La vidéo à l’école

Séance du 13 janvier 2014

Dès la fin des années 1960, des pionniers ont utilisé la vidéo dans l’enseignement primaire et secondaire. Certaines de ces expérimentations ont bénéficié du plein soutien de l’institution et de moyens parfois extraordinairement importants, d’autres se sont développées davantage dans la marge et avec des moyens légers. De la constitution de banques de programmes éducatifs dans les établissements aux premières réalisations collectives avec les classes, cette séance du séminaire Vidéo des premiers temps vise à donner un premier éclairage sur un territoire vaste et divers. Un temps particulier sera consacré à École, gare de triage (collectif « Vidéo 00 », 1973-1974), incursion en forme d’enquête d’un collectif vidéo dans l’institution scolaire.

Invité-e-s :

  • Monique Martineau-Hennebelle : enseignante retraitée (professeur au lycée de Nanterre, chercheuse à l’INRP, maître de conférences à Paris 5) ; (co-)directrice des numéros de CinémAction « Graine de cinéastes » (L’Harmattan, 1982), « Des jeunes à la caméra » (CERF, 1985), « L’enseignement du cinéma et de l’audiovisuel » (CERF/CFPJ, 1987) et des actes du colloque « Audiovisuel et formation des enseignants » (INRP, 1994).

Discussion avec trois ancien-ne-s lycéen-ne-s :

  • Hélène Valencien, professeure des écoles
  • Pierre Valencien, expert comptable
  • Pierre Vinard, inspecteur général au ministère de l’éducation nationale

Découvrez l’enregistrement sonore et le compte-rendu de la séance :

1. Sébastien Layerle introduit la séance en rendant hommage à Paul Roussopoulos, décédé le 8 janvier et inhumé le jour du séminaire. Il présente ensuite la séance et les invité-e-s : Monique Martineau-Hennebelle, qui est notamment l’auteure d’une thèse sur les jeunes et la création en cinéma et vidéo (Paris 8, 1984), ainsi que trois anciens lycéen-ne-s qui ont participé avec elle à des expériences vidéo, Hélène Valencien, Pierre Valencien et Pierre Vinard. Il signale également la présence d’Yvonne Mignot-Lefebvre et d’Anne Couteau, qui a travaillé sur le film Enfants immigrés de Belleville (« Vidéo 00 », 1976) dont il sera question en fin de séance.

2. Alain Carou propose d’introduire le thème de cette séance, particulièrement pertinent au regard de la problématique choisie pour cette deuxième saison du séminaire, à savoir la dialectique entre les usages autonomes de la vidéo et les logiques institutionnelles. Fait largement méconnu, la vidéo (en lien avec la télévision) a en effet intégré les murs de l’école de façon très précoce, suite à des initiatives à la fois institutionnelles et individuelles. Il appuie ses réflexions sur les sources suivantes : le Bulletin de la radio-télévision scolaire désormais accessible en ligne sur Gallica grâce au soutien du CNDP,  la revue Médias également éditée par le CNDP et bientôt disponible sur Gallica, le numéro de CinémAction « Graines de cinéastes » édité en 1982, ainsi qu’un entretien avec Martine Boulanger, ancienne animatrice audiovisuelle et auteure d’un article dans le numéro de CinémAction.

La radio télévision scolaire démarre en 1952 ; sous l’égide de l’Institut Pédagogique National (ancêtre du CNDP), des émissions pédagogiques sont diffusées sur les canaux de la Radio Télévision Française. A partir du milieu des années 60, les enseignants qui utilisent ce média expriment leur souhait d’avoir accès à des magnétoscopes qui permettraient d’enregistrer les émissions, de les diffuser à une heure choisie, de les visionner au préalable afin notamment de pouvoir en sélectionner des extraits, voire remontrer des passages ayant posé problème aux élèves.

Dès les années 60, quelques établissements pilotes sont équipés de magnétoscopes, associés à des moyens de production et de diffusion en circuit fermé. Un cours délivré par un enseignant sur le plateau de télévision interne à l’établissement est diffusé – en direct ou en différé – à plusieurs classes en même temps, tandis que les enseignants présents physiquement dans les classes, soulagés des tâches de répétition et de « vocifération », peuvent se concentrer sur les réactions des élèves. Cette « rationalisation de l’acte pédagogique par l’audiovisuel programmé » permet alors, pense-t-on, de gagner en temps, en efficacité et en capacité de concentration des élèves. Mais l’enjeu est aussi de pouvoir faire face à la massification de l’enseignement (une augmentation très importante des effectifs s’annonce alors). Au cours de l’année scolaire 1972-1973, 300 émissions ont été réalisées pour 3000 diffusions. Le bilan est toutefois mitigé : les enseignants ayant recours à cette pédagogie déplorent leur isolement, et doutent de l’efficacité du procédé si les bandes ne peuvent circuler au delà de l’établissement.

A partir des années 70, on insiste davantage sur les usages expressifs et critiques de la vidéo à l’école : l’élève doit à la fois créer et comprendre le processus de fabrication des messages diffusés par les médias de masse, afin de développer un regard critique. L’une des expériences les plus intéressantes semble s’être déroulée au Collège d’Enseignement Secondaire de Gagny, où Martine Boulanger est nommée comme animatrice en 1973. Le matériel audiovisuel destiné à l’enseignement programmé étant conséquent mais sous-utilisé, Martine Boulanger va en faire un usage expressif avec la complicité du professeur d’arts plastiques. Les élèves réalisent des travaux vidéo autour d’oeuvres d’artistes, lesquels sont ensuite invités au collège pour une interview réalisée sur le plateau de télévision et diffusée dans tout l’établissement (c’est le cas du peintre Gérard Fromanger, des chanteurs Anne et Gilles ou encore du cinéaste Bertrand Tavernier). Mais ces expériences prennent fin au tournant des années 70-80, alors même que l’apparition de la VHS se traduit par les premières éditions de programmes de la télévision scolaire par le CNDP en 78.

3. 4. 5. Des extraits d’une émission de la télévision scolaire intitulée « Au fait, qu’est-ce que la vidéo? » et datant de 1980 sont diffusés (on y voit notamment que le montage par chronomètre, dont il a souvent été question dans le séminaire, est une pratique encore en cours au tournant des années 80).

6. Monique Martineau-Hennebelle expose ensuite les conclusions de l’enquête qu’elle a menée avec Françoise Fontenelle et qui a débouché à la fois sur le numéro de CinémAction et sur une thèse, publiée dans un ouvrage intitulé Des jeunes à la caméra. L’idée de départ était de circonscrire la notion de création collective, très en vogue à l’époque. Un questionnaire adressé à 600 enseignants ou animateurs a suscité 200 réponses et permis de répertorier 297 films en 16mm, en super 8 et en vidéo.  A partir de ce questionnaire, elle mène un travail de thèse dans lequel elle caractérise la notion de création collective en milieu scolaire et en dégage les enjeux (sociaux, esthétiques) et les difficultés, qu’elle brosse ici à grands traits.

Elle propose ensuite une chronologie des opérations institutionnelles marquantes dans l’histoire de la vidéo à l’école. En 1965, sont lancés la même année les établissements expérimentaux en circuit fermé et l’ICAV (Initiation à la Culture Audiovisuelle), sur l’initiative de René Laborderie qui dirige le CRDP de Bordeaux, et avec l’aide de l’UROLEIS (Union Régionale des Oeuvres Laïques d’Éducation par l’Image et par le Son) Aquitaine – une analyse des liens entre toutes ces expériences et les mouvements pédagogiques constitue d’ailleurs une piste à explorer. L’ICAV qui deviendra l’ICOM en 1983, rassemble des personnalités influentes dont Christian Metz, Roland Barthes ou Umberto Eco, et permet la conduite de nombreux projets dont certains sont cités, mais le « piétinement ministériel » déploré en 1987 par René Laborderie empêche cette expérience de prendre toute son ampleur. Monique Martineau-Hennebelle mentionne également JTA (Jeunes Téléspectateurs Actifs), une opération lancée par le fonds d’intervention culturelle dans une douzaine de département.

Monique Martineau-Hennebelle et Yvonne Mignot-Lefebvre lors de la séance. Credits Rachel Van de Meerssche
Monique Martineau-Hennebelle (tout à gauche) et Yvonne Mignot-Lefebvre (3eme en partant de la gauche) lors de la séance. Credits Rachel Van de Meerssche

Après 68, les foyers socio-éducatifs sont généralisés et en 73, décision est prise de dédier 10% du temps scolaire à des activités libres, un dispositif qui permet la réalisation de projets vidéo.  Enfin, les Projets d’Actions Educatives et Culturels (PACTES) lancés en 79, puis les Projets d’Action Educatives (PAE) lancés en 81 avec un renforcement de moyens par la gauche arrivée au pouvoir, sont autant d’étapes qui permettent le développement de la vidéo à l’école : en 1985, on dénombre 1000 PAE audiovisuels. Si ces dispositifs institutionnels relaient une base active soutenue ou formée par les mouvements pédagogiques (Céméa, Ligue de l’enseignement, OCCE, mouvement Freinet), ces projets rencontrent aussi de nombreuses résistances, aussi bien de la part des administrations que des collègues, y compris syndicalistes et gauchistes.

Du côté de la vidéo militante comme du cinéma militant, l’école est un thème minoritaire : seul un dixième des films proposés dans le catalogue 1980 de « Mon oeil », une structure de diffusion de la vidéo militante, y est consacré. Dans le cinéma militant, le front principal à cette époque, c’est la lutte ouvrière. Deux exceptions notables dans ce paysage : le film tourné par « Slon Vidéo » avec les élèves de Jean-Louis Hurst autour d’une contre-enquête sur une affaire judiciaire ayant débouché sur la peine de mort, et L’Ecole, gare de triage tourné par « Vidéo 00 » avec des lycéens de Nanterre, qui font partie des toutes premières vidéos tournés à et sur l’école. Ce dernier film est tourné avec le matériel de « Vidéo 00 », sous la direction de Monique Martineau-Hennebelle et Marie-Thérèse Martinelli, toutes deux enseignantes au lycée de Nanterre (le travail a lieu hors les murs du lycée où règne une atmosphère délétère entretenue par un proviseur très à droite). Ce film d' »agit-prop » a pour point de départ des lectures sociologiques sur la (re)production des inégalités sociales par l’école (Pierre Bourdieu, Jean-Claude Passeron, Christian Baudelot, etc.) et se structure autour d’une équation déclinée sous trois formes :

  • 1/ école = égalité
  • 2/ école = égalité?
  • 3/ école ≠ égalité.

7 et 8. Des extraits du film son projetés.

9. Une discussion s’engage avec Hélène Valencien, Pierre Valencien et Pierre Vinard, trois anciens élèves de Nanterre ayant participé à la fabrication du film : l’ensemble des élèves était présent au tournage, mais seul un noyau dur de deux ou trois élèves (qu’il reste à retrouver) est resté durant tout le montage, qui a été finalisé par Marie-Thérèse Martinelli. Le film est décrit par les anciens lycéens comme un moyen d’expression d’idées politiques et militantes qui s’épanouissent dans le contexte contestataire de l’après-Mai 68. Durant cette période, certains enseignants parviennent à trouver d’autres moyens de communiquer avec les élèves et créent des rapports plus égalitaires entre jeunes et adultes, marquant leurs élèves « pour la vie », ce qui ne semble plus vraiment être le cas aujourd’hui. Si la démarche des deux enseignantes leur permet alors de mettre des mots sur des inégalités vécues scolaires vécues de l’intérieur (la disparition progressive des enfants d’immigrés au cours de la scolarité est notamment évoquée), ce film est aussi l’occasion de renverser les rôles. Il revêt en effet une dimension carnavalesque et permet d’éprouver de la jouissance à jouer les rôles de ceux qui les « martyrisaient » dans le lycée (profs, proviseur).

credits Rachel V an de Meerssche
Au centre de l’image Hélène Valencien. A sa gauche Pierre Valencien et à sa droite Pierre Vinard. Credits Rachel Van de Meerssche

Un parallèle est mentionné entre la vidéo et les problématiques actuelles autour du développement du numérique : à l’époque, on trouve déjà le discours consistant à dire que les jeunes sont plus à l’aise que les adultes avec la caméra. Cette idée est débattue, et on souligne en particulier le manque de formation des enseignants à l’image, voire une forme de contradiction possible entre l’image et l’enseignement qui est un savoir écrit, livresque.

10. Anne couteau présente ensuite le film Enfants immigrés de Belleville réalisé en 1976 par « Vidéo 00 » et le « Groupe Information et Communication XXe ». Il s’agit d’un film militant tourné avec des enfants à Belleville, dans des classes réelles et reconstituées.

11. Un extrait du film est projeté.

12. Le début de la discussion autour d’Enfants immigrés de Belleville porte sur les difficultés de filmer à l’intérieur de l’école. L’Ecole est qualifiée par quelqu’un présent dans la salle de « sanctuaire », hier comme aujourd’hui, et l’école Vitruve (Paris 20e), qui applique une pédagogie alternative, fait office d’exception. Jean-Michel Carré y a notamment tourné trois films en 16mm qui sont devenus des « best sellers » du cinéma militant (il s’agit de L’enfant prisonnier, 1976 ; Alertez les bébés, 1978 et Votre enfant m’intéresse, 1981), ce qui est avancé comme élément d’explication au fait que la rencontre entre Vitruve et la vidéo n’ait pas eu lieu. Les relations entre l’école et les institutions culturelles sont évoquées et plusieurs points de vue s’expriment, certains évoquant la difficulté d’entrer dans l’école, d’autres soulignant au contraire la facilité de monter des projets communs dans les années 79-80.

Monique Martineau-Hennebelle évoque quant à elle le rôle pionnier des établissements privés en matière de vidéo à l’école ; elle cite notamment la revue Education 2000, la FLEC (Fédération Loisirs Et Cultures), ou encore les écrits d’Henri Agel et d’André Bazin qui furent publiés aux Editions du Cerf bien avant que l’enseignement laïc ne se mette en branle.

Puis elle propose une chronologie des années 1983-1985, charnières pour la vidéo à l’école qui passe de l’expérimentation à l’institutionnalisation:

  • 25 avril 1983 : signature du protocole d’accord entre le ministère de l’Education nationale et le ministère de la Culture pour coopérer dans le domaine des enseignements artistiques. Le rapport Bredin sur l’enseignement du cinéma et de l’audiovisuel inscrit la possibilité de l’inscrire au bac, dans les universités, et préconise la création d’un institut supérieur qui remplacerait l’IDHEC.
  • 1984 : mise en place du dispositif expérimental des options cinéma et audiovisuel (14 lycées concernés).
  • 14 janvier 1985 : un arrêté définit la licence et la maîtrise de cinéma et audiovisuel.
  • 26 février 1985 : tenue d’un symposium national sur l’enseignement du cinéma et de l’audiovisuel durant lequel Jean-Pierre Chevènement, ministre de l’Education nationale, annonce que les options s’insèreront dans la série A3 et seront présentées au baccalauréat. Parallèlement, le ministère refuse la création d’une agrégation de cinéma.
  • 1985 : lancement de l’opération vidéo dans les collèges.

Enfin, une discussion s’engage autour du vocable « cinéma et audiovisuel » spécifique à la France qui sépare le cinéma de la vidéo et de la télévision, puis est évoquée l’opération lancée par la Cinémathèque française pour le centenaire du cinéma, au cours de laquelle 600 classes mènent un projet réunissant super 8 et vidéo autour de vues Lumière et de films Méliès.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *