-être d’analyse institutionnelle », en mettant à disposition des gens un outil pour « qu’eux-mêmes participent à l’élaboration d’un discours sur leur propre institution ».

François Pain réalise son premier film en 1972 à Heildelberg sur le procès du SPK, qui mobilisait alors un grand nombre d’intellectuels [NB : Le SPK – Sozialistiches Patientenkollectif, communauté socialiste de patients – est une expérience de psychiatrie alternative menée à l’université d’Heildelberg, brutalement réprimée par l’Etat et dont les acteurs ont été emprisonnés après avoir été jugés par un tribunal d’exception.] Cette vidéo a aujourd’hui disparu.

Ensuite, il a commencé à tourner à La Borde, où un premier outil de montage en ½ pouce est arrivé à l’automne 1973 au CERFI. Les premières vidéos ont été réalisées à Noël, puis une autre vingtaine de bandes avec Esteban, un ami de François Pain, dont une grande partie a brûlé dans un incendie (quatre sont rescapées). François Pain compare le travail en vidéo, avec un atelier dessin. Il s’agit d’un outil, « comme n’importe quel autre outil dans une relation, qu’elle soit thérapeutique ou de création ». Il affirme le caractère collectif de ces créations et évoque comme exemple la scène d’ouverture du film Les Dents du singe dans laquelle on voit Félix Guattari travailler à l’écriture avec les patients. François Pain évoque alors, avant la création de La Borde, l’expérience de Jean Oury à la Clinique de Saumery (Loir-et-Cher), envoyé par François Tosquelles, ainsi que ses liens avec le mouvement des auberges de jeunesse dont Fernand Oury, son frère, était l’un des acteurs importants. Il estime que la culture des auberges de jeunesse a aussi contribué à la mise en place d’outils pour travailler sur l’aliénation sociale et la hiérarchie. Sont alors évoqués les clubs de malades, et les activités qu’ils gèrent, l’organisation par « roulements » mise en place à La Borde, aussi bien pour les activités artistiques que pour le ménage ou les soins. Hélène Fleckinger précise qu’il y avait une quarantaine d’activités différentes pour cent pensionnaires et soixante-dix membres du personnel.

Charlotte Szlovak raconte ensuite son expérience de La Borde. En 1974, elle est inscrite en 3e cycle à Paris VII. A l’université, les questions autour de la psychiatrie, de l’antipsychiatrie, du « discours du fou » étaient à la mode. Elle fait alors partie d’un groupe de trois étudiants envoyés par un professeur de Paris VII, à La Borde, pour enregistrer ces « discours psychotiques». Pendant une année, elle s’y rend le week-end. Elle évoque sa découverte de la clinique, au milieu de la forêt, sans portes, sans grilles, sans différenciation marquée entre soignants et soignés, le grand nombre de réunions. Comme la démarche d’enregistrement était mal perçue par les soignants, que Charlotte Szlovak avait déjà réalisé quelques courts métrages, elle propose de venir avec du matériel pour filmer. L’initiative est bien accueillie et après plusieurs réunions pour définir le projet, un petit groupe commence à filmer avec une caméra empruntée à Paris VII, sur des bandes en noir et blanc, recyclées, données par l’université. Ce sont des prises de vue non montées qui constituent le film Un dimanche à la Borde.

Des extraits de Un Dimanche à la Borde sont projetés.

Elle évoque aussi toute une enquête réalisée à la lingerie de la clinique, un endroit chaleureux où les gens aimaient passer du temps, qui avait été un temps le premier lieu d’accueil pour les pensionnaires, là où les bagages étaient vérifiés à l’arrivée. Elle évoque aussi Christian, un jeune homme, poète, qui aimait se présenter, parler à la caméra. Elle livre aussi ses impressions de F. Guattari et Jean Oury. François Pain précise les rôles qu’ils s’étaient attribués l’un l’autre au sein de la Borde. Charlotte Szlovak renvoie aussi à l’ouvrage de Marie Depussé, à partir de ses conversations avec Jean Oury, A quelle heure passe le train… conversations sur la folie.

Charlotte Szlovak présente l’extrait qui va être projeté, avec le jeune Christian, avec lequel elle avait beaucoup tourné. A la fin de l’année passée à La Borde, le professeur de Paris VII a souhaité voir les bandes. Elles ont été montrées, mais Charlotte Szlovak a refusé de laisser les bandes à l’université, ayant le sentiment de trahir la confiance des pensionnaires. Le professeur avait cependant repéré Christian et ses écrits ont ensuite été publiés dans une collection au Seuil destinée à proposer des « textes fous ». Deux ans plus tard, à son retour de l’étranger, Charlotte Szlovak apprend à La Borde que cette publication pourrait être à l’origine du suicide du jeune homme. Très marquée par cette histoire, elle n’a plus jamais utilisée ces bandes jusqu’à présent.

Un extrait du film tourné avec Christian est projeté.

Avant de revenir au travail de François Pain, il présente un autre extrait, issu d’un atelier super 8 organisé par Nena Baratier à La Borde. Elle donnait un chargeur super 8 à chaque participant. Chacun pouvait filmer ce qu’il voulait. Elle en a donné beaucoup à deux jeunes filles, Sophie et Françoise. Elles se sont filmées toutes les deux : elles se racontent et elles parlent de leur vie à La Borde. A cette occasion, il livre une anecdote sur un autre participant à l’atelier, qui tourne à deux reprises, un plan exactement identique. Cela lui permet de souligner que cette liberté permet l’expression de la singularité de chacun, quelle qu’elle soit. Enfin, il précise que jusqu’à la fin des années 1970, le super 8 et la vidéo sont pratiqués en parallèle.

Projection d’un extrait des films tournés par Sophie et Françoise en 1974.

François Pain évoque maintenant les ateliers vidéo à La Borde, à travers le film La Vague de Cristal, réalisé en ¾ pouce, umatic couleur, en 1988. Le film a été produit pour une réunion annuelle de la fédération des Croix Marines, qui devait avoir lieu à Blois. Imaginée par François Tosquelles, la fédération des Croix Marines rassemble les clubs hospitaliers. Pour présenter leurs activités à cette occasion, les gens de La Borde ont proposé à François Pain d’organiser un atelier vidéo et de faire un film. Le scénario est basé sur un atelier d’écriture mené par Fernand Deligny dans les années 1960 : un homme arrive en courant d’un village voisin pour avertir de l’arrivée imminente d’une vague de cristal qui va tout engloutir, un guetteur est envoyé, mais il s’endort…

Projection d’un extrait du film La Vague de Cristal.

François Pain est interrogé sur les relations qui s’instaurent dans un atelier entre filmeurs et filmés. Il parle de son expérience actuelle à La Borde, où il tourne depuis deux ans, principalement des entretiens avec Jean Oury. Il évoque ensuite le changement du rapport aux images entre les années 1970 et aujourd’hui, et se demande comment faire un film sur l’histoire de La Borde, forcément à travers un atelier.

Avant la projection d’un extrait, François Pain introduit brièvement son film Min Tanaka à La Borde (1986) sur un grand danseur de butō japonais, vu également à travers les réactions du public à l’issue de la représentation.

Projection d’un extrait de Min Tanaka à La Borde, réalisé avec Joséphine Guattari.

Hélène Lioult présente maintenant le collectif Clivage, né en 1979 à Aix-en-Provence, qui avait pour objet de travailler sur les phénomènes d’exclusion. L’association, dont elle lit des extraits des statuts, rassemblait des personnes issues de l’audiovisuel, de la psychiatrie et de l’éducation spécialisée, dans un esprit de contestation qu’elle décrit. Subventionnée par la DRAC et le Conseil régional pour des projets d’ateliers menés dans la plupart des hôpitaux psychiatrique de la région, l’association avait à cette époque deux salariés (Hélène Lioult, Dominique Gibrail).

Présentation du film "Siamo matti ma educati" réalisé par le collectif Clivage en 1979.
Présentation du film « Siamo matti ma educati » réalisé par le collectif Clivage en 1979.

Jean-Luc Lioult présente le premier document produit par Clivage, Siamo matti ma educati, tourné à l’été 1978 à Trieste avec un AKAI ½ pouce à cassettes (monté sur ¾ pouce). Il s’agit d’un retour à Trieste, un an après les rencontres du réseau « Alternatives à la psychiatrie », en mêlant « une analyse marxiste de la place des fous dans la société avec une volonté d’en finir avec les pratiques asilaires ». Franco Basaglia, fondateur du mouvement de la « psychiatrie démocratique », ainsi que ses patients, sont notamment interrogés.

Jean-Luc et Hélène Lioult proposent ensuite un extrait du film. Brefs échanges à l’issue de la projection.

Document de présentation du film "Instituer l'échange" (1980) réalisé par Dominique Gibrail, Hélène Lioult, Jean-Luc Lioult
Document de présentation du film « Instituer l’échange » (1980) réalisé par Dominique Gibrail, Hélène Lioult, Jean-Luc Lioult

Hélène et Jean-Luc Lioult évoquent plusieurs actions de formation et ateliers mis en place dans des lieux de soins de la région d’Aix-en-Provence et Marseille, en travaillant souvent avec les soignants et soignés de manière indifférenciée. Leurs anecdotes sont parfois révélatrices des enjeux de pouvoir au sein de ces établissements, des réactions des participants. Hélène Lioult décrit également brièvement un projet de recherche-action autour de la question des accidents du travail.

Ils présentent des extraits de deux films : Instituer l’échange (1980) réalisé en centre hospitalier et Pièces uniques, réalisé avec des jeunes d’un IME (institut médico-éducatif).

Pieces_uniques
Document de présentation du film « Pièces uniques » (1984) réalisé par Hélène Lioult (Clivage).

Hélène et Jean-Luc Lioult présentent leur film Chroniques de Souteyrannes, qui se déroule pendant quatre saisons. Il est tourné entre 1982 et 1984 dans un « lieu de vie alternatif » en Lozère, près de Vialas, où des enfants sont accueillis en long séjour, en vacances d’institution. Le premier extrait montre notamment la confrontation entre un spécialiste de Winnicott (psychiatre britannique), sollicité pour réagir à ce lieu singulier, et un permanent du centre.

Deux extraits de Chronique de Souteyrannes (issus de la partie « printemps ») sont projetés, avec quelques commentaires des auteurs entre les extraits et après la projection.

"Chroniques de Souteyrannes" d'Hélène et Jean-Luc Lioult (1983)
« Chroniques de Souteyrannes » d’Hélène et Jean-Luc Lioult (1983)

Hélène Fleckinger commente les multiples fronts de lutte de l’association Clivage dans le domaine psychiatrique, à la fois en documentant les pratiques alternatives, du côté de la contestation de l’enfermement, mais aussi en travaillant et en réfléchissant au sein même des institutions. La parole est ensuite donnée à la salle. Suite à une question, une réflexion s’engage sur le rapport filmeur/filmé, le rapport à la représentation de soi, l’existence ou non d’une spécificité dans ce domaine pour les patients en soins psychiatriques.

OUVRAGES OU ARTICLES

  • Boiteau Martine. Atelier vidéo, champ institutionnel. Mémoire présenté pour l’obtention du DUFRA (Diplôme universitaire de formation aux relations humaines et à l’animation de groupe), sous la direction de R. Chappuis, Université François-Rabelais de Tours, 1988.
  • Stentelaire Mathilde. « Le cinéma, ça fait partie des murs ! » Ateliers cinéma et vidéo en psychothérapie institutionnelle. Mémoire de Master 2 en études cinématographiques et audiovisuelles, sous la direction de Martin Goutte et Sébastien Layerle, Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, septembre 2015, 165 p.

FILMS

  • Laloux René. Les Dents du singe. Court métrage d’animation produit par Les Films Paul Grimault, réalisé avec des patients de la clinique de La Borde. 1960 – 11 minutes (le film est consultable sur youtube et dailymotion).
  • Vidéo Animation Languedoc. Tutti Matti ! Vidéo de 1977, aujourd’hui conservée aux Archives départementales de l’Hérault (fonds Vidéo Animation Languedoc, cote 2AV405).
  • Vidéodéba (Charlotte Silvera, Hervé Liotard). Psykhouchka. Vidéo ½ pouce. 30 minutes.[actuellement réputé perdu].
  • Szlovak Charlotte. Un dimanche à La Borde, Christian. Extraits de vidéos tournées à La Borde en 1974.
  • Pain François. La Vague de Cristal. 1988.
  • Pain François, Guattari Joséphine. Min Tanaka à La Borde. 1986. 25 minutes.
  • Sophie et Françoise (super 8) réalisé dans le cadre de l’atelier animé par Nena Baratier.
  • Lioult Jean-Luc. Siamo matti ma educati.
  • Lioult Hélène, Lioult Jean-Luc, Gibrail Dominique. Instituer l’échange.
  • Lioult Hélène, Lioult Jean-Luc. Chroniques de Souteyrannes (I, II, III, IV). 2011.

2 réflexions sur « Vidéo en milieu psychiatrique »

  1. Bonjour ,
    Je recherche un film que j’ai tourné avec un Educateur en 1979 et 1980 qui s’intitule  » A comme Amour  » en pédopsychiatrie à Chartres 28 , l’auriez vous dans vos archives ?
    Merci de me contacter

    1. Chère Madame Joly,
      Désolée de ne pas pouvoir vous aider. Malheureusement, la BnF ne conserve pas de vidéo de « A comme Amour ». Vous souvenez-vous du nom de cet animateur à Chartres ? Il pourrait avoir gardé cette bande avec lui ? Je vous écris en parallèle sur votre adresse email.
      Bien cordialement,
      Julie Guillaumot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.